Nocturne en quelques notes. (OS post 5x22)^

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nocturne en quelques notes. (OS post 5x22)^

Message  Calypsoh le Lun 20 Mai 2013 - 9:40

Bonjour mes petits amis et amies du fofo!! Comment vous portez-vous? coucou bisou Je sais, vous devez vous dire que le train qui me ramenait de Sacramento a pris 3 semaines de retard étant donné mon long silence...veuillez m'en excuser! Mais entre le boulot, e déménagement et ma choupinette en bas âge qui commence à trottiner de partout, je ne sais plus trop où donner de la tête! Bon après ce léger préambule, je vous propose de découvrir mon dernier petit texte tout frais d'hier: à vrai dire il me trottait dans la tête depuis le final mais bon...je ne trouvais pas le temps de le rédiger! (Il faudra d'ailleurs que j'aille laisser mon comm habituel sur ce 5x22 qui perso m'a enchantée quoique parfois aussi un peu déroutée!) Alors, pour une fois je ne voulais pas mettre en scène Jane et LIsbon dans une de mes coutumières scènes de tension ou conflit/affection. Il me semblait que pour clotûrer cette magistrale saison, je devais rendre hommage au beau duo de "partenaires" sur lequel nous avons fini l'ultime épisode. Mais comme Mr Heller a jugé bon de nous laisser dans une ambiance pesante et inquiétante (pour changer affraid angel ), je vous propose une petite suite...plus douce. Il a d'ailleurs fallu pour écrire mon texte que je recherche qqk détails dans certains épisodes (1x05; 4x10 et 5x17 pour être précise angel ), voyons si vous retruverez les petites allusions à ces épisodes! Allez, je vous laisse découvrir mon dernier bébé en espérant qu'il vous plaira: je vous mets en lien les 2 musiques dont il est question aux endroits même où il conviendrait de les écouter pour qu'elles coïncident avec le texte..cela dit ce n'est pas obligatoire calin ). Bises à tous et j'espère à très vite pour vos remarques. merci calin dois-je vraiment préciser que c'est SPOILER de la saison 5??? angel Sinon, comme d'habtude, Mentalist et ses personnages ne m'appartiennent pas, pas de publication, pas de gloire, pas de sous...hihi bisou _________________________________________________________________________________________________________________
Nocturne en quelques notes (OS post 5x22)

Lorsqu’il coupa le contact de sa voiture à présent garée, Patrick Jane éprouva une vive douleur au cœur, comme à chaque fois que ses tristes pensées et ses questionnements sans fin conduisaient ses pas jusqu’à ce lieu si imposant. Il n’osa tout d’abord pas lever la tête pour observer le grand bâtiment brun, en armature bois, qui se dressait devant lui et qui lui évoquait tant de souvenirs ; pourtant le mentaliste savait qu’il sortirait tôt ou tard de l’habitacle rassurant de sa DS pour affronter ce pour quoi il était venu jusqu’ici. Il resongea un instant aux raisons qui l’avaient poussé à revenir en ces lieux hantés à jamais et qui paradoxalement, parvenaient à lui rendre un peu de cette clairvoyance lui faisant dernièrement défaut. Cet après-midi là, John le Rouge avait changé les règles du jeu : en effet quelques heures plus tôt son pire ennemi venait de donner à Jane l’une des plus farouches leçons qu’il avait connues depuis ces neuf dernières années. Non seulement en tuant une pauvre jeune femme qui avait eu pour seul défaut d’appartenir au passé lointain du consultant, mais également en lui faisant parvenir sur disque une vidéo des plus pernicieuses : Jane avait dû affronter le regard vaincu et soumis de Lorelei, qui enregistrait à n’en pas douter ses derniers mots, sur l’ordre express de leur bourreau commun. Mais plus encore, par le biais de ce message, John le Rouge déclarait une guerre ouverte au mentaliste, ou plus précisément aux proches de ce dernier. Il n’était plus question d’un simple et pervers jeu d’esprit, à savoir lequel des deux grands manipulateurs aurait gain de cause ; il s’agissait désormais d’une course poursuite meurtrière avec, à la clé, encore plus de victimes et de cadavres. Si depuis dix ans plus rien ne comptait pour Jane que sa vengeance à l’encontre de celui qui avait sauvagement assassiné sa famille, il n’en n’était pas de même pour le tristement célèbre serial killer : ce dernier cherchait avant tout à passer pour une sorte d’artiste créatif, laissant après chacun de ses sanglants passages, une signature digne d’un grand maître qui soumettrait à la critique publique l’une de ses « œuvres ». Et quoique des plus glauques, ce cap là était désormais dépassé. Depuis aujourd’hui, John le Rouge n’avait plus que faire de son crédit auprès du monde, seul comptait à présent son duel avec celui qui avait osé une fois encore le défier en détournant l’une de ses plus fidèles disciples. Car en parvenant à séduire Jane, Lorelei avait certes obéi aux ordres de son mentor ; mais en réussissant à retourner la vénéneuse serveuse contre John le Rouge, l’assassin de sa sœur Miranda, c’est l’ancien medium qui était parvenu à prendre brièvement l’avantage. L’un des ponts-levis de la forteresse du criminel venait de s’abaisser en faisant de mademoiselle Martins un ange vengeur qui ne songeait plus qu’à tuer celui qui l’avait odieusement trahie. Et cela, John le Rouge n’avait pu l’accepter. Il venait de perdre sa tour dans ce jeu d’échec complexe et aiguisé, aussi le criminel n’avait-il eu comme seul recours d’exprimer son fort mécontentement en s’en prenant lui aussi à l’une des pièces maîtresse du jeu de Jane…

Émergeant soudain de ses lugubres pensées, le mentaliste éprouva le besoin de sortir respirer un peu ; l’air venait à lui manquer dans cette voiture dans laquelle il demeurait immobile depuis quelques minutes. Aussitôt il s’extirpa de son véhicule et apprécia immédiatement la brise fraîche de ce soir de mai. La nuit était déjà tombée sur Sacramento et la douceur du temps apaisa un instant le malaise de l’homme blond au costume impeccable. Jane porta un instant son attention sur sa main gauche dont la paume était marquée d’une vilaine coupure qu’il n’avait même pas pris le temps de désinfecter, et il resongea alors à la scène qui s’était jouée dans son grenier quelques heures plus tôt : après avoir fait visionner le disque à Lisbon, Jane l’avait cassé afin que personne ne puisse avoir accès à ces dernières informations. Le silence s’était naturellement imposé entre les deux partenaires, l’un cachant ses pires doutes sous un masque de froideur coutumière ; l’autre ne parvenant pas au contraire à dissimuler la terreur qui l’envahissait peu à peu. Néanmoins, la jeune femme avait parfaitement compris que tenter de discuter à ce moment là avec un Jane emmuré dans ses pensées serait voué à l’échec. Aussi après plusieurs instants où ils n’échangèrent pas une parole, la jeune femme s’était-elle levée et avait quitté le grenier sans rien ajouter. Quoique qu’il fût de dos lorsque Lisbon était sortie de la pièce, le mentaliste avait noté le pas lent et si peu assuré de son équipière, signe de sa totale incapacité à pendre du recul après ces dernières révélations. Le mentaliste n’avait pas eu le courage de la retenir, ni même de la rassurer ou de la remercier d’être là, à ses côtés, tout simplement. Ce n’avait été que bien des heures plus tard qu’il s’était résolu à enfin descendre de son antre. Il devait être plus de vingt deux heures et la plupart des agents étaient déjà rentrés chez eux. Quand le consultant avait jeté un œil dans l’open space, il avait perçu la lumière qui émanait encore du bureau de sa patronne : Lisbon était restée elle aussi. Il l’imaginait plongée dans un monceau de rapports officiels ennuyeux qui ne devaient sans doute pas parvenir à capter totalement l’attention de celle qui avait été rudement éprouvée. Puis cela avait été non sans ressentir quelques remords que Jane avait décidé de partir sans retourner la saluer : il avait besoin de s’isoler et il avait su de suite à quel endroit il devait se rendre pour parvenir à réfléchir posément tout en faisant le point. Voilà donc ce qui l’avait poussé à se tenir là, debout devant ce qui avait été jadis sa demeure familiale. Lui revint alors en mémoire le jour où il avait choisi cette maison, avec sa jeune épouse Angela ; le jour où ils avaient ramené pour la première fois leur petite Charlotte, à la sortie de la maternité ; le jour où ils avaient difficilement fait entrer le large piano noir par la porte trop étroite, devant une blondinette de quatre ans qui riait aux éclats…et bien sûr aussi ce triste jour, cette soirée plus exactement, où l’excentrique medium Patrick Jane était rentré chez lui, fier de sa prestation télévisuelle qui avait mis en boite le célèbre John le Rouge. Au souvenir de la vision qui lui avait valu tant d’années de souffrance, le mentaliste ne put réprimer un frisson et détourna alors son regard bleuté attristé de cette maison où s’était jouée la pire des horreurs.

Non sans une once d’hésitation, il consentit enfin à gravir les quelques marches blanches qui menaient à l’entrée. Le numéro « 1533 » trônait sur la porte vieillissante, prouvant qu’elle n’avait guère été entretenue depuis plusieurs années. Jane glissa la grande clé dans la serrure et parvint enfin à ouvrir, dans un grincement coutumier. Un souffle glacial sembla émaner de l’intérieur, sensation qu’il éprouvait à chaque fois qu’il revenait ici. A vrai dire, depuis le drame, cela ne s’était produit qu’une dizaine de fois. Pour une raison assez évidente, il ne lui était pas aisé de rentrer de nouveau dans cette bâtisse qu’il avait à une époque qualifiée de « maison de ses rêves » et qui aujourd’hui incarnait bien au contraire le pire de ses cauchemars. Et pourtant, ce soir, il lui avait semblé comme une évidence de revenir en ces lieux, à la source de toutes choses, comme une pause méritée avant d’aborder la dernière et difficile ligne droite de sa chasse à l’homme. Sans même prendre la peine de refermer la porte, le mentaliste pénétra plus à l’intérieur de la grande salle du rez-de chaussée. Seule la lumière de la lune ainsi que les lointains lampadaires de la rue offraient quelques raies de clarté suffisante pour se repérer.
Au centre de ce qui avait été jadis leur grand salon trônait le piano si cher au cœur de ses deux femmes. Aujourd’hui il n’était plus qu’un vestige de son passé heureux, dissimulé sous un vaste drap blanc. Jane savait pourtant que malgré ses dix ans d’inactivité l’instrument demeurait en bon état : il y avait veillé, payant une fois par an un accordeur pour venir entretenir le piano et faire les réglages nécessaires. Comme si le fait de conserver le piano en état de marche gardait également vivantes les silhouettes d’Angela et Charlotte, assises sur le tabouret...Alors sans chercher à aller plus loin, Jane s’assit sur la petite marche qui séparait le hall de la pièce principale et resta là, un très long moment, sans bouger, s’imprégnant simplement du silence et du poids du passé dont étaient chargés ses lieux, autrefois chéris.

Après ce qui s’avéra être plus d’une heure, le consultant était toujours assis à la même place, face au piano, dos à la porte, les bras croisés sur les genoux, plongé dans une sorte de méditation apaisante. Son attention fut alors attirée par un ronronnement qui émanait de la cour : une voiture venait de se garer devant la maison et un bruit à peine perceptible de portière claquée se fit entendre. L’instinct de l’homme aurait pu être inquiet, mais la logique du mentaliste en revanche avait mené le parfait raisonnement pour deviner l’identité de la nouvelle venue. Un léger et timide sourire apparut sur le visage attristé du consultant qui, sans bouger, dit au bout d’une petite minute d’une voix assez forte pour être entendue : « Vous pouvez entrer, Lisbon ! » Jane n’avait pas besoin de se retourner pour parfaitement imaginer l’expression de surprise que devait arborer à cet instant la jeune femme, même si elle était habituée aux tours de passe-passe de son équipier. Un bruit familier de bottine se fit alors légèrement entendre sur le carrelage de l’entrée : nul doute que Lisbon ne savait pas trop si elle devait ou non pénétrer dans ce sanctuaire si privé.
« Venez » la rassura-t-il aussitôt d’une voix douce, toujours dos à sa visiteuse.
Cette dernière s’avança prudemment jusqu’à se tenir debout aux côtés du consultant assis sur la marche intérieure.
« Ce n’est pas très prudent de se tenir ainsi dos à la porte, lui fit-elle remarquer gentiment. On pourrait vous surprendre.
- Qui prendrait le risque de rentrer ici par effraction ? Il n’y a plus grand-chose à voler
, répondit-il sans bouger.
- Je ne pensais pas vraiment à des voleurs… - Je sais, fit Jane en levant enfin les yeux vers celle qui se tenait debout à ses côtés. Mais je ne crains rien puisque vous êtes avec moi… »
Enfin il put voir son regard émeraude le fixer avec sollicitude, mais aussi avec gravité. Térésa Lisbon, entièrement vêtue de noir comme elle l’avait été toute la journée semblait être une silhouette sortie de l’obscurité pour s’adresser à lui. Elle avait quitté sa veste en raison de la douceur de la soirée et avait détaché ses cheveux. Tandis qu’elle ne savait pas trop quoi dire, Jane se poussa sur la droite de la marche pour laisser à son amie la place de s’asseoir à ses côtés, ce qu’elle fit.
Quand elle fut installée, Lisbon sentit peser sur elle le regard de Jane et comprit sa question silencieuse.
« Je ne vous avais pas entendu quitter le CBI, ne vous trouvant pas dans votre grenier, j’ai compris que vous étiez parti vous isoler. Mais…, hésita-t-elle à continuer.
- ...mais, étant données les circonstances, vous teniez à vous assurez que j’encaissais, compléta son voisin.
- Je me suis rendue à votre motel où là encore j’ai fait chou-blanc puis j’ai tenté de vous appeler, je suis tombée sur la boite vocale.
- J’ai éteins mon portable, j’avais besoin de silence et de tranquillité
, expliqua-t-il en baissant la tête, en guise d’excuse.
- Alors j’avais le choix entre rentrer chez moi et ne pas dormir à cause des évènements de la journée, avec en plus les questions lancinantes de savoir où vous étiez ainsi que comment vous alliez, avoua-t-elle d’un ton d’apparence détachée.
- Ou ?
- Ou de mettre en marche mes méninges pour deviner où vous auriez pu vous rendre après tout cela
, répondit Lisbon en hochant la tête.
- Et moi qui pensais que vous aviez réellement fait coudre une balise GPS dans l’une de mes poches de veston, la taquina-t-il en évoquant cette réplique qu’elle lui avait un jour lancé au visage.
- J’y songe de plus en plus, figurez-vous! »
Jane ne put réprimer un autre petit sourire devant la spontanéité parfois un peu ronchonne de la femme qui siégeait à ses côtés. Il notait surtout que, comme toujours, sa présence était la preuve de l’inquiétude de la belle brune pour son partenaire tourmenté.
« Vous devenez vraiment douée pour lire en moi, lâcha-t-il en baissant la tête, en resongeant que dernièrement son équipière était devenue de plus en plus perspicace à son sujet.
- Si cela être vrai, je pourrais anticiper vos actes les plus tordus et vous empêcher de bien souvent mettre une pagaille sans nom partout où vous passez ! »
Le mentaliste n’était pas dupe : cette remarque narquoise et faussement réprobatrice n’avait pour unique but que de le détourner un instant de la morosité dans laquelle il était plongé depuis des heures.
« Et puis nul besoin d’être medium pour deviner le seul endroit où vous pouvez vous retrancher après une journée pareille » dit-elle d’un ton plus hésitant.
A l’évocation de la demeure où ils se trouvaient, Jane releva la tête et observa le décor qui l’entourait et qui lui était si familier. Toute la maison était plongée dans une semi obscurité qui pouvait être tout aussi inquiétante que rassurante : cela dépendait de ce que l’on cherchait à y voir.
« Vous rappelez-vous la dernière fois que vous êtes vous-même venue ici, Lisbon ? demanda alors l’homme blond tandis qu’il posait son regard bleuté sur le plafond à peine visible dans la noir.
- Oui, euh…je m’en souviens très bien, acquiesça-t-elle en balbutiant, gênée.
- C’était l’année dernière, en février pour être exact. On m’avait attaqué et j’avais failli me noyer.
- Oui, on a bien cru vous perdre cette fois là
, lâcha-t-elle en un murmure à peine contrôlé.
- Alors que, totalement amnésique je m’apprêtais à partir à l’autre bout du monde, vous m’avez conduit ici. Vous saviez que dans ces lieux je retrouverai ma mémoire perdue.
- Je ne le savais pas, mais je l’espérais
, avoua-t-elle. Et pourtant… »
Mais Lisbon s’arrêta, sans finir sa phrase, comme embêtée de devoir continuer.
« Et pourtant vous vous demandez si vous avez bien fait, poursuivit naturellement Jane, toujours aussi apte à lire en elle. S’il n’aurait pas été plus facile de me laisser dans l’ignorance du drame que j’avais oublié et me laisser aller de l’avant.
- Cela aurait peut-être été pour vous la chance d’avoir enfin une vie heureuse
, compléta Lisbon en haussant les épaules d’incertitude. Loin de tout ceci, loin de John le rouge, loin de cette traque meurtrière dans laquelle nous sommes plongés aujourd’hui.
- Loin aussi du peu de choses qui me rattachaient encore à ma famille
, embraya doucement le mentaliste qui voulait lui faire comprendre. Loin de mes souvenirs, y compris les plus heureux. »

A ces mots Lisbon se pinça les lèvres : ce raisonnement, elle l’avait elle-même tenu, c’était d’ailleurs ce qui l’avait poussée à rendre à Jane sa mémoire perdue. Il ne devait pas être privé du souvenir de sa famille.
« Et loin de l’équipe…loin de vous, conclut Jane en lui adressant un sourire triste.
- Ce n’est pas l’essentiel
, ne put-elle s’empêcher de dire en détournant le regard.
- Ne regrettez rien, Lisbon ; même si vous m’aviez laissé partir dans mon insouciante nouvelle vie, ma mémoire aurait finie par revenir, et j’aurais été seul pour affronter la terrible vérité qui me serait tombé sur la tête. Sans compter que John le Rouge ne m’aurait pas laissé aussi facilement, j’aurais fatalement recroisé son chemin, à n’en pas douter.
- Oui, certainement
. »
A ses côtés, l’aguerrie policière demeurait tendue en dépit du fait qu’elle avait elle-même abouti à ces mêmes conclusions depuis longtemps. Elle ne regrettait pas d’avoir remis Jane face à la dure réalité, elle déplorait simplement le fait qu’il n’ait guère eu le loisir de retrouver une vie normale. Le mentaliste fixait toujours sa voisine et la sentit s’apaiser peu à peu sur le sujet, ce qui le rassura. Il observa de nouveau le décor qui les entourait, ce qui attira l’attention de Lisbon.
« John le Rouge a dit vouloir s’en prendre à vos souvenirs heureux, osa-t-elle timidement aborder.
- Oui, comme il l’a fait en tuant cette pauvre Leelee Barlow, répondit Jane difficilement. Et je suis certain qu’un jour il fera aussi disparaître cette maison en la détruisant. »
A ces mots Lisbon fronça les sourcils d’incompréhension, ce que devina tout de suite son équipier, sans même la regarder.
« Cette demeure malgré tout le malheur qui s’y est joué est l’un de mes plus beaux souvenirs, expliqua-t-il d’une voix rauque. Je ne suis pas matérialiste, loin de là, et pourtant je n’ai jamais pu me résoudre à me séparer de cette maison. Sophie Miller, la première, à la fin de ma longue thérapie, m’a conseillé de faire table rase de ce lieu trop porteur de souffrance, ce qui aurait été selon elle un moyen pour moi d’avancer en laissant un peu de mon passé derrière moi. »
Jane s’interrompit un instant tandis que Lisbon affichait un air sincèrement navré. Elle vit alors son voisin se mettre debout et avancer lentement dans la pièce devant eux, éclairée par la lumière de la lune.
« Mais je ne peux pas, tout ici me rappelle les jours heureux que j’ai partagés avec ma femme et ma fille. Ni Angéla ni moi n’avions eu de vrai foyer, quand nous étions enfants, alors cette maison, c’était notre rêve, notre projet commun pour lequel nous avions fui la vie de forains.
- Je comprends
, ne put qu’acquiescer la brunette, toujours assise sur la marche.
- Tenez, ce piano par exemple, fit le mentaliste en posant délicatement la main sur le drap blanc qui recouvrait l’instrument. Il…représente tellement à mes yeux. »
Et tout en prononçant ces mots, Jane se sentit partir dans son plus cher souvenir : celui dans lequel il revoyait sa petite Charlotte aux côtés de sa mère, en train de jouer péniblement la Lettre à Elise. Le cœur du pauvre homme se serrait de douleur à chaque fois qu’il resongeait à ce moment et pourtant, pour rien au monde il n’aurait souhaité en perdre le souvenir. Voilà pourquoi il avait été si reconnaissant envers Lisbon de l’avoir aidé à retrouver la mémoire l’année précédente.
« Je sais qu’à côté de la vie d’une jeune femme tuée en pleine fleur de l’âge, se soucier d’un simple instrument de musique paraît des plus immondes mais…je crois pourtant que si John le Rouge détruisait ce piano, je trouverais cela encore plus insurmontable que la mort de cette pauvre Leelee. » avoua Jane dans un murmure honteux tout en fermant les yeux, pour mieux ressentir la présence du support sous sa main.

A quelques mètres de là, Lisbon ne prit même pas le temps d’être choquée : elle savait combien Jane souffrait de toutes les vies sacrifiées à cause de John le Rouge et, indirectement, à cause de lui. Sans doute craignait-il que son équipière ne le prenne pour un vrai monstre n’accordant que peu de valeur aux vies humaines.
« Je vous déçois une fois encore, j’imagine, entendit-elle alors.
- Non, s’insurgea-t-elle aussitôt en se mettant à son tour debout pour s’approcher de l’homme qui semblait plongé dans ses pensées. Non, pas du tout. Je sais qui vous êtes réellement et je sais quelle importance vous accordez à toutes les victimes de ce malade. Vos propos ne me choquent pas.
- Cela me surprend de votre part.
- Alors c’est que vous ne me connaissez pas aussi bien que vous vous targuez de l’être
, lui dit-elle sans méchanceté mais avec assurance tout en se plaçant à son tour à côté du grand piano. Pour moi aussi il existe de simples objets sans lesquels je crois que ma vie n’aurait plus guère de sens. »
Jane ne mit pas plus de cinq secondes pour comprendre à quoi faisait référence en particulier la jeune femme et ce fut donc naturellement que les yeux azur se posèrent sur le cou de Térésa, et sur la croix dont elle ne se séparait jamais. Lisbon n’était pourtant ni matérialiste, ni fétichiste. Bien plus que le simple symbole de sa profonde piété, ce bijou était avant tout l’un des uniques souvenirs que la jeune Térésa avait pu conserver de sa défunte mère. Même si elle n’en avait jamais vraiment parlé à Jane, ce dernier avait immédiatement su l’importance de cette croix pour son équipière. En voyant que son partenaire avait fort bien saisi l’allusion, Lisbon se détendit, rassurée d’avoir pu démontrer que si à bien des égards elle avait eu peur de l’attitude de Jane, ce soir il ne l’avait pas choquée par ses propos. Alors sans rien ajouter de plus, les deux amis échangèrent un sourire de connivence, fébrile mais néanmoins sincère. Puis Lisbon, toujours les mains appuyées sur le haut du piano recouvert, retrouva un air grave avant de déclarer avec assurance.
« Nous ne le laisserons pas faire, je vous en donne ma parole. »
Jane la regarda de nouveau, sachant très bien que sa réplique était à double sens : si elle promettait de ne pas laisser John le Rouge détruire cette maison et ce piano (qui étaient les sujets de leur précédente conversation), elle tenait surtout à lui montrer qu’elle lutterait à ses côtés dans cette dernière phase que venait d’amorcer leur ennemi.
« Ne le laissez pas vous déstabiliser avec sa menace de nombreuses futures victimes, il n’attend que ça ! tenta-t-elle de le stimuler.
- Menace qu’il mettra à n’en pas douter à exécution, reprit le consultant. Il va se remettre à tuer.
- Quand n’a-t-il jamais cessé à vrai dire ?
- Vous savez très bien que dans les jours à venir notre quotidien va sombrer dans la noirceur la plus totale, il a déjà commencé avec Leelee. Chacune des victimes qu’il fera, il s’approchera un peu plus de moi et de ceux que j’aime.
- Nous ne le laisserons pas faire
, se borna à répéter Lisbon.
- S’il vous plait, la supplia Jane d’un ton sérieux, j’ai tombé le masque de l’assurance devant vous alors n’essayez pas à présent de vous montrer plus rassurée que vous ne l’êtes vraiment. Jouer un rôle ce soir ne sert à rien, nous ne sommes que tous les deux. »

La réplique du consultant mais surtout son air étonnamment sincère surprirent la jeune femme : elle n’était pas habituée à ce qu’il joue franc jeu avec elle. Bien sûr, elle avait été touchée qu’il accepte de la mettre enfin dans la confidence et de lui faire voir la vidéo de Lorelei mais elle demeurait toujours sur ses gardes. Et en le voyant si affaibli ce soir, happé par ses craintes et ses souvenirs, elle voulait être le pilier, se montrer forte au moment où il semblait être le plus vulnérable. Mais l’on ne bernait pas Patrick Jane et ce dernier avait parfaitement conscience que son équipière avait été plongée, après les derniers évènements, dans une totale panique qu’elle tentait bravement de faire taire. Aussi consentit-elle à son tour à être honnête.
« D’accord, je l’admets, je suis effrayée, terrorisée même par la teneur du message que vous a transmis ce déséquilibré furieux. Nous nageons en plein drame depuis des années à cause de lui mais nous savons parfaitement que ce soir une nouvelle limite de sa folie meurtrière a été franchie. Alors, oui, je le reconnais, je crève de trouille. »
Entendre sa coriace partenaire parler ainsi ébranla Jane plus qu’il ne voulut l’admettre. Il n’aimait pas la sentir affaiblie, il avait une telle foi en la force de cette femme de petite stature que l’entendre reconnaître les limites de ses capacités face aux dangers le mettait mal à l’aise. Et pourtant c’était lui qui lui avait demandé d’être honnête dans ses propos. Elle se tenait devant lui, les yeux emplis d’inquiétude et pourtant elle possédait encore cette petite lueur de combativité qu’il aimait tant chez elle.
« Oui, j’ignore comment je vais faire pour côtoyer tous les jours Bertram sans l’alarmer sur mes doutes, comment je vais pouvoir travailler à l’avenir avec Kirkland, Smith, Haffner, McAllister, Pattridge en sachant ce que nous savons…J’ignore comment je vais pouvoir approcher Stiles en ayant conscience que non seulement c’est un gourou qui peut me lobotomiser le cerveau à tout moment mais qu’en plus ce brave papy est peut-être le terrible ennemi que nous traquons depuis dix ans…J’ignore si dans cette histoire vous allez me faire confiance ou si vous allez me laisser sur le banc de touche comme vous l’avez fait pendant toute une semaine, enfermé dans votre antre sans m’adresser un mot. J’ignore tellement de choses, Jane, que cela me fait peur. »
Ledit Jane demeurait debout devant elle, de l’autre côté du piano, immobile et fasciné par tant de passion puis il la laissa continuer sans l’interrompre.
« Mais il y a une chose que je sais, reprit-elle de son ton posé et clair. C’est que je n’ai jamais laissé personne m’intimider, je n’ai jamais courbé l’échine devant des criminels qui se croyaient plus brillants que moi. J’ai arrêté Volker en dépit de toutes ses manœuvres pour me perdre. Et surtout, je me suis juré à l’âge de quinze ans de ne plus jamais laisser la peur dominer ma vie. »
La jeune femme conclut son long soliloque en pointant Jane du doigt.
« Quant à vous, je sais que vous allez vous jeter à corps perdu dans cette chasse à l’homme, comme toujours. Alors soyez bien certain que malgré vos coups tordus, vos bassesses et vos trahisons, vous ne vous ne vous débarrasserez pas de moi facilement. Notre éternel point de désaccord est toujours d’actualité : vous œuvrez pour la vengeance, moi pour la justice. Vous voulez tuer John le Rouge, je veux l’arrêter et le faire juger. Vous n’avez plus rien à faire de votre âme, et moi je voudrais la sauver. Et pourtant malgré toutes ces entraves entre nous, je peux vous certifier qu’on va lutter côte à côte, que vous le vouliez ou non, monsieur le mentaliste parce que je suis certaine qu’ensemble nous pouvons le vaincre ! »

Lisbon finit de parler en adoptant un ton déterminé et en ne quittant pas des yeux celui qui la dévisageait également. Jane nota que les épaules et le buste de son équipière se soulevaient un peu plus vite qu’à l’accoutumée, signe que sa tirade subtilement enflammée lui avait demandé de cette énergie dont elle ne manquait pas. Quand elle eut terminé, la jeune femme se sentit un peu perplexe devant le manque de réaction de son collègue et craignit un instant qu’il ne la trouvât ridicule. Elle perçut alors ce petit air narquois apparaître sur le visage de l’homme blond qui quelques secondes plus tard demanda sur un ton gentiment frivole.
« Combien de fois avez-vous répété cette magistrale réplique avant de venir ici, chère amie ? Car franchement, c’était grandiose.
- Jane !
- Mais si au contraire il s’agissait d’une simple improvisation, je vous conseille vivement de faire de la politique, vous allez ravir tous les cœurs à votre cause avec une telle passion et une telle sincérité
, continuait-il en souriant. Et ça nous changerait de tous ces hommes d’état crapuleux et hypocrites.
- Vous avez fini oui, le réprimanda-t-elle en fronçant les sourcils, n’appréciant guère ses taquineries en un moment pareil. Je suis sérieuse.
- Je le sais, Térésa
, répondit-il d’un ton sincère cette fois. Et c’est bien ce qui me fait peur… »
Entendre Jane l’appeler par son prénom provoquait toujours une étrange impression à la jeune femme qui pourtant s’y habituerait aisément. Elle voyait son équipier perdre son joli sourire fripon au profit de ce regard si perçant et langoureux qu’il pouvait parfois avoir. Mais quand il l’adressait à son équipière, ce qui était souvent le cas, il y transparaissait toujours une note de tendresse et de reconnaissance que Jane ne montrait que très rarement aux autres personnes. Ce soir encore, tous les deux appuyés sur le grand piano recouvert, témoin silencieux de leur échange, ils étaient pris dans cette sorte de bulle complice qui les enveloppait pour les isoler du reste du monde. Ce n’était pas pour rien que des rumeurs variées circulaient quant à la réelle nature de leur relation car ils avaient cette capacité de se couper de l’extérieur pour se réfugier un temps dans leurs échanges si privilégiés.
« Vous voir plonger dans la même tourmente que moi n’était pas prévu au départ, reconnut Jane en hochant la tête. Vous ne deviez que me servir de tremplin vers mon ennemi juré, en me permettant de mener mon enquête plus aisément. Et voilà qu’aujourd’hui vous êtes ma seule véritable alliée, la seule en laquelle j’ai une totale confiance au point d’accepter de vous livrer tout ce que je sais.
-Mouais, enfin, j’ai quand même dû vous forcer un peu la main, on ne peut pas dire que vos confessions envers moi aient été des plus spontanées
, lui fit-elle remarquer en se pinçant les lèvres, signe de désapprobation.
- Disons que j’ai essayé jusqu’au bout de vous tenir éloignée de mon funeste destin. »
Ce dernier aveu fut prononcé sur un ton attristé, preuve que le grand Patrick Jane reconnaissait pour une fois avoir échoué. Mais quand il croisa de nouveau le regard toujours aussi déterminé de sa partenaire qui ne démordait pas de sa conviction, il n’eut d’autre choix que de céder.
« Mais c’était peine perdue, vous êtes trop maligne pour mon propre bien.
- Vous avez conscience que jamais je ne vous laisserai oublier cette phrase là
! ironisa-t-elle pour détendre l’atmosphère. Mieux ! Je pense que je la ferai graver au-dessus de votre canapé au CBI, juste à côté d’Elvis… » Cette remarque provoqua un léger rire chez Jane qui se redressa tandis que Lisbon savourait son trait d’esprit. Pour une fois, ils avaient pu avoir une vraie conversation, sur le sujet le plus brûlant entre eux et parvenir enfin à une entente cordiale qui les satisfaisait tous les deux. Le plus important était que l’un comme l’autre savait pouvoir compter sur son partenaire dans la terrible lutte qui s’annonçait. Ils échangèrent un dernier sourire puis l’attention de Jane se reporta sur le piano qui les séparait.
« Vous voulez le voir ? invita-t-il sa partenaire en désignant de la tête l’instrument.
- Avec plaisir » acquiesça-t-elle, consciente qu’il s’agissait d’un privilège que le mentaliste n’aurait partagé avec personne d’autre.
Alors sans ajouter un mot, Jane s’empara délicatement du grand drap blanc qui le recouvrait et le fit glisser à terre, faisant lever un peu de poussière. Apparut alors un magnifique piano à queue noir, qui avait dû coûter une fortune. Lisbon ne put réprimer un petit murmure d’admiration devant cet instrument qu’elle n’avait jamais vu, étant donné qu’il était toujours dissimulé. Jane fit glisser sa main droite sur le vernis délicat qui brillait sous la lueur de la lune, sans pour autant appuyer sur les touches blanches et noires mélodieuses.
« Il s’agit d’un Steinway B211, expliqua le mentaliste avec douceur. C’est…
- …c'est la référence absolue en matière de demi-queue depuis fort longtemps
, le coupa aussitôt la jeune femme, totalement subjuguée.
- En effet, fit Jane, surpris de cette remarque. C’est un instrument avec une richesse sonore exceptionnelle qui offre au pianiste toute la palette dont il peut rêver. »
Lisbon ne pouvait détacher ses yeux de la merveille qu’elle avait devant elle : elle avait toujours aimé la musique, particulièrement les instruments.
« Bien qu’il ne serve plus, je le fais accorder une fois par an par un spécialiste.
- Parce qu’en plus il est accordé
? » s’étonna la brunette, qui ne s’attendait pas à cela dix années après son dernier usage.
Pour seule réponse, Jane appuya délicatement sur les touches Sol et Do, provoquant dans la grande pièce obscure une harmonie parfaite et un son cristallin des plus purs.
« Apparemment, sourit le consultant, satisfait de voir que l’argent qu’il dépensait n’était pas pour rien.
- Il est vraiment magnifique, renchérit Lisbon qui se pencha pour observer le bel ouvrage sans oser pour autant poser ses mains dessus.
- Il est en parfait état, reprit Jane. Mais Angéla avait l’habitude de dire que la pédale du milieu avait une petite imperfection. Mais ne me demandez pas laquelle ni même à quoi sert cette pédale…
- C’est la pédale tonale ou pédale ‘’sostenuto’’ sur les pianos à queue
, embraya sans réfléchir son équipière qui s’accroupit pour observer les trois éléments au bas de l’instrument. Elle a pour rôle de tenir les notes déjà jouées au moment où la pédale est enfoncée, ce qui permet de prolonger des accords. »

Cette fois Jane tiqua et au moment même où Lisbon avait fini de parler, cette dernière regrettait déjà. Toujours accroupie, et en un geste qu’elle pensait passer inaperçu, elle ferma un instant les yeux et se mordit la lèvre : elle venait de se trahir. Au-dessus d’elle Jane affichait à présent un air plus qu’étonné et les rouages de son brillant cerveau s’étaient déjà enclenchés pour aboutir à la bonne conclusion.
« Du piano, évidemment… » murmura-t-il plus pour lui-même que pour être entendu de sa voisine.
Depuis près de cinq ans Jane tentait de deviner le fameux instrument dont avait joué longtemps la jeune Térésa Lisbon ; il avait envisagé la cymbale, la trompette, le saxophone en échouant toujours lamentablement. Quelques mois plus tôt il avait pourtant cru percer le mystère de son équipière, qui avait parfaitement su déchiffrer un début de partition sur le corps d’une de leurs victimes.
« Je croyais que vous jouiez de la clarinette ?
- Je n’ai jamais confirmé ce fait
, consentit à admettre la brunette, qui voyait bien qu’elle ne pourrait reculer à présent.
- Ni ne l’avez infirmé ! nota le mentaliste tandis que Lisbon se remettait debout et lui faisait face. Comment ai-je pu passer à côté de ça ! »
A ces mots, Lisbon détourna les yeux une fraction de seconde, qui suffit néanmoins à Jane pour noter le malaise de son équipière. En connaissant la nature généreuse de son amie, le mentaliste devina aisément les raisons pour lesquelles elle lui avait caché cet élément. Tous deux savaient parfaitement ce qui lui rappelait cet instrument, qui fut bien des fois réutilisé par John le Rouge lui-même avec son incessant Prélude de Bach. Tous deux savaient parfaitement qu’à chaque fois que Jane voyait quelqu’un jouer du piano, son cœur se serrait au souvenir de deux petites mains d’enfant qui aimaient tant parcourir la gamme. Sous prétexte d’avoir voulu garder un peu de mystère en ne dévoilant pas son instrument de prédilection, Lisbon avait surtout voulu épargner une fois de plus son partenaire, en ne lui renvoyant pas involontairement l’image obsédante associée à quelques notes de musique. Quand il recroisa le regard navré de sa partenaire, Jane ne put qu’éprouver une profonde reconnaissance : jusque dans les moindres détails, cette femme veillait sur lui. D’un signe de tête il l’invita à lui confier la vérité.
« Ma mère jouait du piano, confessa-t-elle en glissant sa main gauche dans sa poche pour se donner contenance. En tant que seule fille de la famille et seule intéressée par la musique, elle m’a tout appris. » Lisbon se laissa porter par les images du passé qui resurgirent peu à peu et son esprit se mit à vagabonder, sous les yeux attentifs du mentaliste qui ne la lâchait pas.
« Nous n’avions qu’un petit piano droit en armature bois, de piètre qualité. Le son n’était pas toujours très harmonieux d’ailleurs, surtout les jours de pluie, il avait horreur de l’humidité, se souvint la jeune femme qui afficha alors un beau sourire attendri. Il ne cessait de se désaccorder et c’était ma mère qui se chargeait de le remettre en état comme elle le pouvait. Elle avait l’oreille absolue et pouvait sortir n’importe quelle note de tête.
- Un don rare
, commenta Jane, impressionné.
- Et dont je n’ai malheureusement pas hérité, avoua Lisbon. Il faut dire que mes frères n’étaient pas particulièrement soigneux et qu’il leur arrivait parfois de taper comme des sauvages sur les pauvres touches. Mais jamais en la présence de maman, elle ne l’aurait pas toléré. »
Jane vit alors le visage son équipière se tendre peu à peu, perdant de l’insouciance qu’il affichait jusqu’à présent.
« Et puis…quand elle est morte, tout a changé, reprit-elle plus gravement. Plus personne ne toucha le piano pendant de longs mois ; quand mon père sortait le soir pour aller boire et que j’avais couché les petits pour qu’ils n’assistent pas à son violent retour, souvent je m’asseyais sur le tabouret abîmé et je positionnais mes mains au-dessus des touches, sans les frôler. Je mimais alors les accords que ma mère m’a avait appris et je laissais la musique imaginaire défiler dans ma tête, sans émettre aucun son dans la maison. »

A l’évocation de ce souvenir si personnel de sa partenaire, le mentaliste se sentit gêné de pénétrer ainsi dans son intimité. Elle n’avait jamais parlé avec lui de son passé, il en avait deviné les grandes lignes tout seul. Mais malgré sa curiosité parfois outrancière, il avait toujours respecté ce silence, de même qu’il savait que Lisbon respectait le fait qu’il refuse d’évoquer lui aussi sa propre histoire. Mais ce soir, il lui avait confié beaucoup, lui ouvrant certes sa maison mais aussi une porte de ses souvenirs familiaux, notamment avec le grand piano noir. Alors elle trouvait normal d’équilibrer un peu la partie en livrant à son tour un peu d’elle-même.
« Quel était son compositeur favori ? demanda le consultant avec délicatesse.
- Chopin, répondit-elle sans aucune hésitation. Elle aimait tout de cet artiste, mais particulièrement ses nocturnes. »
Le Romantisme, évidemment…Jane n’en fut pas étonné, le peu qu’il savait de la mère de Lisbon la présentait comme une femme tendre et attentionnée, qui ne pouvait qu’être sensible aux légers arpèges et aux nuances des œuvres de ce musicien créateur tout aussi bien de la marche funèbre que des adagios en mineur. Quand elle eut fini, Lisbon adressa à son équipier un petit sourire : il venait de percer un de plus de ses mystères.
« Vous aviez raison, commenta-t-il alors avec sincérité, il existe encore bien des secrets que vous parvenez à me dissimuler, et dont je ne me doute même pas. »
Au souvenir des circonstances dans lesquelles elle avait prononcé ces paroles un peu plus tôt dans la journée, et plus exactement au souvenir de la teneur des secrets en question auxquels elle avait pensé à ce moment-là, la jeune femme baissa les yeux. Mieux valait que Jane ne découvre jamais ce qu’elle dissimulait au plus profond de son cœur.

Alors que Lisbon parvint habilement à dissimuler son trouble, son ami se pencha vers le tabouret pour le reculer un peu et contre toute attente tendit sa main vers sa partenaire.
« Asseyez-vous, l’invita-t-il, et jouez-moi quelque chose. -
Pardon
? s’exclama Lisbon totalement attrapée.
- J’aimerais beaucoup vous entendre jouer, réitéra-t-il aimablement.
- Quoi ? Non ! Je…je ne peux pas.
- Pourquoi donc ?
- Je me suis blessée au poignet, vous le savez bien
, sauta-t-elle sur l’occasion en exhibant sa main droite emmitouflée.
- Je ne vous demande pas un concerto en trois mouvements, simplement quelques accords tout simples.
- Je n’ai pas joué depuis des années, j’ai tout oublié.
- Une telle passion ne s’oublie pas
, la contra-t-il de nouveau calmement. Vos doigts seront simplement un peu rouillés mais, encore une fois, je ne vous demande pas un concerto.
- Jane…je ne peux pas !
»
Ce dernier voyait bien qu’il en coûtait à la jeune femme de répondre à sa requête, sans doute parce que pour elle aussi il n’était pas aisé de renouer avec cet instrument. Mais une fois encore, il devait admettre qu’il agissait par égoïsme : il rêvait de pouvoir réentendre la mélodie de cet instrument qui lui était si cher, mais il n’avait ni la force ni les capacités de le faire lui-même. Et pendant longtemps, il avait pensé qu’il n’aurait laissé personne s’asseoir à cette place et utiliser le piano de son épouse. Quand il recroisa les yeux émeraude, il tenta de faire comprendre à Lisbon le message, lui faire comprendre qu’elle seule était jugée digne par ce veuf meurtri de poser ses mains sur la gamme pour la faire vibrer de nouveau. Mais il estimait trop son équipière pour la forcer à faire ce qui de toute évidence lui coûtait beaucoup. Aussi Jane laissa-t-il échapper un petit soupir de déception mais renonça.
« D’accord, je comprends, dit-il en s’éloignant doucement de l’instrument.
- Merci » fit Lisbon d’une petite voix tandis que son équipier lui adressa un sourire rassurant, signe qu’il ne lui en voulait pas.
Tous deux demeurèrent quelques instants debout, face à face sans parler avant que la jeune femme ne brise de nouveau le silence.
« Par qui commencerons-nous ? » demanda-t-elle sérieusement.
Elle n’avait pas besoin de préciser sa pensée, son équipier avait fort bien compris de quoi il retournait : lequel des sept suspects allait subir en premier les assauts des deux enquêteurs qui devaient déterminer si ou non il était le terrible John le Rouge ? Ils devaient procéder par élimination, ils n’avaient pas le choix.
« Une suggestion ? lui demanda alors Jane, qui décida de s’en remettre à l’instinct de la flic. Lequel vous semble être la priorité ?
- Stiles
! répondit-elle sans hésitation. Mais l’attaquer de front tout de suite, et surtout sans prétexte valable équivaudrait à le prévenir. De même pour Kirkland, surtout qu’il est au fait de tout. Nous devons bien nous préparer avant de les approcher. Quant à Bertram, disons qu’il est difficile de l’accuser de nouveau sans preuve irréfutable.
- Exact
! acquiesça-t-il totalement, fier de son équipière. Pour l’instant nous les observerons, simplement. Alors ? Je vous retourne la question, chère amie, par qui commencerons-nous ? »
Lisbon réfléchit quelques instants, cherchant à cerner l’essentiel et à prendre le recul nécessaire pour conserver toute clairvoyance.
« Avec Haffner, affirma-t-elle.
- Excellent choix, je n’aurais pas mieux dit moi-même. »

En effet, Jane était parvenu à la même conclusion : en raison de ses liens avec Visualize mais aussi à cause de la brève expérience qu’ils avaient eue de cet homme en chef d’équipe provisoire, le mentaliste avait de quoi travailler. Sans compter cette offre mystérieuse d’emploi proposée à Lisbon, dans l’espoir secret de l’éloigner du CBI, et sans doute de Jane…Oui, ils avaient de quoi démarrer !
« Dans ce cas, nous nous y mettrons dès demain, fit la jeune femme avant de faire quelques pas.
- Pour cela vous avez besoin de dormir un peu, la journée a été éprouvante et nous savons combien les suivantes risquent de l’être tout autant.
- Vous avez raison, je vais rentrer
, approuva Lisbon qui néanmoins conservait son regard fixé sur son équipier. Mais avant de partir, j’ai une question.
- Laquelle ?
- Vous promettez de ne plus me tenir ainsi à l’écart ? De travailler de concert avec moi sans me mettre sur le banc de touche à chaque fois que vous vous approchez un peu trop de votre ennemi ?
- Lisbon, vous savez que…
- …je ne vous parle pas de l’instant ultime
, le coupa-t-elle vivement en levant sa main gauche. Je sais bien qu’à ce moment là nous serons de nouveau dans des camps opposés mais, jusque là, promettez moi…d’être mon partenaire simplement ! »
Jane voyait que son amie était inquiète, encore plus que lorsqu’elle avait pénétré dans la maison un peu plus tôt. En dépit de tout, le mentaliste savait qu’il était allé trop loin désormais dans ses confidences pour espérer tenir à distance raisonnable celle dont la présence lui était même devenue nécessaire. S’il était honnête, il devait avouer qu’il appréciait la savoir à ses côtés, de compter auprès de lui un auxiliaire fiable et solide. Mais plus que tout, il avait besoin de son amitié, de son regard, compréhensif quand elle voulait le rassurer, réprobateur quand elle voulait lui montrer qu’il avait franchi une limite, tendre quand elle voulait le soutenir. Bref, que ce soit dans sa traque de l’ennemi ou dans son quotidien aussi sombre soit-il, Patrick Jane avait besoin de Térésa Lisbon et ce constat l’effrayait autant qu’il le soulageait. Aussi ce fut en arborant un air sincère et un ton apaisé qu’il put ce soir là lui dire honnêtement :
« Je vous le promets. »

A l’écoute de ce serment qu’elle espérait plus inviolable que d’autres promesses qu’il avait pu lui faire auparavant, l’agent fédéral parut soulagée.
« D’accord, alors je vous laisse, fit-elle en amorçant un demi-tour pour se diriger hors de la pièce. Je sais que c’est un conseil inutile mais…tâchez de vous reposer un peu vous aussi, et vous devriez soigner cette vilaine coupure sur votre main, vous n’êtes pas Superman.
- Je prends note du compliment
, la taquina-t-il tandis qu’il observait sa propre paume blessée.
- J’aurais pu être plus méchante dans ma comparaison.
- Je n’en doute pas. A demain, Lisbon. Et merci d’être venue…Merci, pour tout
. »
Elle lui adressa à son tour un timide
« A demain » auquel il répondit par un sourire avant de se mettre de dos et de se diriger lentement vers la grande baie vitrée au fond du salon.

Il ne savait pas trop comment interpréter tout ce qui venait de se dire et de se jouer dans ce grand salon sombre ; il repartit aussitôt dans ses pensées au point d’en oublier ce qui l’entourait et de ne plus saisir les bruits environnants. Il se tenait là, à observer l’obscurité tombée sur le vaste jardin à l’arrière de la propriété, éclairé par la lune brillante. Lui revinrent alors en mémoire les pique-niques familiaux faits sous le grand chêne, aujourd’hui envahi par les herbes non taillées ; les parties de cache-cache avec une Charlotte émerveillée et souriante ; les après-midi pluvieux où ils restaient tous les trois à l’intérieur, justement derrière ces vitres à observer le ciel pleurer.
( le morceau joué par Lisbon, à écouter jusqu'à 1'30: http://www.youtube.com/watch?v=CqdcDGmtJqI)


Mais alors que toutes ces images se bousculaient dans sa tête et dans son cœur, Jane fut soudain tiré de sa rêverie par quelques notes délicates qui semblaient tout droit sorties de ses souvenirs. D’abord toute hésitante, la mélodie commença sur un rythme lent et un peu haché. Puis ce fut tout naturellement que la musique adopta le tempo idéal. Submergé par l’émotion, le mentaliste délaissa le spectacle extérieur pour se retourner. Il fut surpris de voir à quelques mètres de lui, assise sur le tabouret et occupée à donner vie au beau piano de sa famille, sa partenaire, totalement concentrée à essayer de retrouver les reflexes de jadis. Jane ne pouvait détacher ses yeux de cette vision à la fois si belle et si troublante. Térésa mettait dans le morceau interprété une sensibilité et une émotion des plus profondes. Il devinait dans la semi obscurité ses bras lestes et ses mains fines se mouvoir avec délicatesse pour faire naître cette harmonie envoûtante.

Quelques secondes plus tôt, alors qu’elle s’apprêtait à poser son pied sur la petite marche pour rejoindre la porte d’entrée, Lisbon avait tourné une dernière fois la tête pour observer son équipier et l’avait vu se poster devant la fenêtre, de nouveau happé par ses sombres pensées. Elle se souvint de la promesse qu’il avait consenti à lui faire de même que de l’incroyable opportunité qu’il lui avait offerte : jouer sur le piano de sa femme et de sa fille. Il avait eu la décence de ne pas insister en voyant combien cela était difficile pour son équipière, pas préparée à remuer tant de souvenirs malheureux. Alors, pour une fois, il avait fait preuve de retenue mais Lisbon avait pu lire dans ses yeux azur sa déception. Elle n’avait mesuré qu’à ce moment là, alors qu’elle était sur le point de partir, combien il avait fallu de temps à cet homme pour espérer un jour qu’une personne suffisamment proche de lui et digne de cet honneur inestimable puisse faire revivre, même fugacement et illusoirement, l’ombre de Charlotte au piano. Les craintes de Lisbon avaient alors fait place à une envie de soulager cette attente du cœur de Jane. Sans dire un mot, et d’un pas alerte qui aurait en temps normal attiré l’attention du mentaliste toujours aux aguets, la jeune femme avait rejoint l’instrument, s’était installée sur le tabouret poussiéreux et avait placé ses doigts juste au-dessus des touches, comme elle l’avait fait si souvent, adolescente, sur le piano maternel devenu muet. Elle n’eut pas besoin de chercher longtemps le morceau qu’elle souhaitait essayer d’interpréter : Chopin, Nocturne 20 en Do mineur. Ce fut le premier qui lui revint en mémoire, elle savait parfaitement les mouvements à opérer. Mais y parviendrait-elle ? Sans réfléchir davantage, elle se jeta à l’eau. Elle dût contenir une grimace car son poignet droit lui faisait mal, sa foulure ne l’aiderait pas à faire une bonne prestation. Malgré tout, elle frappa les premières notes, doucement, pour se réhabituer à la sensation mais aussi pour permettre à ses doigts de retrouver cette dextérité qu’elle avait indéniablement perdue sans entraînement. Elle écouta la pureté du son que lui offrait cet instrument d’exception : dieu qu’il était beau ! Jamais encore elle n’avait joué sur un si parfait élément et elle ne lui rendait guère justice par son début d’interprétation maladroit. Lisbon savait aussi qu’à présent Jane avait conscience de sa présence et au fond d’elle, elle appréhendait un peu sa réaction. Certes elle n’avait fait que répondre (tardivement) à son invitation mais que pouvait-il éprouver à présent, en la voyant assise où s’étaient tenues Angéla et Charlotte ? Cette crainte la déconcentra un instant et elle fit un accord imparfait qu’elle parvint néanmoins à rectifier rapidement. Quitte à avoir franchi une ligne interdite, autant le faire avec majesté et brillance : elle devait réussir, pour Jane, pour lui offrir ce moment mélodique.

( ce qu'entend Jane au moment de l'apparition: http://www.youtube.com/watch?v=64e04-VFHkc)


Derrière la pianiste peu assurée, le mentaliste sentit son cœur se serrer un peu plus mais étrangement, ce ne fut pas la peine qui en était la cause. Au contraire, il s’agissait d’une émotion intense et à peine descriptible. La seule chose que pouvait sentir Jane était cet étrange bien-être lorsqu’il réécoutait la douce mélodie envahir ces lieux. Plus que le seul piano, il entendait désormais une orchestration toute entière, comme si Lisbon avait été rejointe par d’autres instruments qui l’accompagnaient pour lui donner l’ampleur qu’elle méritait. Les sanglots des violons imaginaires semblaient faire écho à la tristesse du veuf et du père esseulé. Comme si le monde entier, sous la direction de la douce Lisbon, acceptait de bercer Jane et de le soulager provisoirement de sa peine. Et il n’eut pas besoin de fermer les yeux pour imaginer une silhouette fantomatique apparaître alors aux côtés de la talentueuse pianiste : Charlotte, désormais adolescente et telle qu’elle lui était apparue alors qu’il était sous l’effet de la belladone, souriait à ce père qu’elle aimait et qu’elle espérait voir un jour apaisé. Au rythme des douces notes qui ralentissaient pour amorcer la fin du morceau, la jeune fille blonde au beau visage évanescent disparaissait aussi vite qu’elle était venue. Et le pauvre Jane ne put rien faire pour l’en empêcher, une fois encore. Lisbon appuya sur la dernière note qui, grâce à la pédale tonale, dura quelques instants. Quand elle eut fini, elle retira doucement ses mains et se frotta le poignet douloureux. A vrai dire, elle n’osait pas se retourner pour affronter le regard de son équipier, elle ne savait pas comment il réagirait : l’avait-elle peiné ? Blessé ? Fâché ? A bien y réfléchir, elle trouvait même son geste inconséquent et déplacé ; elle aurait dû le faire lorsqu’il l’avait invitée, et non s’imposer ainsi, en toute surprise, après une soirée si mouvementée et difficile. Les notes de Chopin lui semblaient bien loin à présent et le silence ambiant alourdissait l’atmosphère au plus haut point. Mais alors que la jeune femme s’apprêtait à se lever et à partir en se confondant d’excuse, elle perçut deux mains se poser doucement sur ses épaules frémissantes et devina la présence de Jane juste derrière elle. Puis elle sentit un contact sur le haut de sa chevelure : Jane venait de lui déposer un tendre baiser sur la tête. Ce geste ne fut pas sans rappeler à Lisbon l’attitude similaire que Jane avait eue avec Lorelei, juste après l’arrestation de cette dernière. Dans la salle d’interrogatoire, il avait fait la même chose avec sa maîtresse diabolique, et ce souvenir perturba Térésa plus qu’elle ne voulut l’admettre. Sans doute le consultant nota-t-il son mouvement et sans même qu’elle eût à se justifier, il avait tout compris.
« Je vous en prie, ne comparez pas ce qui n’est pas comparable, se contenta-t-il de lui murmurer à l’oreille. Je vous en prie, Térésa… »
Alors la concernée se détendit aussitôt : plus que tout autre chose, elle voyait que son équipier ne lui en voulait nullement, bien au contraire. Délicatement, il s’empara de la main gauche de la jeune femme et l’invita à se lever, ce qu’elle fit en se retournant. A peine fut-elle debout face à Jane qu’il l’attira contre lui et l’enlaça fortement, dans un réflexe purement incontrôlé. Il n’avait pas pu tenir dans ses bras l’apparition de Charlotte mais il pouvait serrer contre son cœur cette femme qui venait de lui faire un si beau cadeau. Il sentit alors que Lisbon répondait à son étreinte en passant à son tour ses frêles bras autour de son torse. Ils demeurèrent ainsi un long moment, lui à plonger son visage dans le cou de sa plus proche amie ; elle à profiter de cette tendresse que son consultant ne laissait que rarement entrevoir. Il répéta plusieurs fois
« merci, Térésa, merci… » en un murmure fragile.
Tout en la serrant fort, Jane prenait conscience une fois de plus de ce que cette femme représentait pour lui: elle était la lumière dans les ténèbres qui l’engloutissaient un peu plus chaque jour ; un espoir dans sa vie vouée à l’échec et au malheur ; un ange face au démon perdu qu’il était. Mais lui revinrent aussi en mémoire les paroles prononcées par le medium Sean Barlow et que Jane avait feint de ne pas noter : cette femme était tombée amoureuse de lui, et il n’avait rien vu. Ou plus exactement, il n’avait voulu rien voir. Tout semblait tellement plus facile en négligeant le sujet, comme si nier empêchait d’exister. Mais ce soir là, dans l’obscurité de sa maison familiale, devant ce piano auquel Lisbon avait magnifiquement rendu honneur, le mentaliste commençait à douter de ses propres sentiments. Dix longues années avaient fait de lui un monstre d’égoïsme ; un ultime message de son pire ennemi avait fait de lui un être encore plus dévoué à sa vengeance ; mais quelques notes sur un piano avaient fait de lui un homme empli de doutes…et dont le cœur pourrait recommencer à battre pour cette femme.

FIN
merci NB: je suis une grande mélomane et j'adore la musique classique mais n'étant pas moi-meme une pinaiste, j'espère ne pas avoir dit de bêtises sur cet instrument. Sinon, n'hésitez pas à me corriger..biz


Dernière édition par Calypsoh le Sam 8 Juin 2013 - 10:34, édité 2 fois

Calypsoh
Inspecteur de police
Inspecteur de police

Féminin Personnage préféré : alors ça c'est dur: j'aime les gamineries de Jane, la loyauté de Lisbon; le flegme de Cho; l'humour de Rigsby et la douceur de Van Pelt!!!
Localisation : à côté de Bruno Heller pour lui tenir la main lors de la rédaction des prochains épisodes!!

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nocturne en quelques notes. (OS post 5x22)^

Message  inesd4 le Lun 20 Mai 2013 - 11:24

C'est très beau, délicat et authentique. Un instant magique, suspendu. Une bulle de paix dans les evenements qui vont suivre.

Je ne connais pas grand chose au piano si ce n'est la melancolie qui souvent s'en dégage, mais tes petites précisions techniques n'alourdissaient en rien ce moment.

Bravo et merci ! bravo

inesd4
Gardien du parking
Gardien du parking

Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nocturne en quelques notes. (OS post 5x22)^

Message  sara44 le Lun 20 Mai 2013 - 11:50

Coucou,

Je viens juste de lire ton os, et WAOUH!!!!! Very Happy Je les trouvé magnifique super

J'ai pas vu la saison 5, mais j'ai quand même voulu le lire car j'ai fait la curieuse en regardant la fin. Embarassed

Il est vraiment très bien écrit.

bravo bravo bravo bravo bravo bravo

sara44
Distributeur de café
Distributeur de café

Féminin Personnage préféré : Jane, Lisbon
Loisirs : ciné, lecture, séries
Localisation : Loire-Atlantique (44)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nocturne en quelques notes. (OS post 5x22)^

Message  Teresa Lisbon le Lun 20 Mai 2013 - 12:36

Super os, bravo super et les musiques sont tellement vapes !

Teresa Lisbon
Stagiaire au CBI
Stagiaire au CBI

Féminin Personnage préféré : Ma Lis' , si magistralement interprêtée par ma sublissisme Roby!
Loisirs : écrire, lire, regarder Castle et Mentalist, rêver du Jisbon...
Localisation : Sur une scène de crime avec l'Agent Spécial Lisbon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nocturne en quelques notes. (OS post 5x22)^

Message  Jane Doe le Lun 20 Mai 2013 - 12:51

Tellement contente que le 5x22 t'ait inspirée! Je l'espérais, je l'attendais, cet OS signé de ton pseudo !

Le registre est légèrement différent de ce à quoi tu nous a habitués mais colle parfaitement avec ce qu'on pourrait attendre à l'issue du finale. En bref, c'est toujours aussi bon !

Un concentré de gravité, de douceur, de peur, de tendresse....De l'intensité, de la subtilité....le cocktail fait mouche !

Le lieu de l'action y contribue fortement. La maison de Malibu, celle des jours heureux pour Jane et sa famille, celle où le drame s'est joué aussi, celle - comme tu le rappelles - qui a permis à Lisbon d'aider Jane à retrouver ses souvenirs.....le lieu est lourd de sens. Il est particulièrement significatif.
C'est aussi celui du jardin secret, de l'intimité des souvenirs gravés dans la mémoire....que Jane ouvre ici à Lisbon. En soi, le symbolisme est déjà très beau.

Peut-être est-ce qui autorise nos protagonistes à évoquer des choses très personnelles, partager des souvenirs intimes, faire preuve d'une totale sincérité l'un envers l'autre....et envers eux-mêmes.
Ce retour sur la conclusion du 4x10 est très beau, notamment Jane sous-entendant clairement l'importance accordée à la présence de Lisbon dans sa vie.

Lisbon qui admet ses craintes, c'est très beau. Mais il n'y a là rien qui doive déstabiliser Jane : le courage, ce n'est pas ne jamais avoir peur. C'est lutter malgré la peur.
Ce que Lisbon semble particulièrement déterminer à faire :

Calypsoh a écrit:
« Mais il y a une chose que je sais, reprit-elle de son ton posé et clair. C’est que je n’ai jamais laissé personne m’intimider, je n’ai jamais courbé l’échine devant des criminels qui se croyaient plus brillants que moi. J’ai arrêté Volker en dépit de toutes ses manœuvres pour me perdre. Et surtout, je me suis juré à l’âge de quinze ans de ne plus jamais laisser la peur dominer ma vie. »

J'aime vraiment beaucoup cette séquence !
J'aime aussi l'humour et la légèreté dont tu soupoudres ton récit, une belle fidélité aux personnages qui permets d'alléger l'atmosphère !

Et le piano ! J'aime, j'aime, j'aime ! On comprend d'emblée que Lisbon en sait trop sur l'instrument pour que ce soit fortuit ! A fortiori quand on voit l'émotion avec laquelle elle considère l'instrument. Forcément, il s'agit de l'instrument dont elle a joué. Et l'émotion est là quand on comprend la raison pour laquelle elle a gardé le silence, ces années durant.

Calypsoh a écrit: Sous prétexte d’avoir voulu garder un peu de mystère en ne dévoilant pas son instrument de prédilection, Lisbon avait surtout voulu épargner une fois de plus son partenaire, en ne lui renvoyant pas involontairement l’image obsédante associée à quelques notes de musique. Quand il recroisa le regard navré de sa partenaire, Jane ne put qu’éprouver une profonde reconnaissance : jusque dans les moindres détails, cette femme veillait sur lui.

C'est tout simplement magnifique. :chouchou:
Et la confidence que fait ensuite Lisbon, liée aux souvenirs d'enfance partagés avec sa mère, l'est tout autant. Avoir créé un lien entre les souvenirs -aussi précieux que douloureux, parce que renvoyant à un bonheur éteint- des deux amis grâce au piano est une très belle trouvaille !

Une bien jolie promesse que celle que Lisbon arrache à Jane, celle d'être réellement partenaires dans la traque de RJ. Le seul moyen de mettre un terme à cette chasse. Le seul moyen de le faire en gardant son humanité. Le seul moyen aussi de ne pas inquiéter outre-mesure l'agent.

Ce piano qui reprend vie....la mélodie si jolie malgré quelques fausses notes (à l'image de la vie, justement)...par les mains de Lisbon, la seule que Jane autoriserait à toucher ce piano....c'est sublime !

Calypsoh a écrit:« Je vous en prie, ne comparez pas ce qui n’est pas comparable, se contenta-t-il de lui murmurer à l’oreille. Je vous en prie, Térésa… »

Il y a une grande tendresse derrière ces mots....Il y a tellement à comprendre aussi.... :chouchou:
Des choses à comprendre que Jane commence à saisir, à accepter. Ses réflexions que tu nous offrent sont empreintes d'une grande beauté ! Notamment la toute fin :

Calypsoh a écrit:Dix longues années avaient fait de lui un monstre d’égoïsme ; un ultime message de son pire ennemi avait fait de lui un être encore plus dévoué à sa vengeance ; mais quelques notes sur un piano avaient fait de lui un homme empli de doutes…et dont le cœur pourrait recommencer à battre pour cette femme

où l'espoir vient côtoyer la noirceur...mais brille malgré tout.

Au final, tu nous offres une belle introduction à ce que pourrait être la saison 6 : très sombre à cause des meurtres, et de la pression qui ne va pas manquer de se faire sentir, mais atténuée par l'espoir que Lisbon fait renaître, la possibilité de choses auxquelles Jane avait renoncé depuis longtemps, mais surtout dans le présent la réalité d'une partenaire solide, sur laquelle il peut s'appuyer.

Merci pour ce très beau texte ! merci

Jane Doe
Stagiaire au CBI
Stagiaire au CBI

Féminin Personnage préféré : Teresa Lisbon ♥

https://www.fanfiction.net/u/4364808/Jane-Doe51

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nocturne en quelques notes. (OS post 5x22)^

Message  Riza17200 le Lun 20 Mai 2013 - 13:13

Ma Caly, qu'est-ce que je suis heureuse de te revoir sur le forum ! Surtout avec un nouvel OS, qui est, pour ma part, mon favori ! smile1

J'étais persuadée que tu allais nous écrire un post pour le final, et je suis contente de voir que je ne me suis pas trompée !

La description de l'ancienne maison de Jane est parfaite, elle reflète bien cet endroit qui était probablement son plus beau souvenir, désormais hanté par les fantômes de son passé.

"Et je suis certain qu’un jour il fera aussi disparaître cette maison en la détruisant."

C'est même presque certain. Mais surtout, je vois très bien le final se dérouler dans cette maison. Enfin, le final, du moins la "fin" de John le Rouge. L'histoire se terminerait là où tout a commencé...

Concernant cette scène dans le grenier, on ne sait pas ce qu'il s'est passé après (d'ailleurs, je crois que c'est ça qui me fait encore plus trépigner d'impatience pour la saison 6).

Aussi après plusieurs instants où ils n’échangèrent pas une parole, la jeune femme s’était-elle levée et avait quitté le grenier sans rien ajouter.

Et je dois dire que ta version est la plus plausible ! J'imagine très bien un silence pesant entre les deux agents, jusqu'au moment où Lisbon se lève et s'en va, sans un mot. J'espère vraiment que le premier épisode de la saison 6 reprendra lors de cette scène, même si j'en doute... :/

Et le piano...lorsqu'on le voit, on comprend tout de suite le titre, et je pensais au départ que ce serait Jane qui s'installerait sur le tabouret avant de jouer la triste mélodie de "La lettre à Elise". En fait, la réalité est encore mieux ! Very Happy

Ce qui me déchire le coeur je crois, c'est de savoir que Jane est resté pendant prés d'une heure assis dans la même position, à regarder le piano, espérant peut-être apercevoir les silhouettes disparues de sa famille... triste2

"Mais je ne crains rien puisque vous êtes avec moi…"

Cette phrase est juste magnifique, j'avais presque envie de lâcher un petit "Aaaawww".

Ce qui fait plaisir aussi, c'est de voir que même si Lisbon a quitté le grenier dans le silence le plus total, elle ne pouvait pas laisser Jane seul après ce qui venait de se passer. Et de savoir que si elle n'agissait pas la priverait de son sommeil me fait penser au final de la saison 4, où elle dit à Jane que son inquiétude pour lui lorsqu'il était à Las Vegas l'empêchait de dormir.

Il y a aussi l'allusion au 4x10 (mon épisode préféré ! green_smile ), qui me rappelle surtout un autre de tes OS tout aussi génial... siffle

« Nous ne le laisserons pas faire, je vous en donne ma parole. »

Cette promesse est la plus belle qui Lisbon puisse lui faire...Même si elle est en désaccord avec ses idées de vengeance, elle est pourtant de son côté et fera tout pour empêcher John le Rouge de détruire les autres souvenirs heureux de son consultant. :chouchou:

Chacune des victimes qu’il fera, il s’approchera un peu plus de moi et de ceux que j’aime.
Surtout que Jane n'a pas tellement de personnes chères à son coeur autour de lui (ou alors ce sont des gens dont il n'a jamais vraiment parlé). L'équipe, mais surtout Lisbon ne devraient pas tarder à être visés, et c'est ça qui fait le plus peur... pale

[quote]Quant à vous, je sais que vous allez vous jeter à corps perdu dans cette chasse à l’homme, comme toujours.]

C'est justement ce qui me fait peur pour cette sixième saison : De voir Jane abandonner les personnes comme Lisbon qui tiennent à lui pour se lancer à la poursuite de John le Rouge...
Ce serait d'ailleurs un scénario envisageable pour la fin : Jane découvre l'identité de John le Rouge, mais n'en parle pas à Lisbon (par égoïsme et/ou pour la protéger), et fonce dans la gueule du loup seul, courant au suicide.

Et pourtant malgré toutes ces entraves entre nous, je peux vous certifier qu’on va lutter côte à côte, que vous le vouliez ou non, monsieur le mentaliste parce que je suis certaine qu’ensemble nous pouvons le vaincre !

Comme ce que je disais en haut, c'est beau de voir que Lisbon veut combattre à ses côtés malgré leurs différences...

"C’est la pédale tonale ou pédale ‘’sostenuto’’ sur les pianos à queue, embraya sans réfléchir son équipière qui s’accroupit pour observer les trois éléments au bas de l’instrument. Elle a pour rôle de tenir les notes déjà jouées au moment où la pédale est enfoncée, ce qui permet de prolonger des accords."


J'aime beaucoup comment sa passion reprend le dessus, et c'est ça qui fait comprendre à Jane que l'instrument qu'elle jouait était du piano (j'ai toujours espéré que ce soit du piano green_smile ). Busted Lisbon !

C'est aussi touchant de voir Lisbon se confier sur son passé, quelque chose qu'elle ne fait presque jamais.

Avec Haffner, affirma-t-elle.
- Excellent choix, je n’aurais pas mieux dit moi-même. »

Est-ce une façon de nous dire que ton principal suspect est Haffner ? content Si oui, on est deux, j'ai jamais digéré le fait qu'il ait essayé d'éloigner Lisbon du CBI... hall

Et puis arrive la scène où Lisbon se met au piano... :wub:
Cette scène est la plus belle je crois, Teresa qui décide finalement de jouer malgré le fait qu'elle ne voulait pas au départ. Et la musique est très bien choisie !

Jane venait de lui déposer un tendre baiser sur la tête.

Un geste incroyablement tendre, que j'ai lu juste au moment où la musique s'est arrêtée ! vapes

Mais lui revinrent aussi en mémoire les paroles prononcées par le medium Sean Barlow et que Jane avait feint de ne pas noter : cette femme était tombée amoureuse de lui, et il n’avait rien vu.

Il a feint de ne pas noter, mais il a quand même détourné le sujet de conversation... siffle Si ce n'est pas suspect ça !
Il est mentaliste, et pourtant il n'a pas été capable de voir que Lisbon était tombée amoureuse de lui...Malgré ses capacités à lire dans les gens comme dans un livre ouvert, il n'e s'est pas rendu compte des sentiments de Lisbon, la personne la plus proche de lui... :chouchou:

[...]et dont le cœur pourrait recommencer à battre pour cette femme.


Cette phrase de conclusion est parfaite !

Bref, comme tu as pu le comprendre, j'ai vraiment adoré cet OS, et ça aurait été tellement magique d'avoir un season final comme ça...Prions pour avoir une scène avec le piano semblable à la tienne dans la saison 6 ! prie

Un grand BRAVO bravo super Et j'espere que tu nous fera vite un autre OS ! calin bisou

Riza17200
Agent de circulation
Agent de circulation

Féminin Personnage préféré : Jane
Loisirs : Lire/écrire/dessiner
Localisation : Woodbury

http://evajarriault.tumblr.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nocturne en quelques notes. (OS post 5x22)^

Message  0Camille le Lun 20 Mai 2013 - 15:48

Juste... Magique ! J'ai vraiment tout aimé, du début à la fin. J'aimerais qu'il y est une scène comme celle-ci dans la série, que la saison 6 commence comme ça.

Dès le début tu nous replonges dans la tension qui régnait à la fin de l'épisode. Je vois bien Lisbon partir sans un mot après le visionnage de la vidéo. L'endroit que tu as choisi, la maison de Jane, est une très bonne idée selon moi Wink.

Le fait que Jane et Lisbon se confie l'un à l'autre, en parlant de leurs souvenirs ou en avouant leur peur d'affronter Red John, est juste génial ! On voit qu'ils forment une équipe, de vrais partenaires. Et lorsque Jane lui promet de la tenir au courant de sa course poursuite est aussi très beau Very Happy.

Le moment avec le piano est mon préféré ! Merci de nous avoir fait écouté les morceaux interprétés par Lisbon, étant donné que j'adore le piano, je ne pouvais que aimé. J'ai eu la larme à l'oeil.
Tout d'abord, j'ai été déçu qu'elle refuse l'offre que lui fait Jane. Mais quand j'ai vu qu'elle revient pour en jouer, tu peux pas savoir comme j'ai été contente joie2. C'est parfait :chouchou: !

Sans oublier l'humour, qui détend l'atmosphère comme le fait si bien la série !
J'aime aussi la fin, pleine de tendresse, d'affection :wub:.

J'oublie surement des choses, il y a tellement à dire mais je ne sais pas comment les dire.
Merci infiniment pour ce magnifique texte merci !


0Camille
Agent de circulation
Agent de circulation

Féminin Personnage préféré : Lisbon, Jane

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nocturne en quelques notes. (OS post 5x22)^

Message  Lisbondu62 le Lun 20 Mai 2013 - 15:56

Que dire à pars que ce OS est Splendide. J'adore vraiment. bravo super amen

Lisbondu62
Distributeur de café
Distributeur de café

Féminin Personnage préféré : Teresa Lisbon et Patrick Jane
Loisirs : Chanter,danser et écrire des fictions
Localisation : En Australie avec Simon Baker

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nocturne en quelques notes. (OS post 5x22)^

Message  Johel le Lun 20 Mai 2013 - 16:29

Tes OS, Caly, sont mes "madeleines de Proust" merci Pas d'analyse de texte pour moi, je trouve que quand on voit la qualité du texte que tu proposes, on doit juste laisser parler son coeur et dire amen amen amen. Quelle idée magique que celle du piano comme lien entre Jane et Lisbon C'est un instrument qui a une "âme", et qui te permet vraiment de transmettre tes émotions... J'aurais peut être pris Schumann ou Liszt pour le romantisme du moment mais Chopin c'est pas mal non plus. Tout y est dans ton histoire, de la tension du visionnage de la vidéo au final où Jane semble réaliser la profondeur véritable de ses sentiments pour Lisbon. Comme je le dis à chaque fois que je te lis, je signe tout de suite pour une telle scène dans un épisode de la série. :thank3:

_________________

"Merci à voilà pour ce superbe kit"

"Aussi longtemps qu'on médite sa vengeance, on garde sa blessure ouverte - T. Fuller"

Johel
In Jane we trust

Féminin Personnage préféré : Jane et Cho
Loisirs : Lecture, ciné, jeux vidéo et suuuurf !
Localisation : près de l'océan

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nocturne en quelques notes. (OS post 5x22)^

Message  Jane Addict le Lun 20 Mai 2013 - 20:57

Eum, j'ai un peu de mal à faire un commentaire correct là Rolling Eyes Je suis submergée par l'émotion, vraiment...J'attendais impatiemment cet OS post 5x22... scratch Et je suis heureuse de voir qu'il t'a permis d'écrire un tel chef d'oeuvre... amen amen amen

Je suis heureuse de revoir ton nom apparaître dans les nouveautés siffle

A travers ton texte, tu nous exposes des théories très probablement envisageable (La maison, le piano...) hein

Une scène Jane/Lisbon toute en finesse mais à la fois si forte en émotions, tu as submergée mon petit coeur là pale

Bravo, je suis totalement époustouflée... bravo amen amen merci

Jane Addict
Stagiaire au CBI
Stagiaire au CBI

Féminin Personnage préféré : Jane
Localisation : Dans le garage de Simon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nocturne en quelques notes. (OS post 5x22)^

Message  vanou963 le Mar 21 Mai 2013 - 3:48

J'avais le sentiment que tu allais nous pondre un de tes chef d'œuvres :) J'ai adorée comme toujours et sa passer trop vite ces fou. Tu serais du pour nous faire une fic la siffle :roll2: lolll

Merci encore pour ce Os Magnifique calin

vanou963
Agent de circulation
Agent de circulation

Féminin Personnage préféré : Patrick Jane & Teresa lisbon
Localisation : Ds les bras de Jane .. nahhh devant mon ordi :(

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nocturne en quelques notes. (OS post 5x22)^

Message  alamanga le Mar 21 Mai 2013 - 11:55

Très beau amen amen amen Tu m'as arraché une larme vers la fin Sad
Comme on aimerait avoir ce genre de scène, qui malheureusement n'est pas la marque de fabrique de notre cher Bruno Heller sad1
Parce qu'on aura toujours le droit comme conversation sérieuse à 3 phrases à tout cassé entre nos 2 tourtereaux (oui j'ai osé mettre "tourtereaux" :roll2: ) et à nous frustrer pour comprendre ce qu'il y a derrière :mouais:
Tes textes sont toujours en musique et en poésie, j'aime :wub:
Ca fait du bien de lire ça :chouchou:
Merci d'avoir repris ta plume Caly bisou

PS: par contre, moi je pense que Jane sait déjà que Lisbon est amoureuse de lui avant le 5x22, mais là en prend conscience pleinement, puisque quelqu'un d'autre le remarque et qu'elle approuve silencieusement. Et lui l'est également, mais s'en refuse. Enfin c'est mon avis personnel et on ne va pas faire un débat là content

alamanga
Red John
Red John

Féminin Personnage préféré : Cho, Lisbon, Jane. Van Pelt et Rigsby aussi.Abbott, Fischer, Wylie et Vega.
Loisirs : La TV, me balader, visiter...et rêver!
Localisation : Devant mon ordi, sous le soleil exactement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nocturne en quelques notes. (OS post 5x22)^

Message  Calypsoh le Jeu 23 Mai 2013 - 17:41

coucou tout le monde!
Comme toujours vous m'avez gâtée, JE VOUS ADORE!!!!

inèsd4: coucou, tu as été la 1èr et je t'en remercie. Ta qualification de "bulle de paix" m'a vraiment fait plaisir car c'est ainsi que je l'envisageais, une pause dans les horreurs liées à :rj: C'est moi qui te remercie infiniment de ton adorable com'; biz

sara44: hello miss! comment ça tu as voulu savoir la fin de la saison 5 sans avoir regardé, petite coquine!!!! Comme je te comprends...je ne pourrais pas non plus attendre, donc vraiment merci pour avoir pris le temps de commenter. Tu verra cette saison réserve, à mon sens plein de jolies surprises (notamment pour le perso de LIsbon que j'ai trouvé fort cettte fois!). A très vite j'espère et encore merci à toi.

TeresaLIsbon: ah revoilà une autre de mes fidèles lectrices. Coucou ma chère Térésa! Ravie que les musiques t'aient plu. IL ya avait très longtps que j'avais envie d'écrire une fic/OS avec pour toile de fond ce piano réorchestré (que l'on peut attendre dans le film le Pacificateur), qui m'avait d'ailleurs un peu inspiré ma fic Course contre la mort). La venue progressive des violons correspondaient parfaitement à l'image que j'avais d'un Jane happé par son souvenir. Donc merci à toi. Biz

JAneDOe: mon dieu, chère Jane, tu m'as gratifié d'un très long message qui m'a donné le sourire pour 5 jours!!! Merci pour ce commentaire détaillé des plus flatteurs. en effet, j'ai un peu quitté mes mabiances habituelles de tension entre les 2 pour leur octroyer ue "bulle de paix" (pour reprendre cette chère ines). La maison de Jane a tjs été à mon gout trop peu exploitée dans la série (d'où mon ravissement quand dans le 4x10 enfin Mr Heller l'évoque). tu as tout à fait raison c'est cette ambiance intimiste, où bcp de non dits s'expriement enfin entre ces 2 là qui a permis les révélations de Jane comme de LIsbon. Cette dernière ne peut pas être chose pour moi qu'un personnage fort, d'où mon malaise parfois quand Heller nous met en scène (surtout en saisons 3 et 4) une Lisbon estompée et trop lisse. J'aime aussi l'idée que son coeur généreux va jusquà penser protégéer JAne dans les détails (taire le fait qu'elle joue du piano en sachant ce que ça représente pour lui). Donc merci d'avoir tout particulièrement relevé cette séquence que j'aime aussi. La fin du texte m'a donné un peu de fil à retordre (alors que j'ai écrit presque d'une traite les 2/3 tant je voyais où je voulais en venir): que dire pour conclure une telle scène: doivent-ils parler? doivent-ils conserver le silence, parfois tellement plus éloquent? JAne doit-il admettre la nature des sentiments de LIsbon à son égard ou doit-il continuer de les ignorer?
C'est aussi pour cela que la scène a un gout d'inachevé (par exemple je ne fais pas partir LIsbon, on les laisse là, dans les bras l'un de l'autre, sans savoir la suite). Car entre eux aussi, la suite n'est pas encore claire! Sans compter évidemment les terribles augures qui s'annoncent avec les menaces explicites de :rj: ... Bref, ma chère Janedoe, UN IMMENSE MERCI pour ce magnifique commentaire éclairé et construit que tu m'as laissé, je t'embrasse fort et je file lire le très beau comm de Riza.

Riza: ma chère RIza, et voici mon 2nd long comm pour cette fic, vous m'avez vraiment gâtée avec Jane DOe, merci bcp la miss. Eh oui, pardon pour mon absence récente moi aussi je suis ravie de tous vous retrouver; hihi, tu me connais bien, même avec du retard, je ne pouvais pas laisser ce 5x22 sans suite...trop de questions sont en suspend!!!! C'est rigolo, moi aussi je vois parfaitement l'affrontement final entre Jane et :rj: dans cette maison..;alors que tout le monde chercherait ailleurs, dans un lieu moins évident, en effet cette maison serait d'un fort symbole!! POur ce qui de la scène du grenier dans le final, je m'attends à ce que Mr Heller reprenne la saison 6 qqk temps après, voire même plusieurs semaines après, pour les voir attentifs au moindre signes d'un :rj: qui ne frappe pas encore!!! Du coup, ça risque d'être rapé pour voir la suite et fin de cette scène au grnier (mais je peux me tromper). pour ce qui est du piano, j'avais en effet songé à Jane et la lettre à Elise (d'où son évocation dans le texte), mais j'avais opté dès le début sur l'idée que ce serait LIsbon, de sa main innocente (même maladroite) qui jouerait! Je souhaitais qu'elle incarne cette harmonie apaisante qui soulagerait un temps la douleur du mentaliste esseulé. Comme tu le dis, Jane n'a pas tellement de proches que cela, il a tellement fait le vide (Danny, l'équipe, Sophie Miller peut-être..mais c'est tout scratch ), donc oui je pense comme toi que dans peu de temps notre team va devenir la cible de :rj: . On risque également de voir Jane finir de s'isoler mais en même temps Heller a tellement joué cette carte déjà que scénaristiquement il doit aussi créer la surprise. Du coup je verrai bien au contraire un rapprochement évident et fusionnel (voire même ambigü) entre Jane et Lisbon dans la majeure partie de la saison 6, non seuelement dans leurs investigations mais aussi dans leur façon de penser (LIsbon de plus en plus vindicative; Jane de plus en plus mitigé)..Jusqu'au final où BAM, retour à un mentaliste qui tenterait de la mettre sur le banc de touche (enfin, ce serait ma vision des choses, Bruno si tu m'entends!!) POu ce qui est d'HAffner, non ce n'est pas mon principal suspect (tout bonnement car celui que j'ai en tête depuis longtemps n'est PAS dans cette liste, et je reste persuadée que cette dernière est un leurre de Bruno), en revanche comme toi je n'ai poas digéré sa tentative d'éloigner LIsbon, y a anguille sur roche, donc autant commencer par lui!!! Enfin, la scène du piano fut pour moi le moment le plus beau à écrire, je l'attends tellement cette scène similaire où on les verrait tellement en harmonie (du moins pour un temps). Et le baiser sur la tête en effet est d'une tendresse incroyable. POur ce qui est des sentiments de Lisbon, je pense sincèrement que jane les a noté et qu'il ne sait pas quoi en faire: d'u côté feindre la totale ignorance (au risque d'en profiter un peu pour amadouer et utiliser un peu la donzelle), d'un autre côté JAne va être lui aussi forcé d'admettre que le "Love you" du 4x24 fut peut-être le déclncheur du problème, et donc qu'indirectement il a lui-mêmle ouvert les voies de l'ambiguité. :scratch:Affaire à suivre donc... Comme tu l'as compris également, j'ai adoré ton commentaire qui vraiment m'a touchée au plus haut point (quand j'en ai vu la longueur, mon a fait un bond). Merci ma Riza d'etre tjs aussi bienveillante à mon égard, et j'espère rester à la hauteur de tes attentes. BIz

Camille: hello miss! "magique" est un qualificatif des plus élogieux, merci vraiment; eh oui, le duo de partenaire devait être au centre de cette OS, pour une fois plus centrée sur leur entente que sur leurs divergences. L'un n'est rien sans l'autre (que ce soit romantique ou pas d'ailleurs), leur relation est devenue capitale pour Jane comme pour Iisbon, même s'ils ne la définissent pas forcement de la même façon. Mais au milieu de cette tendresse, je suis heureuse que tu aies noté mes qqk tentative d'humour ce ne serait pas eux, sinon. Voilà pourquoi j'essaie tjs (sans que cela paraisse déplacé, c'est tjs ma grande peur) d'ajouter ces notes souriantes tellement typiques d'eux 2. Merci ma chère amie pour ton gentil commentaire sur ce texte, vraiment merci.

Lisbondu62 (et pourquoi pas du "63" hahaha): c'est vraiment gentil à toi de m'avoir laissé un message. Je suis ravie que cela t'ait plu et que tu aies retrouvé un peu de l'esprit de cette série que l'on affectionne tant. Enorme biz

Johel: ma Johel, je t'attendais. Comparer mes écrits aux "madeleines de Proust", quel honneur! Les réminiscences sont tout ce qu'il nous reste parfois, hihi. Je t'en prie laisse parler ton coeur, ça me va parfiatement la miss. L'instrument "piano" s'y prête tellement. En effet Schumann ou Liszt auraient été parfaits, mais j'avoue avoir opté pour un coup de coeur perso de Chopin (même si mon compositeur favori reste et restera Beethoven!!!). Quant à signer pour intégrer cette scène dans le scénario, j'ai bien tenté d'appeler Bruno mais ce petit jeune a l'air assez occupé, l'idiot!!! Comme d'habitude merci ma chère Johel pour ton inimitable amitié.

JA: JA is here too!!!YEAHHHHHHHHHHHH!!! Il semblerait que vous ayez été plusieurs à attendre un OS post 5x22, vous commencez à bien me connaitre, hihi, et je vous en remercie! J'espère que ton petit coeur n'est quand même pas totalement submergé (pense au Titanic, c'est jamais bon de couler!!!) et en tout cas je suis ravie que cela t'ait plu. Merci bcp ma grande.

vanou963: ah voilà ma vanou! Je suis ravie de te retrouver ici! "chef d'oeuvre" est peut-être un terme exagéré, gardons ça pour Chopin, hihi!! Comme tjs tu es adorable. Je t'embrasse fort.

alamanga: and dear ALA for the end!!!!
Comment vas-tu? j'espère quand même ne pas te faire pleurer trop souvent ma chère, je m'en voudrais de peiner ton petit coeur! Hihi je te sens en effet un peu frustrée par la direction qu'adopte Heller; je trouve pourtant que depuis le début de la série, on a drôlement avancé dans la relation Jisbon (surtout cette saison), courage ma belle, hope and see!!!! Alors en effet tout comme toi je suis sûre que Jane a parfaitement compris le changement de sentiment de Jane (à mon avis, ce fut plus qu'évident quand dans le 5x16 elle lui dit "Now you're really lying" dans l'épisode, souviens toi du long regars silencieux et observateur qu'il lui lance. A mon avis, ce fut l'illumination à ce moment-là, même si les doutes l'assaillaiet sans doute avant. C'est d'ailleurs ce que j'essayais de dire à la fin du texte, il a feint d'ignorer ce changement chez LIsbon: "comme si nier pouvait empêcher d'exister!" . Mais il ne peut plus se voiler la face. Du coup je suis tout à fait d'accord, il va falloir que papy assume les positions et se remette lui-mêm en question concernant ses sentiments pour la belle brunette, hihi!!! Comme tjs ma chère alamanga, tu m'as gâtée. Merci vraiment. Je t'embrasse fort

Calypsoh
Inspecteur de police
Inspecteur de police

Féminin Personnage préféré : alors ça c'est dur: j'aime les gamineries de Jane, la loyauté de Lisbon; le flegme de Cho; l'humour de Rigsby et la douceur de Van Pelt!!!
Localisation : à côté de Bruno Heller pour lui tenir la main lors de la rédaction des prochains épisodes!!

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nocturne en quelques notes. (OS post 5x22)^

Message  wickyvicky le Dim 26 Mai 2013 - 20:51

Calypsoh, tu sais que j'adore tes textes mais là j'ai énormément de mal à le lire et ça me donne mal à la tête... Te rassure, ce n'est pas ton oeuvre qui me donne mal mais plutôt le gros bloc sans aucune mise en forme; est ce normal qu'il n'y est aucune présentation de mise en forme ??? Suis-je la seule à avoir ce problème ?

wickyvicky
Agent de circulation
Agent de circulation

Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nocturne en quelques notes. (OS post 5x22)^

Message  Jane Doe le Dim 26 Mai 2013 - 23:55

wickyvicky a écrit:Calypsoh, tu sais que j'adore tes textes mais là j'ai énormément de mal à le lire et ça me donne mal à la tête... Te rassure, ce n'est pas ton oeuvre qui me donne mal mais plutôt le gros bloc sans aucune mise en forme; est ce normal qu'il n'y est aucune présentation de mise en forme ??? Suis-je la seule à avoir ce problème ?

Ce doit être un bug car le texte de Calypsoh n'a effectivement plus de mise en page. Or, je me souviens qu'il y en avait une lors de sa publication.

Effectivement, ce n'est pas très agréable à lire ainsi. Mais tu peux retrouver cet OS, mis en forme, ici

Bonne lecture ! Wink

Jane Doe
Stagiaire au CBI
Stagiaire au CBI

Féminin Personnage préféré : Teresa Lisbon ♥

https://www.fanfiction.net/u/4364808/Jane-Doe51

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nocturne en quelques notes. (OS post 5x22)^

Message  Calypsoh le Sam 8 Juin 2013 - 10:37

wickyvicky a écrit:Calypsoh, tu sais que j'adore tes textes mais là j'ai énormément de mal à le lire et ça me donne mal à la tête... Te rassure, ce n'est pas ton oeuvre qui me donne mal mais plutôt le gros bloc sans aucune mise en forme; est ce normal qu'il n'y est aucune présentation de mise en forme ??? Suis-je la seule à avoir ce problème ?

coucou ma chère wicky, je n'étais pas revenue ici depuis un bon moment, du coup je ne m'étais pas aperçue qu'effectivement toute la mise en page avait sauté scratch affraid
(caly en mode ronchonne: C'EST QUOI CE BORDEL?????? grrr3 nuagenoir pc_crash ) angel angel
Je l'avais pourtant postée correctement mais il y a dû avoir un bug non_mais ...bon, je viens de tout remettre en forme, en esperant que ça ne resaute pas... hein amen
Bisous et pardon pour la réponse plus que tardive!
Merci à JAneDOe d'avoir mis le lien vers mon texte sur le site fanfiction, c'est gentil! calin bisou

Calypsoh
Inspecteur de police
Inspecteur de police

Féminin Personnage préféré : alors ça c'est dur: j'aime les gamineries de Jane, la loyauté de Lisbon; le flegme de Cho; l'humour de Rigsby et la douceur de Van Pelt!!!
Localisation : à côté de Bruno Heller pour lui tenir la main lors de la rédaction des prochains épisodes!!

Revenir en haut Aller en bas

Nocturne en quelques notes. (OS post 5x22)^

Message  lisbon <3 jane le Sam 8 Juin 2013 - 17:40

J'ai adorée !!! bravo bravo bravo

ton texte est magnifique et nous offre un moment intense entre Jane et Lisbon

malgré la mise en page tout était parfait Wink Wink merci

lisbon <3 jane
Livreur de Pizza
Livreur de Pizza

Féminin Personnage préféré : Lisbon et Jane bien sûr mais aussi Cho, Rigsby et Van Pelt
Loisirs : lire des choses sur Mentalist
Localisation : quelque part devant mon ordi

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nocturne en quelques notes. (OS post 5x22)^

Message  honeyjane le Mar 25 Juin 2013 - 12:42

C'est vraiment magnifique ! amenamenamen
Je suis d'accord sur le fait que l'on ait pas besoin d'analyser ce que tu écris, tu nous donnes tellement de choses mais des choses tellement extraordinaires que l'on en reste sans voix et surtout qu'il n'y a rien que l'on puisse dire. La beauté et la qualité de tes textes nous suffisent et nous laisse figés sur place et pour ça merci
Je tiens à te remercier pour l'idée du piano, moi qui suit une grande fan de cet instrument tu m'as fait rêver et tu m'as offert un moment rempli d'émotions :heart1:
Bravo et surtout chapeau bas encore une fois pour ces si jolies choses que tu nous offres ! thank_you:thank3:bisouamenamencalin

honeyjane
Agent de circulation
Agent de circulation

Féminin Personnage préféré : Jane, Lisbon et CHO !!!!
Loisirs : Ecrire, chanter, danser et lire des fanfictions
Localisation : Au CBI, en train de surveiller Jane

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nocturne en quelques notes. (OS post 5x22)^

Message  gabicoon le Mar 16 Juil 2013 - 15:16

Je suis en retard mais mieux vaut tard que jamais... Et comme à chaque fois que tu écris, je suis toute retournée... c'est toujours magnifique, vrai, pur, profond et authentique. J'adore le piano et les morceaux choisis étaient parfaits, l'histoire s'accordait avec les notes de l'instrument. J'ai beaucoup apprécié, continue à nous écrire des merveilles comme celle-ci :)
Merci ♥
Gabi'

gabicoon
Distributeur de café
Distributeur de café

Féminin Personnage préféré : Jane
Localisation : France, Gironde (33)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nocturne en quelques notes. (OS post 5x22)^

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 1:06


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum