La force de l'amour ^

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La force de l'amour ^

Message  lisbonjane93 le Sam 1 Oct 2011 - 20:26

Résumé

Mon tout premier essai sur " Mentalist" principalement centré sur Jane et Lisbon.
Les événements de la vie vont rapprocher nos héros...


20 h 30, venait de sonner au CBI tout était calme. Rigsby dévisageait Van Pelt qui faisait comme souvent des recherches sur son ordinateur, Cho lisait un de ses livres, Jane étrangement n’était pas affalé dans son fichu canapé comme à l’accoutumé, mais accoudé silencieusement à la fenêtre… Lisbon elle était dans son bureau comme souvent, c’était presque habituel tant elle avait besoin de calme pour travailler.

Quand elle en sortie finalement vers 21h, elle fut surprise de trouver le consultant près de la fenêtre, elle savait qu’il passait ses nuits ici, bien qu’elle aurait voulue qu’il dorme chez lui, mais ce n’était pas son genre d’être aussi silencieux. Quand elle s’approcha il ne la remarqua même pas inquiète elle posa une main sur son épaule
- Jane tout va bien ?
Il sembla enfin remarquer sa présence, il se retourna vers elle
- Ah Lisbon oui ça va.
Il mentait, elle remarqua qu’il avait les yeux rougis. Il avait donc pleuré.

Elle ne s’attendait vraiment pas à le voir dans cet état, physiquement il était devant elle, mais mentalement il était bien loin …
- Jane, que se passe t-il ? Elle était de plus en plus inquiète, et ne savait pas trop quoi dire pour le réconforter.

- Vous savez Lisbon, vous auriez dû attendre ce jour où nous avions secouru Maya, vous auriez eut John le Rouge, vous l’auriez eut …
Lisbon se figea, c’était donc cet épisode qui le tourmentait
-Jane et si vous étiez mort ce jour là ? Je crois que vous auriez choisi de vivre.

- Vous, vous trompez, plus rien ne me retient à part cette vengeance, je n’ai plus ni femme, ni enfant ! Il avait hurlé ces derniers mots, des larmes perlaient dans ses yeux.
- P***** Jane, vous êtes un monstre d’égoïsme et de puérilité ! Il faut que cela cesse, vous n’êtes pas foutu de voir qu’il y-a des gens qui tiennent à vous !
- Lisbon j’aimerai pouvoir changer, mais vous savez il y-a des choses contre lesquelles on ne peux rien, et il ne faut pas se mettre en colère c’est la vie qui est ainsi.
- Jane je suis vraiment désolée de m’être emportée, je n’aurais pas dû. Elle sentait qu’il était très mal, et ne pu s’empêcher de prendre le blond dans ses bras.
Jane ne s’attendait pas à ce genre de démonstration d’affection venant de sa patronne, mais il lui caressa les cheveux. Ils restèrent un long moment ainsi puis Lisbon ajouta
- Jane je serais avec vous jusqu’au bout, nous aurons John le Rouge je vous le promets.
Elle allait le quitter quand il l’interpella
- Au fait Lisbon, nous n’en avons jamais parlé parce que pour moi ça tombait sous le sens, mais quand John le Rouge sera attrapé je lui ouvrirai le ventre et je le regarderai mourir lentement comme il l’a fait pour ma femme et mon enfant.
Lisbon sembla agacée et déclara
-Jane écouter quand nous attraperons John le Rouge, nous le conduirons dans un tribunal où il sera jugé et il sera emprisonné. Si vous tentez de lui infliger des sévices je vous en empêcherai et si vous réussissez à lui infligez des sévices, alors je vous arrêterais.
- Je comprends Lisbon, je suis ravi d’avoir eut cette conversation avec vous, car j’ignorai que vous aviez une vision si traditionnelle de la justice.
- Jane ce que vous venez de me décrire là s’appelle la vengeance et pas la justice ! S’emporta la jeune femme n’arrivant pas à raisonner le blond
- Lisbon elle est où la différence ?

Elle ne savait vraiment pas quoi répondre aux yeux bleu et implorants qui la transperçaient.
- Nous en parlerons demain en attendant essayez de dormir un peu.
Dormir il ne l’avait pas fait depuis 8 longues années, sans prendre des tas de médicaments, et il n’avait plus de somnifères. Toute la nuit il passa donc son temps à boire du café, et a tenter de trouver des liens dans l’affaire d’assassinat de la petite Kate 4 ans retrouvée par des promeneurs.
Au petit matin, Jane s’était enfin endormi sur le bureau, près du téléphone qui sonnait. Van Pelt décrocha
-Allo
- Bonjour ! répondit machinalement le consultant réveillé en sursaut.
-Vous n’avez pas dormi hein ? Sourie Lisbon dans sa direction, il la regarda malicieusement en sirotant son café avec une paille.
Bon en attendant vous êtes en état de venir avec moi, voir le corps de Kate ?
- Oui chef ! dit Jane, mais il ne souriait pas le décès de cette môme semblait l’avoir secoué
-Jane qui conduit vous ou moi ?
- Lisbon je vous paraît si mal en point ?
- que quoi je demande juste si …
Vous détestez quand je conduis car vous aimez contrôler les choses, mais vous êtes prête à dépasser votre peur irrationnelle pour me faire plaisir. C’est très gentil Lisbon oh oui ! Je veux bien conduire sourie le conseiller devant l’air agacée de sa patronne.
- Réflexion faites, je conduis car vous roulez trop vite ! Ce sera votre tour une prochaine fois ! Trancha Lisbon au blond et elle démarra.

Le corps de la petite Kate avait été retrouvé par des promeneurs lors d’une randonnée.
Elle portait un déguisement de fée de couleur rose, et pailleté. Ses cheveux longs étaient blonds et bouclés. Kate, semblait avoir séjourné dans l’eau. D’après Angélique et Marc Forbier ses parents, la petite fille était partie jouer dans le jardin. A l’heure du repas Angélique était sortie appelée la petite, et ne la voyant nulle part, après l’avoir rechercher eux-mêmes le couple avait décidé de prévenir la police.

Jane s’approcha du petit corps, Lisbon le rappela à l’ordre gentiment

-Jane vos gants !
-Oh pardon
Il inspecta d’abord l’aspect général du corps.
- Le corps a été déplacé, son assassin l’a tuée par erreur, elle a dû avoir trop peur, on lui a donnée trop de médicaments c’est une overdose. C’est sûrement un enlèvement parental. Lisbon n’était plus surprise des précisions du consultant

Lisbon l’interrompu

- ça ne peut pas être un enlèvement parental

Jane se contenta de lui retourner la question

- Ah bon et pourquoi ?

-Tout simplement parce que les parents de l’enfant ne sont pas divorcés.

- Si, Lisbon ils sont divorcés, Marc Forbier c’est le beau père de la gamine

A ce moment la surprise de la révélation que venait de faire Jane se lisait dans les yeux de la jolie brune
- Que … comment pouvez vous le savoir ? On n’ a même pas encore rencontré les parents

- Une intuition, et le fait que le corps ai séjourné dans l’eau démontre que celui qui a fait cela voulait la « purifier » de quelque chose ou de quelqu’un

-Quoi Jane vous pensez qu’elle a été violée ?
A peine cette phrase prononcée elle eu un début de nausée, les souvenirs remontaient à la surface

- Pour confirmer mes intuitions j’attends de rencontrer les parents
Elle ne pu retenir un sourire
- Le grand Mentalist que vous êtes doute de lui ?
- Pas du tout, mais ça me vexe que vous pensiez ça de moi
Il la regarda et un sourire furtif vint éclairer son visage angélique
- Cessez de faire le pitre ! On a du boulot dit elle, en le sermonnant gentiment
- Oui maman ! dit –il en prenant une moue boudeuse
- Je n’ai pas d’enfant ! Et vous êtes un mauvais fils s’amusa t-elle malgré elle
- Si je suis un mauvais fils, vous êtes une mère indigne ! Lança le consultant en boutade à sa patronne
- Vous êtes incroyablement gamin Jane ! Pouffa Lisbon
Il la regarda rire, il aimait l’entendre rire, la voir sourire mais il ignorait pourquoi
- Lisbon vous doutez de moi ?
- Bien sûr ! Vous m’en avez tellement fait voir lui répondit sa patronne du tac au tac
- Vous me contrariez Lisbon ! Accusa le blond
- Oh cessez votre comédie allez
- Ah non ! On remédie à ce problème d’abord, on va faire le « test de confiance »
- Quoi ?
- Enfin Lisbon vous avez dû le faire en période de formation, vous êtes dos à moi, vous tombez et je rattrape
- Ah oui c’est vrai qu’on a eut ça, mais non
- Allez Lisbon ! Les yeux implorants de Jane la firent acquiescer
- Ok mais vite
(Elle se mis dos à lui bascula en arrière les yeux fermés, il la rattrapa à son soulagement)

- C’est dingue tout d’un coup j’ai une totale confiance en vous, dit elle mi amusée, mi moqueuse
- Ah vous voyez ! Sourie Jane
- Je vous autorise même à me véhiculer dans votre infernale machine, jusqu’au domicile des parents. Voilà ce que j’appelle de la confiance aveugle

Ils arrivèrent devant une immense propriété n°4 avec piscine et jardin

Monsieur et Madame Forbier CBI. Térésa Lisbon montra le badge à la femme qui venait d’ouvrir la porte

-Je suis l’agent Lisbon, et voici mon collègue Mr Jane qui est consultant. Nous pouvons vous parlez c’est à propos de Kate

- Oui, vous avez retrouvez mon bébé ? Comment va-t-elle ? Où est-elle
Lisbon était pâle, elle n’aimait pas annoncer ce genre de nouvelle. Elle ne savait pas s-y prendre

- Madame votre fille est décédée, je suis sincèrement désolée, je vous présente mes plus sincères condoléances.
(La mère laissa échappé un cri d’horreur)
- Non pas ma fille, pas elle ! Pourquoi ? Pourquoi ?

Jane était silencieux, pendant que Thérésa questionnait, la mère Jane lui inspectait chaque recoin de la pièce, il fini par demander l’autorisation pour se rendre dans la chambre de la petite Kate. La mère de l’enfant effondrée lui accorda.

Jane gravit des escaliers, et arriva devant une porte blanche, un petit mot était accroché il se stoppa net… Son cœur battait si fort et si rapidement qu’il cru qu’il allait vomir

FLASH BACK

8 years ago …

Patrick Jane rentra chez lui après avoir participé à un show télévisé.
Il sourit, en rangeant le petit vélo de sa fille, il monte les marches qui le sépare des deux femmes de sa vie. Il distingue un papier sur la porte d’entrée, il sourit toujours il adore les surprises, mais plus il se rapproche plus son sourire s’estompe, il le lit
« Cher Monsieur Jane, je n'aime pas être calomnié dans les médias, encore moins par un escroc. Si vous étiez un véritable médium et non un petit ver malhonnête, vous n'auriez pas à ouvrir la porte pour voir ce que j'ai fait à votre belle femme et à votre enfant. »
Alors ses yeux s’embrument de larmes, sa peur grandit, son cœur bas la chamade dans sa poitrine. Il pousse la porte, le mot laissé laisse présager le pire… Jane s’immobilise, la première chose qu’il voit c’est le corps de sa femme, ses ongles de pieds peints avec son sang, le corps est affreusement mutilé. Sa petite fille gît elle aussi ensanglantée près de sa maman, mais elle n’a pas souffert. Il laisse échappé un cri de désespoir et ses larmes coules abondamment pour les deux femmes de sa vie. Son regard embrumé par les larmes distingue un simley signature de celui qu’il a humilié lors du show et qui s’est vengé en assassinant sa famille. Le simley a été dessiné avec le sang de la petite fille… Il pleure seul dans l’appartement. Il revoit sa femme et sa fille jouant au piano. Sa femme souriait encore ce matin, et sa fille riait et de sa petite voix lui a dit

– Ecoute papa…Il était loin de se douter qu’il les verrait pour la dernière fois. Il se haïssait pour la toute première fois, il eut envie de mourir sans elles sa vie ne servait plus à rien, mais il devrait pourtant vivre avec le poids trop lourd de la culpabilité le restant de ses jours, parce qu’il avait défié un homme maléfique, un meurtrier il en assumerait les conséquences.

FIN DU FLASH BACK

Jane sent ses yeux qui piquent, il recule de plus en plus… des larmes coulent malgré lui il revoit le malheur s’abattre sur une famille par sa faute … Soudain il ne voit que du noir, au lointain il entend un cri effroyable, il distingue l’ombre d’une femme près de lui, puis plus rien.

Quand Jane revient à lui, il remarque qu’il n’est plus chez les parents de Kate. Près de lui accroupie Lisbon a les yeux embrumés de larmes, mais soupir de soulagement, elle lui tient la main. Les murs sont blancs, il est relié à d’énormes machines. Il est à l’hôpital.
- P***** vous êtes un e******* ! J’ai eut la trouille, quand vous avez basculé dans les escaliers. Ne me refaite jamais ça ! Lisbon était paniquée et sincèrement bouleversée.
- Désolé, il était sincère elle n’en revenait pas venait –il réellement de s’excuser pour la peur qu’il lui avait causée ?
- Jane vous avez dû prendre un sacré coup sur la tête ! Sourie t-elle
- Lisbon
Elle se retourna vers lui
- Que se passe t-il encore ?
- Je vous aime aussi
- Que … vous racontez quoi encore ? Je ne suis pas amoureuse de vous
- Menteuse ! Lisbon cessez de nier … Quand je vous avais invitée à danser lors de ce bal, vous étiez lové contre moi et lorsque je suis tombé chez les Forbier, la dernière chose que j’ai entendue ça a été vos hurlements
Lisbon était gênée, elle tentait de trouver un motif de justification au blond

-Jane arrêtez vos pitreries ! (Elle rougit), c’était un slow normal que soit l’un contre l’autre, et quand vous avez basculez normal que j’ai hurlée vous êtes un collègue
- Je rêve ou bien vous venez de rougir derrière vos cheveux, rie Jane
- Vous vous trompez, vous … vous… Elle n’eut pas le temps de finir sa phrase qu’elle sentie les lèvres de Jane sur les siennes il avait quitté son lit pour l’embrasser.

Elle n’émis aucune résistance quand il l’entraîna sur le lit. Elle commença a déboutonné la chemise du blond laissant apparaître un torse musclé.
-Jane on ne peut pas faire ça, pas ici dans ces conditions quelqu’un pourrait entrer à tout moment …

Lisbon l’aimait elle n’avait plus aucun doute finalement il était pas mal le consultant hein ? Elle restait néanmoins pudique, cet amour était à eux, c’était leur histoire et pas besoin d’impliquer tout l’hôpital !

- Aucun souci je serais patient, mais pas trop quand même ! Lui lança Jane dans un regard complice et amusé
Lisbon rie, c’était tout Jane et pour rien au monde elle ne le changerait. Lisbon le regarda en silence, elle repensa à une chose qu’il lui avait dite un jour où comme toujours il avait abusé et légitimement en son rôle de patronne elle avait réprimandée son consultant

- Lisbon cessez de me regarder avec ces yeux là ! Si vous aviez eut un revolver à l’intérieur vous m’auriez déjà fusillé ! C’était amusé Jane
- Ce que vous pouvez être agaçant ! Je ne sais pas si il existe une expression pour décrire une personne au comportement inquiétant, avec une pointe d’arrogance et de gaminerie mais c’est ce qui vous caractérise Jane ! J’en ai assez de vous et votre orgueil blessé dès qu’on évoque John le Rouge, j’en ai assez de vous couvrir sans arrêt et de couvrir vos conneries ! Vous n’êtes pas le centre du monde mettez vous ça dans la tête ! Merde à la fin !
Jane avait marqué un temps d’arrêt avant de conclure

- Lisbon vous avez entièrement raison, je suis désolé, vraiment et je déteste voir cette expression dans vos yeux. Je n’aime pas quand vous êtes en colère contre moi ! J’aime mieux quand vous souriez .Il avait prit une moue d’enfant malheureux, avant d’ajouter qu’il pouvait être un emmerdeur notoire, mais que si elle le désirait pour elle il pouvait être un grand romantique !
- Eh bien vous essayez de me séduire Patrick Jane ? Lui avait lancée la jolie brune
- Lisbon dite moi quel homme saint d’esprit n’essaierai pas de vous séduire ! Et ne me dite pas que l’idée que je cherches à vous séduire, ne vous a jamais traversée l’esprit !
- Vous, vous savez parler aux femmes Jane ! Avait sourit Lisbon.

La sonnerie de son portable tira Lisbon de ses pensées

- Patron c’est Van Pelt, Jane avait vu juste, les parents de la gamine sont bien divorcés, le père à même une injonction d’interdiction d’approcher sa famille, et c’est un imitateur de John le Rouge qui a assassiné la petite fille, reste à savoir qui est le client qui a demandé ce genre de scénario, car de toute évidence, l’assassin a fait payer ses services ! Patron vous êtes toujours là ?
- Oui…Oui Van Pelt, j’ai juste du mal à comprendre comment on peut faire ce genre de choses à un être aussi innocent ! Comment je vais dire ça à Jane ?
- Je suis désolée patron dit Van Pelt et elle raccrocha
- Lisbon y-a un problème ? Demanda le consultant en voyant des larmes dans les yeux de Lisbon.
- Jane écoutez … vous aviez raison comme toujours, les parents sont bien divorcés, et en ce qui concerne John le Rouge vous aviez vu juste c’est bien un imitateur qui a tué la gosse, maintenant reste à savoir qui a pu commanditer ce genre de chose
- J’aurais tellement voulu me tromper Lisbon ! Elle voyait de la colère et de la tristesse dans les yeux azur du blond. Elle le vit trembler de tout son corps sous l’effet de l’énervement.
Elle s’assis sur le bord du lit, et lui pris doucement la main. Sa voix était douce et compatissante, car elle le savait tourmenté par un passé dont seule la vengeance serait pour lui l’issue.
- Jane écoutez moi, on coincera cet imitateur, et John le Rouge aussi je vous en fais la promesse. Prenez du repos, ménagez vous, si vous êtes dans un tel état de colère, si vous laissez vos émotions prendre le dessus, alors vous ne serez pas utile à l’équipe.
Elle quitta la chambre en jetant à son consultant un regard inquiet, il avait les yeux clos pour réfléchir comme à son habitude. Jane, je vais rendre une visite au père de Kate, avait-il entendu de la voix de sa patronne, mais il n’avait pas ouvert les yeux, et il n’avait entendu que les pas de Lisbon qui s’éloignait. Elle avait quittée la chambre Jane était seul.

Au bout de 45 minutes environ, Jane appela Lisbon en urgence. Il avait mis les faits bout à bout :
La personne qui avait voulu enlevée la petite fille ne pouvait être que le père, il avait dû vouloir revoir son enfant, mais comment faire puisqu’il avait interdiction de s’en approcher ?
Il l’avait donc fait enlevée par l’imitateur de John le Rouge, qui avait droguée la petite, et quand il s’est aperçu qu’elle ne respirait plus, il a eut l’idée de cette mise en scène pour faire croire à un autre crime commis par John le Rouge. Quel meilleur moyen de ne pas être accusé que de faire croire à une nouvelle victime pour ce tueur en série qui en avait eut tellement ? Pour le véritable John le Rouge un de plus ou un de moins à son palmarès, ce n’était rien.
Lisbon ne répondait toujours pas à son portable depuis 10 minutes, inquiet Jane décida de prévenir Rigsby qu il faudrait des renforts au 104 Avenue Palace à Belleville, il décida de ne pas attendre les renforts en tête brûlée qu’il était, se déguisa en médecin un comble pour lui qui les détestait ! Mais cette ruse passa comme une lettre à la poste, et une fois dans sa voiture il démarra en trombe.

Quand il arriva à destination il se précipita dans la maison, en pointant son arme sur le père de Kate. Il décrivit les faits à ce dernier qui ne tenta même pas de nier. Lisbon elle était ligotée sur une chaise et bâillonnée, elle ne pouvait qu’écoutée les échanges entre le père et le consultant et prier pour que Jane ne fasse pas de bêtises !

Le père de Kate s’approcha de Lisbon et alors qu’il allait lui assener un coup de couteau Jane eut le réflexe de pointer à nouveau son arme qu’il avait baissé … Il entendit une détonation et vie l’homme s’écroulé dans une mare de sang au milieu du grand salon, où ils se trouvaient tous les trois.

Jane sonné par ce qui venait de se dérouler libéra ensuite Lisbon des liens qui la retenait prisonnière, et la serra dans ses bras. Il avait vraiment cru la perdre. Lorsque Rigsby, Cho et Van Pelt arrivèrent avec les renforts demandés par Jane, ils trouvèrent le consultant la patronne dans les bras.

-Eh bien vous avez mis le temps ! Lança Jane qui serrait toujours Lisbon
- Merci Jane, pour une fois je suis heureuse que vous ayez désobéie, car sans votre intervention je serait certainement morte ! Osa la patronne à son consultant.
- Lisbon je serait toujours là pour vous sauvez que vous le vouliez ou non, lui lança celui-ci dans un sourire et la preuve je vous demande même en mariage !
- Euh quoi Jane … cessez de plaisanter lui répondit Lisbon surprise, pour l’équipe aussi cette phrase de Jane avait fait l’effet d’une bombe ! Le silence était si grand, et long que Jane éclata de rire
- Je ne plaisante pas Térésa, je suis très sérieux veux tu devenir ma femme ?
Lisbon tomba à genoux à sa hauteur, ses yeux se posèrent sur l’alliance que le consultant avait toujours à son doigt. Jane qui avait suivi son regard lui dit d’une voix très douce
- Ma femme et ma fille font parties de moi, de ma vie passé mais j’ai besoin de me reconstruire et je veux le faire avec toi alors pour la troisième fois Térésa Lisbon veux tu m’épouser ? Il sourit amusé car la jeune femme avait rougie, elle était incapable de prononcer le moindre mot, les yeux baissés sur les mains du consultant. Elle releva finalement les yeux vers lui, dans un sourire complice qui valait tout les « oui » du monde. Lisbon leva les yeux vers son équipe médusée qui observaient la scène, avant de lancer amusée
- Rigsby, Van Pelt et Cho, vous êtes tous invités au mariage !
- Eh bien qui l’aurait cru sourie Van Pelt en direction de Rigsby
- Vous êtes de sacrés numéros ! S’amusa Cho sortant de sa réserve pour féliciter le nouveau couple
- Hightower ? Osa Rigsby
- On lui dira la vérité répondit Lisbon d’une seule traite
- On vous soutiendra Chef ! Lança Grace Van Pelt
- Merci concéda Lisbon
- Bon je ne voudrais pas vous pressez, mais on ne va pas coucher là si ? S’amusa le blond
- Il a raison dit Lisbon en le prenant par la main, et ils partirent de la maison du père qui avait sans le vouloir d’une certaine manière tué sa fille.
Jane s’arrêta net avant d’entrer dans la voiture, son visage assombri et inquiet se tourna vers sa patronne
- Térésa, je suis comme ce père Non ? Moi aussi j’ai tué ma fille, et ma femme en plus ! Il avait les larmes aux yeux. La cicatrise de son passé ne se refermerait jamais.
- Non Jane non c’était pas ta faute … Elle le pris dans ses bras
- Si Lisbon, si c’est de ma faute si il les a tuées toutes les deux. Je n’aurait jamais dû … J’aurais… Je les mots de Jane restaient bloqués dans sa gorge pendant que les larmes ruisselaient sur son visage. Lisbon resserra son étreinte.
- Chut Jane, je suis là… John le Rouge on le coincera … ensemble on y arrivera
Elle avait elle aussi les yeux embrumés par les larmes, ils avaient tout partagé, tout affronté, ils avaient résolu des affaires, mais les démons qui torturaient Jane seraient difficiles à éliminer, Lisbon le savait mais elle serait aux côtés de son homme jusqu’au bout.

Une fois l’émotion du blond passé, ils grimpèrent dans la voiture. Lisbon au volant. Ils arrivèrent une demi heure après au bureau et annoncèrent à Hightower leur intention de mariage qui accepta, mais ne les renvoya pas à la plus grande surprise de tous et surtout à la grande surprise des deux intéressés.

Le soir même dans l’appartement Jane et Lisbon firent l’amour, et neuf mois plus tard Lisbon donnait naissance à un petit garçon qu’ils prénommèrent Thomas

L’enfant grandit et quatre ans plus tard, Thomas était blond comme son père et avait les yeux verts de sa mère. C’était un très bel enfant, enjoué et généreux qui adorait se blottir entre ses deux parents.

Un soir vers 19h, Lisbon qui était partie chercher son fils revint bouleversée.
En effet une personne vêtue d’une cape noire, et d’un masque s’était déclaré être un voisin et avait emmené l’enfant.

La seule personne qui pouvait avoir commis l’enlèvement Jane et Lisbon le savait c’était John le Rouge, d’ailleurs celui-ci n’avait pas hésité à narguer Jane au téléphone en lui déclarant qu’il allait encore perdre une personne qu’il aimait, puis dans un ricanement sinistre il avait raccroché.

L’équipe de Lisbon mise sur l’affaire par la jeune femme avait localisée l’appel. Le jeune couple se rendit immédiatement sur les lieux.
L’endroit était lugubre, et le froid s’engouffrait dans un sifflement sinistre. Lisbon attendait à l’extérieur selon leur plan, et puis ce face à face c’était d’abord celui de Jane pour qui la traque du bourreau de sa famille avait pris douze ans. Lisbon était inquiète, Jane pouvait le lire sur son visage.
- Je t’aime Térésa, lui dit le blond avant de s’engouffrer dans la grotte d’un pas prudent.
Jane sentait des craquements sous ses pas, sa peur grandissait il cherchait des yeux son fils, il l’appelait mais aucune traces de Thomas… Il se pétrifia sur un mur accroché les photos des deux femmes de sa vie en sang, photographiées dans leur agonie. Des larmes coulèrent sur ses joues sans qu’il puisse les retenir.

Soudain une voix assez forte le fit sursauté, une ombre noire, un rire sinistre… il reconnu son ennemi juré : John le rouge
- Bonjour Patrick
- Je ne vous salue pas, et je ne vous autorise pas à m’appeler par mon prénom ! dit Jane hors de lui.
- Calme toi Jane ricana celui-ci
- Où est mon fils espèce de fumier, tas de m***** ! Hurla Jane
John le Rouge ne répondit rien et ricana
- Où est mon fils ! Où est –il ! Répéta Jane qui sentait une boule lui monter dans la gorge, mais qui ne voulait pas craquer devant l’assassin des siens.
- Patience Jane et regarde les magnifiques photographies ! Tu reconnais ta femme, et ta fille n’est – ce pas ? Comment on se sent lorsqu’on est celui par qui tout est arrivé ? Triste, bête, en colère, impuissant ?
- Je vous interdis … Dit Jane entre ses dents
John le Rouge continua

- J’ai adoré joué avec toi Patrick, tu étais un adversaire de taille !
Tu as enfin compris qu’on ne se moque pas impunément du grand John le Rouge, j’ai adoré tué ta femme elle a hurlée, la terreur se lisait sur son visage… ricana le meurtrier
- Fermez là ! Ordonna Jane les yeux embrumés de larmes
- Le simley tu ne trouve pas qu’il est beau ? Je l’ai dessiné avec le sang de ta chère petite fille acheva John le Rouge dans un ricanement.
- Je vais vous tuez espèce de p********* ! Lança Jane
- Je ne ferait pas cela si j’étais toi Jane lança le meurtrier en attrapant le jeune fils du consultant, il lui mis un couteau sous la gorge
- Thomas relâchez le ! M***** relâchez mon fils ! Hurlait le blond mais alors que John le Rouge allait tuer l’enfant devant les yeux de Jane pétrifié une détonation retentie Térésa Lisbon venait d’abattre le meurtrier.

- Jane je suis désolée… C’était ton combat, mais dès que tu es rentré dans l’unité, j’ai su que cette quête de vérité c’était aussi la mienne. Bien sûr il aurait dû être emprisonné mais… Les larmes roulaient doucement sur les joues de la patronne du CBI.

- Térésa viens là … dit Jane d’une voix douce en l’attirant contre lui. Peu à peu sa respiration se calma et elle eut le réflexe d’appeler son fils avec une infinie tendresse. L’enfant quand John le Rouge avait été abattu, s’était enfuit pour se cacher. Ce fut une petite forme recroquevillée et apeuré qu’ils durent rassurer.

- Thomas c’est maman, tout est fini mon chéri, n’ai pas peur… Tout va bien maintenant, chuchota Lisbon à la petite tête blonde du chérubin qui vint se nicher dans ses bras. Elle le serra très fort, elle avait eut tellement peur de perdre son petit garçon. Jane caressa les cheveux du petit blondinet.

Il avait perdu une femme et une fille de 6 ans à cause de John le Rouge, mais dans sa quête il avait rencontré Térésa Lisbon la très jolie patronne du CBI, il lui en avait fait voir de toutes les couleurs… ils avaient résolus de nombreuses affaires ensembles… Ils s’étaient avoués leur amour … ils s’étaient marier et elle lui avait donné un fils superbe… Quatre ans après c’est encore à ses côtés qu’il venait d’affronter le meurtrier de sa famille.

Jane s’accroupi près du meurtrier il retira lentement le masque avec déformeur de voix intégré qui cachait le véritable visage du bourreau de sa famille… il distinguait des cheveux blond. Lisbon inquiète de ses réactions suivait chacun de ses gestes son fils blotti contre sa poitrine. La respiration du consultant s’accéléra car il distinguait des yeux azur identiques aux siens … La peur qui grandissait en lui fit se former une boule dans sa gorge… Il était en sueur des larmes embrumaient ses yeux… l’homme à terre couvert de sang n’était autre que son frère jumeau !

Ce frère que Patrick avait si peu connu… qu’il avait laissé derrière lui lorsque son père l’avait emmené avec lui sur les routes… Parce que Patrick avait un don il était utile à son père, joueur invétéré, manipulateur et menteur… Père et fils avaient escroqués des tas de personnes, et même une fillette mourante… Son père était un homme cupide et sans scrupules « On fait du bisness ! » répétait-il au jeune Patrick à qui il avait appris les ficelles du métier…
Ce fils, ce jeune prodige qu’un soir il avait pris avec lui dans sa roulotte pour toujours pour une vie nomade, sans sa femme et sans ce second fils qu’il jugeait sans doute encombrants … Patrick Jane avait appris la mort de sa mère dans le journal puisqu’il ne l’avait jamais revu … Son père était lui aussi décédé après lui avoir tout appris… Le Mentalist avait participé à des shows télévisée, des arnaques en tout genre… Son père lui avait légué l’art de la manipulation … Il vivait une vie tranquille sans se soucier du reste… le soir pour se donner bonne conscience il rejoignait l’appartement dans lequel il vivait avec sa femme et sa fille… John le rouge avait fait basculé cet équilibre en assassinant la famille de ce dernier….Interné en hôpital psychiatrique il s’en était sorti … Jane avait intégré le CBI pour se venger …Il ne c’était jamais demandé ce que son frère devenait … Comment aurait-il pu se douter que c’était son frère qui était John le Rouge ! Pas une seule seconde l’idée ne lui avait
Effleuré l’esprit et pourtant John le Rouge avait su manipulé le Mentalist, comme un marionnettiste avec une marionnette … Tout en douceur… La jalousie avait sans doute rongé son frère c’était la seule explication de Jane pour expliquer ce jeu de piste qui avait duré douze ans.

Des larmes plein les yeux, il se tourna vers Lisbon qui l’observait immobile et inquiète.
-John le Rouge c’était mon frère jumeau sanglota Jane.
Thérésa lâcha son fils et s’agenouilla près du consultant en lui entourant les épaules.
Elle était certaine d’une chose sa vengeance accompli Jane serait plus serein bien sûr il n’oublierait jamais son douloureux passé et il faudrait du temps de la patience, et énormément d’amour pour lui permettre de cicatriser des blessures qui ne se refermeraient jamais, mais elle serait à ses côtés parce qu’elle l’aimait.

Ils restèrent longtemps enlacés les yeux fermés, quand ils les rouvrirent toutes les larmes avaient disparues. Le consultant jeta un regard à son fils et le petit garçon blond comme le Mentalist ne demanda pas son reste pour se précipiter dans les bras de son père.
Térésa Lisbon souriait

- Jane si tu a pris les ficelles du métier de ton père pour améliorer tes dons alors tu a pris le meilleur …
Elle avait raison, il le savait, et c’est tous les trois heureux qu’ils quittèrent les lieux. Ils contemplèrent l’horizon ensoleillé avec une certitude : Rien n’était fini tout commençait


Dernière édition par lisbonjane93 le Mer 2 Nov 2011 - 16:41, édité 1 fois

lisbonjane93
Gardien du parking
Gardien du parking

Féminin Personnage préféré : Lisbon et Jane
Loisirs : Lecture et écriture

Revenir en haut Aller en bas

Re: La force de l'amour ^

Message  diamsley le Lun 17 Oct 2011 - 15:12

J'ai trouvé la base de ton histoire intéressante mais tout les évènements s'enchainent un peu trop vite à mon goût. Un coup il accuse Lisbon d'avoir empêcher sa vengeance,ensuite il ne veux plus refaire sa vie,quelques lignes plus loin il embrasse la demande en mariage sur une scéne de crime,et ils ont un enfant et tu Red John,du coup le trop plein d'évènements majeur gâche une partie du plaisir,mais pas totalement car ton histoire est tout de même agréable je te rassure^^bonne continuation pour la suite. Very Happy

diamsley
Livreur de Pizza
Livreur de Pizza

Féminin Personnage préféré : Jane,Cho,Lisbon,Mc Garett,Danno,Sherlock.
Loisirs : être heureuse!!
Localisation : Dans mon espace intérieur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La force de l'amour ^

Message  Invité le Lun 17 Oct 2011 - 16:30

Hello, alors non seulement tu ne la met pas au bon endroit et tu ne fais aucune présentation, la plupart du temps on a pas envi de lire un truc pas présenté. Puis qu'est ce que c'est ? Un OS ? une fic ?

Et si c'est un OS OMG ce que tu es rapiiiiiiiiide, on a pas le temps de rentrer dans l'histoire là xD

Ah j'oubliais, fait attention aux fautes d'orthographes

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La force de l'amour ^

Message  lisbonjane93 le Mar 25 Oct 2011 - 0:41

Je suis nouvelle sur le forum et j'aimerai savoir ce qu'est un OS parce que je ne fais pas la différence. Merci pour les messages c'est encourageant

lisbonjane93
Gardien du parking
Gardien du parking

Féminin Personnage préféré : Lisbon et Jane
Loisirs : Lecture et écriture

Revenir en haut Aller en bas

Re: La force de l'amour ^

Message  Johel le Mar 25 Oct 2011 - 11:00

Bonjour,

c'est vrai que les évènements sont un peu trop condensés mais l'histoire est bonne, tu te débrouilles plutôt bien.

Un OS est en règle générale une histoire courte en un chapitre...

Pour cet OS il y avait matière à faire une Fic ....donc une histoire qui se déroule sur plusieurs chapitres et à déposer dans les "fics en cours"...

_________________

"Merci à voilà pour ce superbe kit"

"Aussi longtemps qu'on médite sa vengeance, on garde sa blessure ouverte - T. Fuller"

Johel
In Jane we trust

Féminin Personnage préféré : Jane et Cho
Loisirs : Lecture, ciné, jeux vidéo et suuuurf !
Localisation : près de l'océan

Revenir en haut Aller en bas

Re: La force de l'amour ^

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 9:40


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum