le sourire d'un enfant (post 4x20). ^

Aller en bas

le sourire d'un enfant (post 4x20). ^

Message  Calypsoh le Dim 1 Juil 2012 - 21:18

Bonsoir à tous! Me revoilà pour une petite OS douce et pleine d'espoir inspirée sans doute par ma situation actuelle!
Je trouve un peu dommage que Bruno ait carrément gommé la naissance de Benjamin Rigsby et ne nous ait jamais présenté ce bout de chou, surtout quand on voit la magnifique scène finale du 4x20 où l'on sent toute la peine qu' a encore ce pauvre Jane.
Donc je vous livre ma vision de la famille de coeur étrange mais néanmoins attachante de ce nouveau né. J'avoue m'être bien amusée à rédiger cela, comme toujours je tente de naviguer entre humour et émotion. J'avoue que la fin est totalement loufoque mais comme la dernière fois je vous avais servi une fin assez proche du réalisme de heller (RJ en mode jardinier ), je vous livre cette fois une fin déjantée à la sauce caly, j'assume complètement!

gros bisous à tous, et bonne lecture, j'espère que cela vous plaira.

SPOILER 4x20 (ne tient pas compte du final)

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le sourire d’un enfant. (post 4x20)

« Et voilà patron, l’audience de Keanan est prévue pour dans une semaine, déclara Cho qui venait de raccrocher d’avec le bureau du substitut du procureur. Avec le dossier qu’on a monté contre lui, il n’a aucune chance d’échapper à la prison.
- Tant mieux, cela fera un assassin de moins dans les rues
, se réjouit Lisbon qui était appuyée contre le bureau de Van Pelt, elle-même assise sur son fauteuil.

En cette fin d’après midi du samedi, il ne restait guère plus que l’équipe de Lisbon dans le bureaux.
« Sans compter que cette fois, l’affaire a été menée sans un seul accroc, fit malicieusement remarquer la belle rousse.
- Oui, je l’admets, corrobora sa patronne, Jane a été un exemple de discrétion et de bienséance pour une fois.
- On parle de moi
? surgit soudain la voix guillerette du consultant qui revenait de la cuisine avec une bonne tasse de thé fumant.
- Nous nous accordions pour dire que vous étiez comporté de manière mature et responsable pour une fois.
- Voyons Lisbon, je me montre toujours mature et responsable,
- Ben voyons, ironisa Cho. Dit celui qui a volé un jour une perruque chez un suspect.
- C’était une preuve de mauvais goût
, expliqua sobrement Jane.
- Dit celui qui a volontairement détruit une voiture de luxe pour pouvoir arrêter le meurtrier, embraya Van Pelt avec humour.
- Encore le mauvais goût, la couleur était affreuse, se justifia de nouveau Jane qui s’assit sur son canapé, en prenant garde de ne pas renverser son breuvage précieux.
- Dit celui qui s’est déguisé en monstre pour effrayer une folle furieuse, poursuivit Lisbon, en levant les yeux au ciel.
- Oui mais c’était le soir d’Halloween, donc j’avais le droit ! »


Devant la grande mauvaise foi de leur ami excentrique, les trois interlocuteurs ne purent retenir un sourire : après tout leur métier comportait tellement d’horreurs et de drames qu’ils devaient reconnaître que les facéties de Jane apportaient un peu de couleurs dans leur sinistre quotidien d’agents fédéraux. Mais ils ne l’avoueraient jamais ouvertement sous peine de voir leur consultant devenir intenable…déjà que… !
« Blague à part, je dois vous concéder que dans l’affaire Keanan vous avez su vous tenir, chose suffisamment rare pour mériter d’être soulignée.
- Allons bon, un influent notable versé dans le sadomasochisme qui assassine sa femme parce qu’il découvre qu’elle a pour amant un professeur de yoga pacifiste lui-même collectionneur de pingouins en peluche, l’histoire était déjà assez drôle sans que j’en rajoute !
- Certes mais comme la mère dudit notable s’avère être l’une des principales figures politiques du canton, il était important de ne pas faire d’esclandre
, rappela Lisbon qui avait prié tous les jours pour que son intenable consultant ne fasse pas d’impair irréparable alors que sa hiérarchie lui mettait une pression de tous les diables pour étouffer au mieux le scandale qui frappait la célèbre famille.
- J’ai été sage comme une image, ajouta gaiement Jane.
- Mwé…
- Doux comme un agneau
, poursuivit-il sur un ton dithyrambique.
- Oui bon n’en rajoutez pas non plus.
- Adorable comme un chaton, joli comme un cœur, léger comme le vent, malin comme un singe, beau comme un dieu et…
- Muet comme une carpe, ce serait le rêve
! ironisa Lisbon qui l’interrompit dans son monologue théâtral.
- Alors ça c’est bas, Lisbon ! se vexa faussement le mentaliste qui but une gorgée de son thé sous les yeux rieurs de ses équipiers.
- Non, juste habilement envoyé, cher ami !
-Ah, les femmes ne voient jamais ce qu’on fait pour elles, seulement ce que l’on ne fait pas
! déclama solennellement Jane en regardant Cho.
- Être homme est facile ; être un homme est difficile, compléta Lisbon qui se tourna vers Van Pelt en adoptant le même air docte que Jane.
- D’accord, un point partout, balle au centre » concéda Jane qui s’enfonça un peu dans son divan tandis que Lisbon arborait un sourire triomphateur. Face à ce spectacle tellement habituel chez Jane et Lisbon, les deux autres agents s’amusaient vivement, oubliant pour un temps les difficultés de leur métier.

« Eh bien, je vois qu’on s’amuse ici ! » retentit soudain une voix familière et chaleureuse.
Tous les quatre se tournèrent et virent arriver Rigsby qui tenait délicatement dans ses bras un adorable bébé âgé de quelques jours environ.
« Mais regardez qui voilà ! s’exclama Lisbon, ravie qui s’avança vers le jeune papa et sa tendre progéniture, imitée bien sûr par Van Pelt. Bonjour à toi petit Benjamin.
- Oh, à peine dix jours et il a déjà changé
, renchérit Grace qui caressait de son frêle doigt la joue du nourrisson.
- Oui c’est sa première sortie, expliqua Rigsby de sa voix claire. Sara a quitté la maternité ce matin et je me suis dit que ce serait sympa de venir vous voir.
- A peine né, tu veux déjà le faire embaucher au bureau ? Pauvre gosse
, se moqua gentiment Cho.
-Ne l’écoute pas, murmura Rigsby à son fils, tonton Cho plaisante…enfin, du moins il essaie mais il n’est pas vraiment équipé pour ! »

Les deux équipiers se jetèrent un regard complice car derrière ses boutades, ils masquaient bien évidemment leur indéfectible amitié. Tandis que les deux femmes étaient en admiration devant l’enfant, Rigsby leva la tête et posa son regard un peu plus loin.
« Et puis surtout, je voulais que Benjamin fasse la connaissance de toute l’équipe, dit le grand brun un peu mal à l’aise. Il reste quelqu’un qu’il n’a pas encore rencontré. »

Resté en retrait sur son canapé, Jane avait observé la scène avec tendresse mais aussi beaucoup de recul. Cependant il ne pouvait pas demeuré plus longtemps silencieux à présent que ces équipiers avaient tous porté leur regard sur lui. Affichant un beau sourire de circonstance, le mentaliste posa sa tasse sur le bord d’une table et se leva pour se diriger vers le petit comité.
Risgby s’avança d’un pas, de toute évidence gêné. Il savait combien la paternité du jeune agent devait remuer la blessure de l’homme qui avait perdu sa petite fille, aussi Wayne avait-il parfaitement compris que Jane fut le seul à ne pas se rendre à la maternité pour féliciter les jeunes parents et voir le nouveau né. Mais être debout à présent devant celui qui avait vécu le plus terrible des drames intimidait le grand Wayne qui se mit à bégayer, en se demandant s’il avait fait le bon choix.
« Je…je voulais te présenter mon petit garçon, dit Rigsby d’une voix incertaine.
Jane demeurait courtois et souriant, ravi pour son ami malgré tout.
« Benjamin…voilà tonton Jane ! »

A l’écoute de ces mots, le mentaliste se figea : ainsi donc, en plus d’être un ami, il se voyait présenté comme un membre à part entière de cette famille. Il paraissait évident à tous ici que ce petit bébé aurait beaucoup d’oncles et tantes de cœur pour veiller sur lui mais Jane ne se sentait pas digne d’un tel honneur. Il ne sut trouver les mots car il ne voulait pas vexer ceux qui lui étaient indéniablement cher.
« Je..., commença le consultant vite pris de court.
- Alors, je dois te prévenir Benjamin que tonton Jane a l’habitude de dire et de faire beaucoup de bêtises, l’interrompit Rigsby qui s’adressait toujours à l’enfant qu’il tenait. Par exemple là tu vois, il s’apprête à dire qu’il n’est pas vraiment ton oncle, qu’il ne sera guère un exemple pour toi...bon cela je le concède volontiers et si jamais tu t’avises à le suivre dans ses coups foireux, tu seras privé de dessert pendant au moins dix ans ! »

Devant la bonhommie de Rigsby mais aussi l’immense générosité qu’il cachait sous ces boutades amusantes, toute l’assemblée comprit qu’en réalité il s’agissait de faire comprendre à Jane qu’il était important à leurs yeux à tous.
« Mais il sait aussi faire plein de tours de magie extra, poursuivit Wayne qui semblait avoir trouvé la parade pour dire ce qu’il avait à dire. Mais là encore, il ne faudra pas s’en servir pour piquer les portefeuilles des gens…Bon sinon, il y a encore plein de choses à dire sur tonton Jane mais je pense que tu pourras t’en faire toi-même l’idée. »

Jane était resté silencieux et grave, le regard fixé sur le petit garçon qui ouvrait grand les yeux et qui laissait déjà entrevoir un air malicieux. Les trois autres spectateurs de la scène demeuraient silencieux, retenant imperceptiblement leur souffle en guettant la réaction de Jane. Lisbon avait peur que le mentaliste plante là le pauvre Wayne et son enfant, non pour lui faire affront, mais parce que la douleur était trop grande. Car nul doute que Jane souffrait autant qu’il était heureux pour son ami.
Après quelques secondes de silence, Rigsby eut peur d’avoir mal agi et voulut réparer son faux pas.
« Je suis désolé si je t’ai blessé…je…, commença t-il à bégayer de nouveau.
- Wayne…, entreprit de dire Jane mais il ne put continuer.
- Mais je voulais tellement que tu le connaisses, je ne voulais pas…
- Wayne…
- Je me doute que ce n’est pas facile mais
… »
Soudain Jane leva son index droit devant le visage de Rigsby pour lui imposer le silence puis se pencha vers le bébé
« Comme tu peux le voir cher Benjamin, il n’est pas aisé de faire taire ton papa ! »
Le fait qu’il s’adresse à l’enfant rassura toute l’assistance.
« Je peux te demander une faveur Rigsby ? poursuivit le consultant, avec sérieux.
- Euh oui ? Laquelle ?
- Pourrais-je le tenir quelques instants
? » demanda –t-il ému.

Heureux que son ami ne le fuie pas, Wayne acquiesça immédiatement et confia à Jane le nouveau né qui commença à pleurer un peu. Une fois l’enfant dans ses bras, le mentaliste le tint avec douceur et retrouva peu à peu les réflexes qu’il avait lui-même appris il y avait si longtemps. Son cœur se serra de douleur pourtant, quand il croisa les yeux chocolat humides du petit Benjamin, il relégua quelques instants sa peine au second plan.
« Oh…je vois que tu as du chagrin, bienvenu sur Terre mon bonhomme, commença Jane directement. Tu seras confronté plus d’une fois à des désagréments qui te donneront envie de pleurer, crois-moi. »
Les premières paroles peu engageantes de Jane inquiétèrent un peu les autres et Rigsby fronça imperceptiblement les sourcils : Jane allait-il gâcher ce moment ?
« Et encore, tu n’as pas vu la tête de notre chef Bertram, là il y a vraiment de quoi pleurer, je t’assure » embraya le blond sur son ton tout aussi sérieux.
Cette fois ses équipiers laissèrent échapper un sourire de soulagement.
« Alors laisse-moi t’expliquer deux ou trois choses : je ne t’ai pas menti en te disant que tu serais confronté à des choses tristes dans la vie, c’est le lot de chacun mais toi tu as la chance d’être merveilleusement entouré. Ton papa, par exemple, est un homme exceptionnel et droit. Bon d’accord, il mange beaucoup trop, je te déconseille de suivre le même régime alimentaire à ton âge sinon tu vas avoir des ennuis ».
Tout en continuant de parler au bébé qui semblait s’apaiser, Jane le berçait doucement.
« Mais il sera un père formidable : contrairement à moi, je sais qu’il fera tout pour vous protéger toi et ta maman, et qu’il te donnera tout l’amour dont tu auras besoin pour grandir et t’épanouir. »
A l’écoute de ces paroles touchantes, Wayne sentit l’émotion l’assaillir ainsi que tout le courage dont il disposait pour se jurer d’être digne de ce portrait flatteur de lui.
« Par contre, pour draguer les filles, ne demande pas à ton père, il est nul en ce domaine ! poursuivit malicieusement le mentaliste qui contourna Rigsby pour s’avancer vers Cho. Viens me voir, je t’expliquerai comment faire !
- Hey
! s’offusqua faussement Rigsby.
- Alors, après tes adorables parents, tu as fait la connaissance des tes oncles et tantes. Oui je sais c’est un peu confus cette histoire, comment peuvent-ils être tes oncles et tantes alors qu’ils ne sont pas les frères ou sœurs de tes parents, mais tu apprendras en grandissant qu’il existe plusieurs sortes de famille. Mais je ne suis pas sûr qu’on t’ait tout bien expliqué alors je vais m’en charger. Prends tonton Cho par exemple, poursuivit Jane en arrivant devant l’agent asiatique. Bon il y a des choses de son passé que tu es un peu petit pour entendre mais en gros, quand il était jeune, tonton Cho était un ours mal léché…attention hein, pas un gentil nounours comme ceux que tu as dans ton berceau, non…un vrai gros méchant ours ! ça c’était au début…puis après il est devenu un héros, un vrai gentil ! un peu comme Grincheux dans le sept nains de Blanche-Neige : il grogne souvent mais en fait il est adorable…voilà, ça, c’est tonton Cho, tu comprends ? »
A ce moment précis, Benjamin eut l’air de faire une risette comme pour acquiescer ce que disait son étrange nourrice du moment. Amusées, les deux femmes rirent de bon cœur tandis que Cho lançait à Jane son indéchiffrable regard.
« Bon, alors quand il te fixe comme cela, cela veut dire qu’il faut aller voir ailleurs ! reprit Jane qui s’éloigna de Cho pour s’approcher de Van Pelt à laquelle Benjamin adressa un beau sourire. Ah, et voila Taty Grace. Bon je vois que tu es déjà totalement sous le charme, évidemment ! C’est de famille ! »
A l’évocation de leur ancienne histoire, Van Pelt et Rigsby rougirent quelque peu.
« Ben, quoi il n’y a pas de honte à ce que ton fils et toi ayez les mêmes goûts en matière de femmes, renchérit le mentaliste d’un air taquin, surtout quand ce sont de très bons goûts ! »
Mais le sourire charmeur que Jane adressa à Grace ne suffit pas à dissuader la belle rousse de tirer l’oreille à Jane.
« Aïe...aïe…d’accord, d’accord, je retire ce que j’ai dit, finit par avouer Jane tandis que Grace lui lâcha l’oreille. Que cela te serve de leçon, petit Benjamin, sous son air angélique, Taty Grace dissimule une sévérité à toute épreuve, donc je te déconseille de l’embêter ! »
Van Pelt hocha la tête, amusée autant que dépitée devant les gamineries de Jane. Puis elle relança un énième sourire à l’enfant qui le lui rendit. Enfin, le consultant arriva devant sa patronne qui redoutait un peu le portrait qu’il allait faire d’elle au nouveau né.
« Ah, attention, voilà Tata Térésa ! reprit Jane. Ben oui, elle, tu devras l’appeler « Tata » d’abord pour la différencier de Taty Grace et en plus parce que ça rime avec son joli prénom. Tata Térésa. »
Jane releva la tête pour croiser les yeux émeraude de sa partenaire : comment allait-il pouvoir la définir brièvement ?
« Alors, elle a un adorable défaut, elle rougit facilement. Plus tard je t’apprendrai comment faire…par exemple… »
Puis Jane s’arrêta et fit mine de murmurer un secret à l’oreille de Benjamin qui écoutait avec grande attention le flot de paroles du mentaliste.
« Tu verras, ça, ça marche à tous les coups !
- Qu’est-ce ce qui me fait rougir à tous les coups
? s’insurgea alors la brunette mais ce fut en vain car Jane n’avait pas du tout l’intention de lui répondre.
- Vous verrez quand votre neveu de cœur le fera ! Bon quoi d’autre sur tata Térésa ? ah oui, j’ai une mauvaise nouvelle pour toi, elle est très à cheval sur les règlements. Avec elle, pas la peine d’espérer monter sur un manège sans payer la place ou lui emprunter sa voiture avant l’âge requis ! Niet, nada, rien, nothing…soit il faudra respecter à la lettre la moindre règle.
- Il faut l’espérer
! ironisa Lisbon
- Soit il faudra venir voir tonton Jane pour qu’il t’apprenne à les contourner, lâcha Jane en guettant les réactions prévues.
- Hey ! fit Rigsby. Ne m’en fait pas un fripon.
-- Non mais ça va pas
! le réprimanda vivement Lisbon qui délicatement fit mine de boucher les oreilles de l’enfant. N’écoute pas ce que te dit ce charlatan, d’abord il ne me connaît pas si bien que cela. Moi aussi je sais m’amuser, et un jour quand tu seras grand, je te raconterai comment j’étais à l’école. »
Jane afficha un air surpris et se souvint que Lisbon lui avait dit un jour qu’elle n’avait jamais affirmé n’avoir fait aucune bêtise mais simplement qu’elle ne s’était jamais fait prendre !
« Oh ! Je suis choqué Lisbon que vous encouragiez cet enfant à faire des bêtises, dit Jane qui se pencha alors vers Benjamin. Bon, je compte sur toi pour me rapporter en détails sur les frasques de tata Térésa !
- Eh bien, je commence à me demander si vous tous êtes de bons exemples pour mon fils
, fit Rigsby en levant les yeux au ciel.
- C’est toi qui l’as voulu, lui fit remarquer Jane tandis que Lisbon avait attrapé la petite main potelée de Benjamin pour jouer avec lui. Bon de toute façon, je vois que là encore ton fils est déjà sous le charme de sa tata donc je ne peux pas dire grand-chose de plus. »

Amusée, Lisbon plongea ses yeux émeraude dans le regard émerveillé de Benjamin et Jane profita quelques secondes de ce spectacle irréel : lui tenant dans ses bras un merveilleux bébé aux côtés d’une Lisbon aux anges. Il n’avait que très rarement vu le visage de sa supérieure aussi radieux et il se surprit à penser qu’elle serait sans doute une excellente mère. Et pour la première depuis très longtemps, le fait de penser à une famille ne lui brisait pas forcément le cœur.

Quand Lisbon eut fini de s’amuser avec Benjamin, Jane entreprit de revenir sur ses pas et de retourner vers Rigsby, qui ne lâchait pas son ami du regard.
« Tu vois, poursuivit doucement le mentaliste, ces quatre personnes autour de toi ont d’indéniables défauts, comme tu viens de l’entendre, mais n’auront qu’un objectif dans leur vie : te protéger de tout mal. »
L’ambiance redevint sérieuse et tous demeuraient attentif aux paroles de Jane, lui aussi arborant un visage plus grave.
« Tu es entouré de gens merveilleux qui t’aiment et qui veilleront sur toi aussi longtemps qu’ils le pourront. Crois-moi, tu ne pouvais rêver de meilleure famille. Et…pour une raison que j’ignore, ton père a bien voulu que moi aussi je fasse partie de ta famille, en dépit de tous mes gros défauts...et j’en ai beaucoup. Un jour peut-être, on te racontera l’histoire de tonton Jane, qui est beaucoup moins glorieux que tes autres oncles et tantes
Les quatre agents baissèrent la tête, ayant tous conscience en effet du lourd passif que trainait leur ami ainsi que du funeste avenir que semblait être le sien.
« Je suis loin d’être quelqu’un d’aussi généreux et brave que ton papa, d’aussi loyal et fidèle que tonton Cho, d’aussi humain et doux que taty Grace, d’aussi droit et noble que tata Térésa mais je vais te faire une promesse. Je te jure, à toi Benjamin Rigsby, que je ferai tout pour me montrer digne de toi et de la confiance que m’accorde ton père, de tout mettre en œuvre pour te protéger mieux que j’ai su protéger les miens. Je t’en fais le serment, mon bonhomme. »

Dire que tous étaient émus serait un euphémisme : Van Pelt avait même les larmes aux yeux devant cet aveu incroyable de leur ami. Il n’avait certes pas promis de renoncer à sa vengeance, tous l’avaient bien compris mais entendre un tel serment chez Jane relevait déjà du miracle. Lisbon qui doutait si souvent, vit en ce discours une preuve de plus de croire en l’avenir. En son for intérieur, la jeune femme aussi s’adressait à Benjamin en silence.
« Moi aussi, mon petit, je te fais une promesse : celle de tout faire pour veiller sur ta famille et de sauver un jour ton oncle. »

Quand Jane arriva devant Wayne, il lui tendit l’enfant qui était totalement apaisé et qui ne lâchait pas du regard l’homme étrange qui l’avait bercé si longuement.
Le jeune père récupéra son fils avec amour tandis que Jane adressa un regard reconnaissant à celui qui lui offrait un si bel espoir.
« Merci Wayne. » se contenta de dire le mentaliste qui avait conservé sa main sur le front délicat du bébé.
Rigsby acquiesça de la tête et vit alors son fils adresser une risette prometteuse : Benjamin Risgby comptait visiblement sur la promesse de son tonton Jane.

« Bon ce n’est pas tout ça, mais moi j’ai un cadeau pour Benjamin, embraya malicieusement Jane à la surprise de tous.
- Ah oui ? fit Rigsby, content
- Oui, j’ai justement en ma possession un adorable pingouin en peluche qu’il va adorer.
- Cool
! s’extasia le jeune père.
- Attendez une minute, l’interrompit aussitôt Lisbon, inquiète. Comment ça un pingouin en peluche ?
- Oula,
se contenta de dire Cho qui se dirigea vers son bureau comme pour s’éloigner de la crise à venir.
-- Vous savez Lisbon, ces adorables oiseaux de la famille des alcidés qui ne sont pas à confondre avec les manchots qui eux-mêmes…
- Je sais ce qu’est un pingouin Jane
, le coupa-t-elle de plus en plus fâchée. En revanche je veux savoir où vous avez récemment pu récupérer un pingouin en peluche.
- Oups,
vint de comprendre Van Pelt qui s’éloigna à son tour du duo électrisant sous le regard perplexe de Wayne qui ne comprenait pas comment une malheureuse peluche pouvait provoquer un tel remue-ménage.
- Oh eh bien…
- Jane, je vous jure, si vous me dîtes que vous avez volé une des peluches de collection de la victime, je vous étripe sur place !
- Bon, d’abord je ne l’ai pas volé puisque son propriétaire là où il est n’en aura plus vraiment d’utilité
, tenta d’esquiver Jane en reculant petit à petit vers la sortie.
- Ah bon ? Pourquoi où est-il, ce propriétaire ? demanda Wayne qui ne connaissait rien de la dernière affaire de l’équipe.
- Il est mort, se contenta de lui répondre Cho.
- Ensuite, je n’en ai pris qu’un alors que la victime en possédait plus de cinq cents donc je doute que quelqu’un ne voie la différence, continuait de se défendre maladroitement le mentaliste devant une Lisbon folle de rage.
-- Vous avez chapardé une pièce à conviction sur une scène de crime lors d’une enquête sur laquelle vous étiez sensé vous tenir tranquille, lui rappela la fliquette qui regrettait amèrement les quelques compliments qu’elle avait pu faire à son consultant pour sa conduite a priori exemplaire dans l’affaire Keanan.
- Oh, allez Lisbon, de toute façon l’enquête est bouclée, tenta une dernière fois de négocier le consultant. Et je doute que le juge compte sur le témoignage de ce petit pingouin pour inculper Keanan ! »

Là, Patrick Jane sut que cette ultime blague avait eu raison de la patience déjà mise à rude épreuve de sa patronne. Il lut dans ses yeux émeraude une envie de l’empaler sur place et le mentaliste recourut à sa dernière échappatoire : la fuite !
Il partit en courant vers l’escalier de service, suivi de près par une Lisbon furieuse.
« Revenez ici tout de suite ! Si madame Keanan l’apprend, nous allons avoir des ennuis et nous couvrir de ridicule…Jane, revenez ici ! Rendez-moi ce pingouin ! »

Les bruits de pas dans l’escalier et la voix de Lisbon se perdirent peu à peu au fur et à mesure que les deux protagonistes s’éloignaient. Van Pelt et Cho éclatèrent de rire devant le ridicule de la situation. Rigsby, toujours son fils dans ses bras, se pencha vers lui et lui dit d’un ton malicieux :
« Eh oui, fiston ! Bienvenu dans l’équipe de Jane et Lisbon…il va falloir t’y habituer ! »

FIN.
avatar
Calypsoh
Inspecteur de police
Inspecteur de police

Féminin Personnage préféré : alors ça c'est dur: j'aime les gamineries de Jane, la loyauté de Lisbon; le flegme de Cho; l'humour de Rigsby et la douceur de Van Pelt!!!
Localisation : à côté de Bruno Heller pour lui tenir la main lors de la rédaction des prochains épisodes!!

Revenir en haut Aller en bas

Re: le sourire d'un enfant (post 4x20). ^

Message  Johel le Dim 1 Juil 2012 - 21:59

:shocked: amen amen amen
C'est à peu près toujours la même réaction quand je fini un de tes textes
Et je n'ai qu'un envie...Le relire

Que dire des ces échanges entre Jane et l'équipe sinon que je retrouve tout ce qui m'a séduit dans cette série, un Jane gouailleur mais qui arrive à se faire "moucher" par les agents bravo

A l'arrivée de Rigsby et de Benjamin, on se dit que Jane va filer pour dissimuler sa souffrance et là, le miracle se produit...Il prend le bébé dans ses bras hall
Arrive le "moment de bravoure" triste3
La façon dont il parle de chaque membre de l'équipe est juste "magique"
Son serment à Benjamin me laisse dans le même état que l'équipe, tu as trouvé les mots qui sonnent juste triste2

Au final tu arrives à chasser l'émotion créée (j'ai toujours beaucoup de mal à mettre autant de "e" dans un mot) par le monologue de Jane en nous offrant une pirouette dont le mentaliste a le secret.

Rigsby conclut parfaitement cette histoire
...Rigsby, toujours son fils dans ses bras, se pencha vers lui et lui dit d’un ton malicieux :
« Eh oui, fiston ! Bienvenu dans l’équipe de Jane et Lisbon…il va falloir t’y habituer ! »

:bravo1: :bravo1: :bravo1: et :thank3:



_________________

"Merci à voilà pour ce superbe kit"

"Aussi longtemps qu'on médite sa vengeance, on garde sa blessure ouverte - T. Fuller"
avatar
Johel
In Jane we trust

Féminin Personnage préféré : Jane et Cho
Loisirs : Lecture, ciné, jeux vidéo et suuuurf !
Localisation : près de l'océan

Revenir en haut Aller en bas

Re: le sourire d'un enfant (post 4x20). ^

Message  NATH le Dim 1 Juil 2012 - 22:21

j'adors !!! Very Happy
avatar
NATH
Agent de circulation
Agent de circulation

Féminin Personnage préféré : Patrick Jane et Teresa Lisbon
Loisirs : Series ,The Mentalist , fics ecrire des fics ...., wakeboard, snowboard,skate, jeux video ...
Localisation : Sacramento CA :)

Revenir en haut Aller en bas

Re: le sourire d'un enfant (post 4x20). ^

Message  Totorsg le Dim 1 Juil 2012 - 22:48

aaaww, cette OS est vraiment magnifique!!
c'est adorable!
Jane avec benjamin dans les bras et qui lui fait le portrait de tout le monde, c'est mimi.

et la fin... MDR! sacré Jane!

Merci pour cette belle OS :)
avatar
Totorsg
Flic en uniforme
Flic en uniforme

Féminin Personnage préféré : Lisbon, Jane, Rigsby

http://totorsg.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: le sourire d'un enfant (post 4x20). ^

Message  Peanut le Dim 1 Juil 2012 - 23:30

J'ai vraiment aimé tout ton OS.

Je trouve sympa que tu nous présentes Benjamin mais aussi la façon dont tu présentes l'équipe au bébé avec Jane.

J'voulais lire une autre belle histoire de ta part, bah j'ai été servie !

Bravo !!!
avatar
Peanut
Inspecteur de police
Inspecteur de police

Féminin Personnage préféré : All =)
Loisirs : lire, écrire, la photo, écouter de la musique...
Localisation : Tout près de l'océan, au pays de la crêpe et du far.

http://peanutbzh.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: le sourire d'un enfant (post 4x20). ^

Message  mitsounette le Lun 2 Juil 2012 - 0:05

:shocked: :chouchou: joie2
Quel OS!! C'est Calypsoh en même temps, je me demande pourquoi je suis étonnée...
Jane qui prend le ptit Benjamin dans ses bras pour lui présenter sa "famille" avec des mots qui ne peuvent que nous faire craquer. :chouchou:
La promesse de Jane. triste3
Lisbon qui poursuit Jane dans le CBI pour une peluche pingouin, qu'est-ce que j'ai rit! :haha:
Et la conclusion de Rigsby,... lol1
Bref, un GRAND bravo et MERCI Calypsoh de toujours nous régaler avec tes écrits!! amen
avatar
mitsounette
Gardien du parking
Gardien du parking

Féminin Personnage préféré : Lisbon
Loisirs : Traîner au milieu des chevaux, et puis lire, rêver,...
Localisation : Dans une petite ville où l'expression *cheveux au vent* prend tout son sens...

Revenir en haut Aller en bas

Re: le sourire d'un enfant (post 4x20). ^

Message  Jisboooon1000% le Lun 2 Juil 2012 - 22:49

Alors alors? Que te dire pour que tu considères ce mot au même niveau que les précédents?

aLors déjà RESPECT à toi!

hourrah :thank3:

amen amen amen amen amen amen amen amen amen amen

Thiiiiiis fiction! C'est vraiment un des meilleursOS que j'ai lu !
Tu fais tyellement ressentir les émotions à travers tes paroles!
Je te jure j'avais les images de ta scène en tête ! et pourtant on la voit pas ! Mais je te jure comme si elle existait!
je voyais les têtes des personnages, je voyais les paroles de Jane, ses sourires, les réactions de Rgisby, et puis encore une fois ça correspond tellement à leur caractère respectif!
Jane décrit tellement bien, tu décris tellement bien !


Enfin franchement là j'ai pas les mots!
Je te jure ca odit faire 1heure que j'ai lyu ta fic et encore quelque phrase me reviennent à l'esprit comme :
"Tata, pour la distinguer de Taty, et parce que ça rime avec son joli prénom. Tata Térésa"
C'est pas du mot à mot ou autre, mais j'ai des bouts de phrase et je te jure elle est dans mes favoris sur internet :)

Enfiiin voilààà j'espère que ca te fera plaisir ;:)

Bisouuuus <33 Continue à me prévenie ^^

avatar
Jisboooon1000%
Livreur de Pizza
Livreur de Pizza

Féminin Personnage préféré : Patrick Jane :D
Loisirs : Etre sur mon ordi, avec Simon Baker derrière :')

Revenir en haut Aller en bas

Re: le sourire d'un enfant (post 4x20). ^

Message  voilà le Mar 3 Juil 2012 - 0:42

OS très original, c'est vrai qu'on ne l'a pas encore vu et j'espère qu'un jour on verra au moins une fois sa bouille.
Ce qui m'a le plus touchée dans cet OS c'est la relation Rigsby - Jane. La façon dont Rigsby amène la présentation de son fils et ce que ressent Jane est très bien écrite. Et tout ces "messages" indirects par l'intermédiaire de Benjamin.... très bien trouvé.
Bravo Wink
avatar
voilà
Mentaliste
Mentaliste

Féminin Personnage préféré : Jane
Loisirs : Voir mon TUMBLR ;)
Localisation : Sur mon nuage The Mentalist

http://liberation-and-relief.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: le sourire d'un enfant (post 4x20). ^

Message  wickyvicky le Mar 3 Juil 2012 - 8:26

C'est très gentil.... Grâce à ta fic j'ai souris dès le matin. Merci Very Happy
avatar
wickyvicky
Agent de circulation
Agent de circulation

Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: le sourire d'un enfant (post 4x20). ^

Message  EarlGrey le Jeu 5 Juil 2012 - 0:25

Hey sun (Ca y'est c'est les vacances, être passionnée par tes fics n'est plus illégal red_smile )
Quelle idée bienvenue ! C'est vrai que moi aussi je suis restée frustrée de la façon dont a été éludée la naissance du petit Benjamin scratch
Maintenant je suis limite heureuse qu'on en ait pas encore plus parlé, ça aura permis la naissance de ce magnifique OS amen

Le ton est parfait, cet humour-teinté-d'émotion-et/ou-l'inverse (tu m'auras comprise Razz) c'est juste... tellement adéquat Wink
Chaque personnage semble si à sa place avec les petites descriptions de Jane que cette atmosphère de second foyer est superbement mise en valeur triste2

Et sinon, j'ai adoré cette fin déjantée comme tu dis lol1 (autant que j'avais apprécié la chute un peu angoissante de ta fic' précédente Twisted Evil )

Encore bravo, et merci pour ce nouveau chouette moment de lecture Very Happy
avatar
EarlGrey
Livreur de Pizza
Livreur de Pizza

Féminin Personnage préféré : Jane & Lisbon

Revenir en haut Aller en bas

Re: le sourire d'un enfant (post 4x20). ^

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum