Comme un bouquet de violettes ...(TAG 6x16 SPOILERS)^

Aller en bas

Comme un bouquet de violettes ...(TAG 6x16 SPOILERS)^

Message  Calypsoh le Mar 1 Avr 2014 - 19:05

Bon ben voilà....après plus de deux mois de total "black-out" dans l'écriture, je me permets de reparaître devant vous car j'ai quelque chose à vous dire. coucou 

Je viens de voir le 6x16 (le temps de midi avec mon chéri) et je peux enfin recrier ce qui m'était devenu très difficile à dire dernièrement face à Mentalist: J 'AI ADORE, ADORE, ADORE, ADORE!!!

J'irai poster un comm digne de ce nom mais ...bon sang...je mets 8/5 à cet épisode tant j'ai pris plaisir à suivre cette histoire! hourrah  hysteriq 
Une vraie intrigue, un vrai travail d'équipe où TOUT le monde est impliqué...et j'ai même apprécié qu'Heller ne tombe pas dans des travers faciles de "Jisbon". Bref, vous l'aurez compris, j'ai terminé l'épisode à 13h10, j'avais cours jusqu'à 15h30...et à peine rentrée, je me suis scotchée devant mon ordi (ma poupette étant chez ses grands-parents). J'ai pu ENFIN retrouver cette sensation délicieuse de voir des idées fuser de ma tête, des mots et des phrases prendre corps sous les touches du clavier! you_ouh  hysteriq 
Bon sang, ça m'avait manqué! je commençais à désespérer que l'inspiration revienne tant le Mentalist nouvelle génération me bloquait totalement. zut  zut 

Bon pardon pour ce long préambule, mais je devais contextualiser angel ..Alors, apparemment sur FF, bcp d'auteurs font un post-épisode, notamment sur notre Janenouet triste à la fin de voir sa Lisbon partir avec Pike. Embarassed 
Pour ma part, ce n'est pas cela qui m'a inspiré hein ..mais une scène de mi-épisode, dans la maison. Vous reconnaitrez vite la situation. Mais plus que tout, c'est le tableau de Manet ayant inspiré le titre de l'épisode qui a alimenté mon esprit. Quand on connait l'histoire de ce tableau (évoqué d'ailleurs brièvement par Jane dans la voiture de MacKaye), on ne peut pas y voir un certain parallèle.
Alors voilà, je vous livre mon dernier bébé..que je tiens absolument à dédicacer à notre JaneDoe: je t'avais promis la miss que tu aurais la primeur de l'écrit qui marquerait mon retour.  bisou 
Bon y a plus qu'à esperer que vous aimerez... pale 
Cela dit, même si la magie ne devait pas fonctionner cette fois, sachez que j'ai pris un IMMENSE plaisir à l'écrire, on aurait dit un droguée qui trouvait enfin sa dose, hahaha angel 

Je vous mets pour info ledit tableau de Manet qui devrait vous faire comprendre pas mal de choses.
J'ai essayé de faire en sorte que la scène puisse s'intégrer peu ou proue à l'épisode, espérons que je n'aurais pas trop entâché l'ambiance du show hein 
Comme d'hab, pas de sou, pas de gloire mais bcp bcp de plaisir SPOILERS
Je vous embrasse bisou  bisou  bisou  bisou 


------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le bouquet de violettes, d'Edouard Manet



Comme un bouquet de violettes… (post 6x16)


 Assise dans un vaste lit aux draps de satin auxquels elle n’était guère habituée, Lisbon lisait le dernier roman de P.D. James. Du moins, tentait-elle de lire car en toute franchise, elle n’était guère concentrée à sa tâche. Alors qu’elle tournait négligemment une nouvelle page, la jeune femme laissa son esprit vagabonder et resonger à la situation présente.
Le FBI avait récupéré, sous l’insistance d’un certain consultant, une affaire compliquée de vol d’œuvres d’art et de meurtre. Pour mener à bien cette enquête, Jane avait élaboré tout un plan sophistiqué auquel toute l’équipe avait dû se plier. La soirée s’était donc déroulée tel le tournage d’un film de gangster où chacun avait eu un rôle bien précis à jouer. Abbott en fan de boxe et rabatteur de mauvais garçon, Cho en joueur de billard colérique et mauvais perdant, Kim en assistante à la sensualité déviante…En y repensant, certains éléments étaient même assez drôles. Lisbon laissa échapper un sourire en resongeant qu’elle avait dû sauter au cou de son supérieur hiérarchique et l’appeler par son prénom pour l’accueillir chaleureusement en cette demeure tape-à-l’œil qui était au cœur de l’arnaque !! Abbott avait joué son rôle à merveille et à vrai dire, Lisbon l’appréciait de plus en plus. Il savait faire montre d’une autorité à la fois sans appel et bienveillante lorsque la situation l’exigeait.

Le plus compliqué en revanche était le rôle attribué justement à ladite brunette. Elle avait pour tâche d’être la maîtresse de maison, et, accessoirement, la compagne du richissime Patrick, amateur d’œuvres arts et voleur à ses heures perdues. L’ensemble ne se serait pas avéré si contraignant si Térésa n’avait pas été obligée de porter une robe un peu trop décolletée à son goût ! Sans parler de l’attitude clairement séductrice qu’il lui fallait adopter parfois pour mettre leur suspect en confiance.
En resongeant à la manière dont Aaron Pulaski avait lorgné sur son corps moulé dans cette robe blanche, Lisbon laissa échapper un soupir de mécontentement et tourna la tête vers sa table de chevet. Le radioréveil high-tech qui y trônait indiquait quatre heures du matin…à peine deux heures que tout le monde avait quitté la villa et Lisbon ne parvenait toujours pas à trouver le sommeil.

Lassée, elle posa son livre sur la place vide à côté d’elle et s’extirpa des draps fins. Elle se sentait bien plus en l’aise dans la sobre chemise de nuit rouge qu’elle portait : ni élégante, ni sexy...mais tellement plus elle ! Une fois debout, Lisbon entreprit de faire le tour de la chambre, qu’elle n’avait finalement pas pris le temps d’observer en détail. Elle porta délicatement la main sur les sculptures posées sur la commode. Puis elle s’avança jusqu’au tableau de McCoy accroché au mur. La jeune femme laissa longuement son regard glisser sur la toile qui avait une si grande valeur et se surprit à trouver les fleurs d’un jaune magnifique. Elle sourit gracieusement devant ce chef-d’œuvre dont elle était (provisoirement et bien illusoirement !)  la propriétaire.

Une fois le tour de la pièce fini, la jeune femme éprouva le besoin de sortir quelques minutes pour continuer sa visite nocturne de la maison. Elle se retrouva donc dans le long couloir qui ne comptait pas moins de six chambres d’amis, rien qu’au premier étage. Cette demeure luxueuse, quoique très sophistiquée, ne plaisait guère à Lisbon, car elle n’aurait pu vivre dans un endroit aussi impersonnel, quand bien même en aurait-elle eu les moyens. Pieds-nus sur le sol chauffant, elle avançait silencieusement dans la semi-pénombre, éclairée seulement par quelques leds lumineux décoratifs. Elle entreprit alors de descendre le majestueux escalier, seule partie de la maison que Lisbon trouvait belle, et tout en faisant glisser sa main sur la rampe vernie, elle sentait soudain une certaine curiosité monter en elle. En effet, elle savait que la maison était truffée de caméras, essentielles pour la surveillance de la mission mais elle ignorait précisément où ces dernières se trouvaient, car elles avaient été délicatement dissimulées par les services techniques du FBI afin de ne pas attirer l’attention des invités. Tandis qu’elle descendait la dernière marche, Lisbon aperçut dans la pénombre le vaste divan clair dans le salon et y devina une ombre étendue. Elle sourit en se remémorant la scène durant laquelle, quelques heures plus tôt, Jane l’avait fait marcher en lui faisant croire qu’il partagerait son lit, sous prétexte qu’ils devaient jouer un couple d’amants. Lisbon se sentit redevenir bête en repensant à sa réaction d’alors, face aux propos du mentaliste.
« Si vous vous approchez à moins de cinquante centimètres de mon lit, je vous casse le nez ! avait-elle feint de s’insurger.
- Cinquante centimètres ? Hum, cela signifie donc que vous m’acceptez quand même dans la chambre, dans la limite du raisonnable ! » avait rétorqué ce satané blondinet dans un sourire sardonique.
Puis à peine quelques secondes plus tard, Jane avait fait demi-tour et s’était dirigé tout en riant dans le salon, ne laissant pas à sa partenaire le temps de répliquer.

Et à présent, c’était elle qui se trouvait à quelques centimètres à peine d’un Patrick Jane endormi sur le sofa. Lisbon s’était discrètement approchée et n’avait pu retenir un regard affectueux pour son ami de longue date. Soudain, elle attrapa le plaid posé sur le dossier du canapé et le plaça délicatement sur son équipier qui ne bougea pas.

Elle observa quelques instants cet homme qui faisait partie de sa vie depuis si longtemps, qui en était sorti également pendant plus de deux ans avant de réapparaitre et de rouvrir de vieilles blessures que la jeune femme pensait avoir cicatrisées. Cela faisait désormais plusieurs mois qu’ils avaient recommencé à travailler côte à côte, que Jane semblait avoir trouvé sa place au sein de la nouvelle équipe du FBI. Il y parvenait d’ailleurs bien mieux que la brunette, qui quant à elle avait mis beaucoup plus de temps à refixer ses repères. Elle avait tout d’abord dû s’accommoder de ses nouvelles fonctions, qui ne la poussaient plus aussi souvent sur le terrain. Parfois réduite à classer de vieux dossiers pour y chercher des informations utiles, Lisbon avait plus d’une fois rongé son frein ces dernières semaines. Mais tout avait l’air de s’équilibrer un peu mieux, elle apprenait à apprécier chaque membre de ce nouvel environnement ; Kim s’avérait une collègue sympathique et la grande satisfaction de Lisbon était d’avoir retrouvé son plus solide pilier, Cho.

Pour ce qui était de son partenariat avec Jane, les choses paraissaient plus complexes. Elle s’était par exemple très vite habituée au fait de ne plus avoir à rendre compte des moindres faits et gestes de l’impossible consultant, ce plaisir revenant à la chef d’équipe attitrée. En revanche, Lisbon avait aussi dû s’habituer à ne plus travailler en tandem avec Jane, et si elle était honnête, elle devait reconnaître qu’elle avait un peu accentué ce fait. Plusieurs fois le mentaliste était venu la chercher pour se rendre avec elle sur le terrain mais elle avait souvent décliné, arguant du fait que le travail l’accaparait. Même s’il avait semblé surpris quelques fois, Jane ne s’en était pourtant jamais plaint, comme si finalement il acceptait la situation plus facilement qu’elle.
A cette pensée, Lisbon arbora un air plus mélancolique tandis qu’elle observait toujours l’homme blond endormi devant elle. Consciente que ce cheminement ne mènerait à rien de positif, Lisbon se recula et s’éloigna. Tandis qu’elle pénétrait dans la vaste cuisine, à l’autre bout de la pièce, elle n’aperçut évidemment pas deux yeux d’un bleu azur s’ouvrir.  


             Le moins bruyamment possible, Lisbon entreprit de se préparer un café, à défaut de trouver quelque chose à manger. Tout en se mettant à l’ouvrage, elle porta son regard au-dessus de la cuisinière où était dissimulée l’une des rares caméras dont elle avait connaissance de l’emplacement précis. Il avait été convenu que ces dernières seraient désactivées aussitôt tous les « invités » partis, afin de préserver un peu d’intimité aux deux habitants provisoires de la demeure. Mais Lisbon n’était pas certaine de ce fait, peut-être ses collègues les observaient-ils encore…par simple sécurité. Elle se demanda alors qui pouvait potentiellement se tenir derrière l’écran de surveillance : Cho, Wylie ou peut-être même Pike.

Marcus Pike…un homme des plus intrigants, et aussi des plus charmants. Il n’avait rien du beau gosse arrogant et pourtant il se dégageait de lui une force tranquille très rassurante. Lisbon ne le connaissait que depuis quelques jours à peine et pourtant elle sentait déjà naître en elle une extrême sympathie pour cet agent réputé. Et de toute évidence, il ne semblait pas insensible aux charmes de la belle brunette. Cette dernière secoua la tête tout en terminant de préparer son breuvage. La Senseo émit un léger ronflement le temps que le liquide noir salvateur s’écoulait dans la grande tasse puis Lisbon put récupérer son café. Alors, elle éteignit la lampe de la cuisine et entreprit de remonter dans sa chambre siroter calmement sa boisson. Mais tandis qu’elle revenait aux abords du salon pour emprunter de nouveau le grand escalier, une voix s’éleva dans la semi-obscurité :
« Vous ne devriez pas boire autant de café, cela ne vous aidera pas à dormir. »
Lisbon sursauta quelque peu avant de se retourner vers le divan où elle pensait trouver son interlocuteur. Cependant la masse sombre n’était plus étendue et elle devina le plaid laissé sur place. Lisbon eut alors la surprise de voir Jane sortir de l’obscurité pour apparaître juste devant elle, au pied de l’escalier.
« Bon sang ! Vous m’avez fait peur ! murmura-t-elle. Je ne vous avais pas vu approcher.
- Désolé
, s’excusa Jane en affichant effectivement un petit sourire navré.
- Je vous ai réveillé, c’est moi qui suis désolée. Je ne voulais pourtant pas faire de bruit.
- Et vous n’en avez fait aucun, vous vous déplacez tel un chat dans le noir. Mais je ne dors jamais beaucoup la nuit
. »

Le mentaliste et la jeune femme échangèrent un regard amical qui suffit à les mettre à l’aise tous les deux. Puis Jane désigna la tasse blanche que Lisbon tenait dans sa main.
« Il sent très bon.
-  Mais vous n’aimez pas le café
, répliqua, surprise, la flic.
- Je n’aime pas non plus les banquiers, mais cela ne m’empêche pas de le reconnaître quand j’en croise un compétent, s’amusa Jane.
- Un café…un banquier…je suppose que la comparaison était évidente, fit Lisbon en haussant les épaules avec ironie. Quel poète  « né » vous faîtes ! »

Jane apprécia l’humour piquant de son équipière et savoura un instant le plaisir de retrouver leurs petites joutes verbales qui lui manquaient tant. Alors que le mentaliste semblait attendre une réponse, Lisbon reprit la parole.
« Je…n’arrivais pas à dormir.
- Je vois ça, pourtant la journée fut bien remplie.
- C’est sans doute cette maison
, répliqua la jeune femme qui leva les yeux au ciel pour observer les hauts plafonds plongés dans la pénombre. Je n’ai pas l’habitude de résider dans un endroit si…si…
- …luxueux, raffiné, sophistiqué
? se hasarda à proposer Jane, une main dans la poche de son pantalon.
- Je l’aurais plutôt qualifié de « froid » et d’ « intimidant », le contra Lisbon en faisant une petite moue. Je n’aime pas trop ce cadre, on a l’impression d’être dans un musée.
- Trop « m’a-tu-vu » pour la sobre et classique Térésa.
- Vous me trouvez ridicule
? fit l’agent, d’un air contrarié.
- Nullement chère amie, car je pense comme vous que cette maison ne nous convient ni à l’un ni à l’autre, la rassura aussitôt son équipier. Elle n’a pas d’âme, c’est pour cela que vous ne vous y sentez pas à l’aise.
- Fort heureusement, ce n’est que temporaire ! Demain, nous coincerons nos malfaiteurs et je pourrais regagner mes Pénates douillettes ! Et surtout quitter ces robes ridicules que vous me forcez à adopter…sans parler de ces horribles talons hauts
. »
Tout en hochant la tête de désaccord, Lisbon porta son café à ses lèvres et en but une gorgée ; face à elle Jane l’observait se débattre avec plusieurs questions qui la tracassaient.
« Il était impératif que vous charmiez notre visiteur et que nous passions pour un couple de voleurs de grande classe.
- Evidemment !
- Vous auriez peut-être préféré jouer le rôle de Kim ?
- Le rôle de l’allumeuse en chasse ? Merci bien
, s’insurgea aussitôt la petite brune. Je préfère encore être la maîtresse des lieux.
- Tant mieux car je n’aurais voulu de personne d’autre que vous pour jouer ma compagne
» lâcha un peu rapidement le mentaliste.

Cette affirmation surprit quelque peu Lisbon qui ne se laissa pourtant pas déstabiliser. Elle avait appris à ne pas trop prendre au pied de la lettre les propos de Patrick Jane. Elle le vit soudain s’asseoir sur la deuxième marche de l’escalier, signe qu’il souhaitait prolonger un peu la discussion. Lisbon y consentit en s’asseyant à son tour juste à ses côtés, du côté intérieur.
« Alors ? reprit-elle avec contenance tout en changeant de sujet. Les deux grands voleurs que nous sommes allons faire du repérage demain au Musée ?
- Comme prévu en effet, MacKaye a vite deviné que nous viserions Le Bouquet de violettes de Manet.
- Evidemment, cette œuvre d’art doit valoir une fortune, un véritable trophée pour un trafiquant.
- Hum…
- Et quelle est la suite du plan
? demanda la brunette en portant de nouveau la tasse à ses lèvres. Nous le coincerons en flagrant délit lors de notre prétendu casse ?
- Cela ne serait pas suffisant, nous pourrions l’arrêter pour vol avec effraction mais pas pour le meurtre de Monsieur Hannigan, alors que j’ai promis à sa veuve que nous lui ferions justice. Et puis je ne crois pas que MacKaye soit véritablement intéressé par le Manet.
-   Mais alors pourquoi...
? commença la fliquette dont, soudain les rouages se mirent en route et saisirent toute la portée de l’affaire. Oooh...je vois…l’important ne réside pas dans le vol du tableau de Manet mais dans le fait que MacKaye veut nous cambrioler ici.
- Vous apprenez vite
! corrobora Jane qui acquiesça en destinant un petit sourire fier à sa partenaire.
- Il nous traine tous les deux au musée soi-disant pour préparer notre futur casse pendant que Pulaski viendra ici fouiller et tenter de s’emparer de nos biens.
- Biens que nous aurons soigneusement dissimulés dans le grand coffre secret de la chambre, amenant ainsi notre Arsène Lupin moderne à faire chou blanc…
- …au grand désespoir de son patron qui n’appréciera sûrement pas
, termina Lisbon en hochant la tête. C’est bien calculé !
- Je vous remercie
! »

Devant la fausse modestie du consultant qui se félicitait d’avoir encore su échafauder un plan alambiqué, Lisbon ne put retenir un petit rire narquois. Assis à ses côtés, Jane tourna la tête et regarda son amie faire. Il appréciait de la voir ainsi détendue, et il y avait longtemps qu’il ne l’avait pas sentie si à l’aise en sa présence. Aussi le mentaliste se délecta de cette vision rafraîchissante et rassurante, preuve que leur amitié avait encore quelques piliers qui tenaient bon.
« Bon, je suppose que nous devrons donc nous attendre à une visite impromptue de nos « associés » mécontents à un moment ou un autre, reprit-elle plus sérieusement.
- Il est évident que MacKaye fera tout pour atteindre son but, nous devrons restés prudents.
- Espérons simplement que je n’aurai pas à le courser en talons aiguilles et en robe courte !
- Cela pourrait s’avérer être un spectacle intéressant
, se moqua gentiment Jane.
- Aucun risque, je laisserai faire Cho et Marcus. » répondit tout aussi spontanément la brunette qui se concentra de nouveau sur son café, le sourire aux lèvres.

Malheureusement la bulle de sérénité dans laquelle s’était autorisé un bref instant à flotter Jane venait d’éclater au moment même où il avait entendu sa partenaire appeler Pike par son prénom. Ce qui n’avait été pourtant qu’une simple réplique sans arrière-pensée du côté de Lisbon, constituait pour Jane un lapsus, preuve de ce qu’il avait craint de percevoir ces derniers jours.  La complicité croissante entre la jeune femme et l’agent de la Brigade des arts n’était pas un effet de l’imagination du mentaliste, et pour une raison qu’il refusait d’admettre, même tacitement, cette idée vrillait le cœur de l’homme blond.
Ce dernier n’en laissa cependant rien paraître : après tout, quel droit avait-il de s’immiscer dans les sentiments de sa partenaire ? Avait-il seulement le droit de prétendre à quoi que ce soit alors qu’il n’avait jamais rien donné à échange de tout ce qu’elle lui avait offert sans réserve ?

Alors que Lisbon terminait son breuvage, Jane détourna la tête et fixa son regard sur le sol devant lui. Il sentait qu’il devait parler mais ne savait pas comment aborder le sujet qui lui tenait à cœur. Se présenta alors une voie détournée.
« Connaissez-vous l’histoire relative au tableau Le bouquet de violettes justement ?
- Non, pas du tout
, fit aussitôt Térésa dont la curiosité avait été piquée.
- Edouard Manet rencontra un jour une jeune femme, Berthe Morisot, artiste-peintre comme lui, commença à raconter Jane d’une voix douce. Il fut d’abord fasciné par son talent, puis par sa beauté et très vite ils devinrent de vrais amis. Ils échangèrent beaucoup et s’influencèrent mutuellement dans leurs œuvres artistiques respectives. Lui était assez possessif, directif ; elle se montrait plus douce et compréhensive, tout en affichant un fort caractère.
- Il est nécessaire pour une femme de savoir cadrer les messieurs
, fit remarquer Lisbon d’un ton amusé.
-  Au fil du temps l’affection de Manet pour Berthe se mua en une passion amoureuse véritable, poursuivit le mentaliste, très concentré. Et il en fit plus d’une fois sa Muse. Le Bouquet de violettes lui est justement consacré. Les fleurs et l’éventail rappellent l’élégance de la jeune femme. Le troisième élément de la toile est une lettre manuscrite, destinée à n’en pas douter à Berthe.
- Et que lui écrit-il
? demanda Lisbon, totalement captivée par le récit.  
- C’est totalement illisible sur la peinture, il s’agit plutôt d’un symbole, représentant tous les mots d’amour que Manet n’était jamais parvenu à prononcer de vive voix. Les échanges épistolaires, même à sens unique, ont toujours été le plus beau moyen d’exprimer ses sentiments. »
Jane ponctua cette phrase d’un ton plus lent, plus bas aussi, comme s’il se sentait plus personnellement concerné, ce qui troubla un peu sa voisine. En effet, n’avait-elle pas été la seule à recevoir des lettres de Jane lors de ses deux années d’absence ?

Pendant tout le récit de l’anecdote, ce dernier avait conservé le regard baissé parterre, refusant sans doute de croiser les beaux yeux émeraude de son équipière. Celle-ci, touchée par cette histoire, voulut en connaître la suite.
« Et…est-il parvenu à la conquérir ? demanda-t-elle d’une petite voix.
- Non,  Berthe s’est mariée quelques années plus tard avec le frère de Manet, répondit Jane en haussant les épaules. Le peintre la côtoya et l’aima presque toute sa vie sans jamais parvenir à lui avouer ses sentiments.  Elle demeura un amour interdit et inaccessible, et ce qu’il ne parvenait pas à exprimer avec des mots, il le disait avec sa peinture.
- C’est triste
, dit Lisbon, visiblement émue. C’est vraiment triste.
- Je sais.
»

Térésa tourna alors de nouveau la tête vers l’homme assis à ses côtés et pouvait sentir une réelle confusion émaner de lui. Elle-même ne savait trop quel sens à donner à la situation qui se jouait sur les marches de cet escaliers.
« Mais, pourquoi ne lui-a-il pas simplement dit ce qu’il ressentait ? osa-t-elle demander avec douceur.
- Je l’ignore...peut-être...peut-être par simple lâcheté, qu’il pensait qu’elle pourrait le comprendre d’elle-même, qu’elle parviendrait à lire en lui et lui donnerait le temps.
- Jane, aucune femme n’aime jouer les mediums
, s’exclama-t-elle un peu plus vivement, comment aurait-elle pu deviner s’il ne lui a jamais parlé franchement ?
-  Ils étaient amis depuis des années, ils se connaissaient par cœur
, répliqua aussitôt Jane qui cette fois se tourna pour s’adresser à sa voisine. Les mots sont-ils vraiment nécessaires dans un tels cas ?
- Oui, parfois les mots sont même essentiels ! Car deux êtres qui tiennent si fort l’un à l’autre doivent tout se dire et doivent pouvoir se faire confiance ! Les silences peuvent faire beaucoup de mal
. »

Cette fois les deux équipiers ne pouvaient plus se cacher derrière de faux-semblants : ils savaient l’un comme l’autre que le sujet de leur conversation avait peu à peu glissé vers un terrain plus personnel, et qu’en lieu et place de Manet et de Berthe Morisot, les protagonistes de ce débat avaient pris une identité bien plus familière.

Lisbon plongea ses yeux émeraude dans l’océan bleuté qui lui faisait face, tentant désespérément de percer l’énigme de l’homme qui lui faisait parfois si mal. Jane quant à lui éprouvait toutes les peines du monde à conserver le contrôle de la discussion qu’il avait lui-même lancée. Pourtant ce fut davantage son cœur que son esprit qui commanda sa réplique suivante.
« Peut-être qu’il pensait ne pas être digne d’elle…et qu’il a voulu la laisser libre de ses choix » dit-il péniblement sans pour autant lâcher Lisbon du regard.  
Cette dernière sentit son cœur se serrer de nouveau et eut bien du mal à ne pas laisser transparaitre la peine qu’elle éprouvait en cet instant.
« Dans ce cas, il ne devait pas s’étonner de la perdre, laissa-t-elle échapper doucement en hochant doucement la tête. Et de la voir avancer…sans lui. »

Ce fut donc au tour de Jane de prendre cette remarque de plein fouet. Le ton de Lisbon n’avait pourtant rien de virulent, au contraire, il affichait plutôt une sorte de fatalité contre laquelle personne ne pouvait lutter. Assis tous les deux dans l’escalier de ce qui était sensé être leur maison commune, ils s’avouaient bien plus par leurs non-dits et leurs sous-entendus que par leurs véritables paroles. Et ce soir le doute n’était plus permis. Jane voyait que Lisbon souffrait ; il sentait que lui-même souffrait…mais Jane restait Jane, et fit ce qu’il avait toujours fait : créer l’illusion de la réalité.
Alors il adressa un timide sourire à Lisbon et se contenta de conclure par un sobre « Je sais » tout en prenant délicatement la tasse que tenait la jeune femme, pour l’en débarrasser.

Ces simples mots permirent à la jeune femme de prendre conscience qu’elle n’obtiendrait jamais ce que son cœur désirait si ardemment depuis douze ans. Ce soir-là, dans la pénombre d’une demeure où elle ne faisait que jouer un rôle, elle avait eu la réponse à sa question…et elle agirait donc en conséquence.

A son tour, elle feint un sourire apaisant pour ne pas terminer cette conversation sur une note lugubre mais ni elle ni Jane n’étaient dupes. Dans un geste souple et délicat, la jeune flic se leva et dit, d’une voix peinée malgré tout :
« Bonne nuit Jane.
- Bonne nuit…Térésa
. » lui répondit doucement son équipier qui ne bougea pas ni ne leva les yeux vers elle.


Et sans rien ajouter de plus, Lisbon gravit l’escalier d’un pas lent et rejoignit à l’étage la chambre qu’elle avait quittée bien plus tôt. Quand elle referma la porte, elle demeura adossée quelques instants à cette dernière et ferma les yeux pour apaiser un peu son cœur et son esprit. Quand elle eut retrouvé un semblant de calme, elle se dirigea vers le lit et aperçut son portable posé sur la table de nuit. Elle vit alors qu’elle avait reçu un message. Elle s’empara de l’appareil et constata que le texto émanait de Pike qui lui souhaitait une bonne nuit. Quoiqu’elle eût l’esprit un peu embrouillé, elle prit alors une décision qui lui avait semblé si difficile à peine une heure plus tôt et qui désormais s’imposait à elle comme une évidence…Elle appela Marcus.


A l’étage inférieur, Jane n’avait pas bougé et demeurait assis au bas de l’escalier. Il tenait toujours dans sa main la tasse blanche de Lisbon. Il avait voulu l’en débarrasser comme il l’avait fait des scrupules qui tiraillaient la jeune femme depuis des années. Un peu à la manière de Manet qui passait par sa peinture pour exprimer son amour indicible, le mentaliste avait voulu soulager Térésa du poids qu’il était indéniablement pour elle. Même si cela lui coûtait terriblement, Jane consentait à laisser partir la seule femme à laquelle il aurait aimé désormais sceller son destin afin qu’elle puisse avancer
Les mots « Sans lui » résonnaient dans la tête du mentaliste.
Les violettes ne seraient pas les seules à se faner dans un proche avenir : le cœur d’un certain consultant suivrait le même parcours…  


Fin
merci 

Biz à tous bisou
avatar
Calypsoh
Inspecteur de police
Inspecteur de police

Féminin Personnage préféré : alors ça c'est dur: j'aime les gamineries de Jane, la loyauté de Lisbon; le flegme de Cho; l'humour de Rigsby et la douceur de Van Pelt!!!
Localisation : à côté de Bruno Heller pour lui tenir la main lors de la rédaction des prochains épisodes!!

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comme un bouquet de violettes ...(TAG 6x16 SPOILERS)^

Message  Jane Doe le Mar 1 Avr 2014 - 20:26

Calypsoh a écrit:Alors voilà, je vous livre mon dernier bébé..que je tiens absolument à dédicacer à notre JaneDoe: je t'avais promis la miss que tu aurais la primeur de l'écrit qui marquerait mon retour.  bisou 

Awww....Merci, ma Caly !  :wub: 
Quel bonheur, vraiment, de retrouver ton pseudo dans cette section du forum...

Ce constat :

Calypsoh a écrit: on aurait dit un droguée qui trouvait enfin sa dose, hahaha angel 

s'applique également à tes lectrices....comme j'ai attendu un nouveau texte de toi et comme je suis heureuse d'avoir été exaucée....

Cet épisode m'avait déjà brisé le coeur...ton texte en rajoute une couche...Du coup, je me console (comme je peux) avec la révélation de Jordan Harper que la scène de l'appel à Pike et de Lisbon couvrant Jane ont été inversées pour d'obscures raisons...Et ça change quand même la lecture de la scène, je trouve.

Tu nous offres ici une scène belle...mais triste....Celui de la fracture entre Jane et Lisbon...celui où Jane comprend qu'il est en train de la perdre...et qu'il laisse faire, dans l'intérêt supposé de la brunette...

Jane et Pike...une opposition....le blond vs le brun...le consultant vs l'agent....la fantaisie vs la sécurité....la dissimulation vs la transparence.

L'enquête le prouve : le plan mis en scène par Jane (et dont tu rends brillamment compte) repose sur l'illusion, le mensonge...une vie rêvée, à défaut d'une vie de rêve.

Calypsoh a écrit:
- Nullement chère amie, car je pense comme vous que cette maison ne nous convient ni à l’un ni à l’autre, la rassura aussitôt son équipier.

Un point commun, une maison en apparence parfaite mais qui ne convient ni à l'un ni à l'autre....suggérant qu'il pourrait se trouver une maison qui leur conviendrait à tous deux...une maison à habiter et à faire vivre ensemble...si seulement les choses étaient différentes.

Une vie pour de faux...mais qui éveille des sentiments tellement vrais...que Jane ne peut s'empêcher de trahir :

Calypsoh a écrit:
- Tant mieux car je n’aurais voulu de personne d’autre que vous pour jouer ma compagne » lâcha un peu rapidement le mentaliste.

Et il ne voudrait personne d'autre pour être sa compagne...c'est elle ou personne....

Pendant ce temps, Lisbon a déjà les pensées ailleurs...

Calypsoh a écrit:- Aucun risque, je laisserai faire Cho et Marcus. » répondit tout aussi spontanément la brunette qui se concentra de nouveau sur son café, le sourire aux lèvres.

Ce collègue déjà assez dans ses bonnes grâces pour être désigné par son prénom....on est déjà dans le personnel...

Calypsoh a écrit:Avait-il seulement le droit de prétendre à quoi que ce soit alors qu’il n’avait jamais rien donné à échange de tout ce qu’elle lui avait offert sans réserve ?

Ce questionnement est terriblement douloureux, au regard de ce qui suit. Il est en effet temps que Jane donne....et il pourrait le faire. Mais au lieu de donner à la brunette les réponses qu'elle attend, les sentiments qu'il nourrit à son égard, des promesses....il choisit de lui rendre sa liberté...se condamnant lui-même à la souffrance (et peut-être aussi Lisbon par la même occasion...parce que la sécurité, c'est bien....mais ce n'est pas la même chose que le bonheur....)

Puis cette conversation artistique qui se révèle personnelle....ce parallèle entre l'histoire de Manet et celle de Jane...
...un parallèle dont on ne peut s'empêcher de craindre qu'il soit annonciateur....Berthe a fini par épouser le frère de Manet....Lisbon finira-t-elle avec Pike, le "frère de FBI" de Jane ? Jane, comme Manet, devra-t-il vivre avec le bonheur de celle qu'il aime sous les yeux, un bonheur dont il ne fait pas partie ?

En effet, l'histoire est réellement triste...Lisbon a raison sur ce point.
Pourtant, elle donne à Jane le mode d'emploi :

Calypsoh a écrit:
- Jane, aucune femme n’aime jouer les mediums, s’exclama-t-elle un peu plus vivement, comment aurait-elle pu deviner s’il ne lui a jamais parlé franchement ?
[....]
- Oui, parfois les mots sont même essentiels ! Car deux êtres qui tiennent si fort l’un à l’autre doivent tout se dire et doivent pouvoir se faire confiance ! Les silences peuvent faire beaucoup de mal
. »

C'est presque une invitation, une supplique....qui se transforme en avertissement :

Calypsoh a écrit:
« Dans ce cas, il ne devait pas s’étonner de la perdre, laissa-t-elle échapper doucement en hochant doucement la tête. Et de la voir avancer…sans lui. »

Un avertissement que Jane prend de plein fouet....sans changer sa réalité. Sans donner à Lisbon ce qu'elle voulait vraiment. La rupture est "consommée" et les au-revoir m'ont déchiré le cœur :


Calypsoh a écrit:
« Bonne nuit Jane.
- Bonne nuit…Térésa
. » lui répondit doucement son équipier qui ne bougea pas ni ne leva les yeux vers elle.

Tandis que Pike est devenu Marcus, Jane reste Jane....un Jane qui laisse partir Teresa....toujours pour de mauvaises raisons :

Calypsoh a écrit:
Un peu à la manière de Manet qui passait par sa peinture pour exprimer son amour indicible, le mentaliste avait voulu soulager Térésa du poids qu’il était indéniablement pour elle.

parce que le poids, ce n'est pas Jane....mais son indécision...son incapacité à se battre pour ce qu'il veut....

....et quoiqu'il en connaisse le prix à payer :

Calypsoh a écrit:Les violettes ne seraient pas les seules à se faner dans un proche avenir : le cœur d’un certain consultant suivrait le même parcours…  

....et le cœur des lecteurs également, avec cette fin tellement amère...

Mon Dieu, c'est un retour en fanfare que tu nous offres ! Encore un texte magnifique à ton actif ! Bravo....et merci ! merci


Dernière édition par Jane Doe le Jeu 3 Avr 2014 - 12:53, édité 1 fois
avatar
Jane Doe
Agent au CBI
Agent au CBI

Féminin Personnage préféré : Teresa Lisbon ♥

https://www.fanfiction.net/u/4364808/Jane-Doe51

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comme un bouquet de violettes ...(TAG 6x16 SPOILERS)^

Message  leila40 le Mar 1 Avr 2014 - 20:44

Wouah !! C'est magnifique, j'ai adoré !

C'est super bien écrit, t'as beaucoup de talent. Et je trouve que tu décris parfaitement la relation Jane/Lisbon à travers leur dialogue. C'était vraiment une bonne idée de les associer a Édouard Manet et Berthe Morisot.

Encore bravo !!
avatar
leila40
Gardien du parking
Gardien du parking

Féminin Personnage préféré : Lisbon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comme un bouquet de violettes ...(TAG 6x16 SPOILERS)^

Message  Johel le Mar 1 Avr 2014 - 21:13

Un grand merci à toi Caly  bisou pour maintenir en moi une petite envie de regarder TM
Je décroche complétement de la série et le 6x16 m'a laissée complètement de marbre contrairement à toi.
Mais heureusement tu arrives avec ton texte et tu nous offres un face à face  amen 
 merci 



_________________

"Merci à voilà pour ce superbe kit"

"Aussi longtemps qu'on médite sa vengeance, on garde sa blessure ouverte - T. Fuller"
avatar
Johel
In Jane we trust

Féminin Personnage préféré : Jane et Cho
Loisirs : Lecture, ciné, jeux vidéo et suuuurf !
Localisation : près de l'océan

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comme un bouquet de violettes ...(TAG 6x16 SPOILERS)^

Message  MentalistAddict le Mar 1 Avr 2014 - 21:19

Quel plaisir de te lire à nouveau ma chère Caly. Ta plume est si subtile, si juste et si fluide. Cet OS est juste sublime. Cette conversation au bas de l'escalier m'a vrillé le coeur mais une fois encore quelle justesse dans le choix de tes mots, la scène que tu nous livre pourrait tout à fait s'insérer dans l'épisode qui te l'a inspiré. Quel talent !  bravo  bravo  bravo   amen amen amen  . Merci infiniment de l'avoir partagé avec nous même si j'en ai terminé la lecture la gorge serrée, la larme à l'oeil et le coeur brisé  triste3  .
avatar
MentalistAddict
Flic en uniforme
Flic en uniforme

Féminin Personnage préféré : Jane
Localisation : Dans les bras d'un certain mentalist

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comme un bouquet de violettes ...(TAG 6x16 SPOILERS)^

Message  Jane Addict le Mer 2 Avr 2014 - 19:24

As usual : Je passe après ma chère Jane Doe qui trouve toujours les bons mots, pour les bonnes choses faite par les bonnes personnes !
Cet OS est...magnifique. J'ai vraiment adoré chaque ligne, chaque mot et chaque sentiment que tu as réussi à me transmettre...
La fin est dure à avaler mais...pff, c'est magnifique !  :wub: 

Je vais m'arrêter là...je ne sais pas trop quoi te dire. Je l'attendais tellement cet OS et j'en ai d'ailleurs parlé avec Jane Doe : "Tu penses que Caly nous fera un OS post 6x16 ?" Et...et...OUI !  joie5 yes 

Merci à toi ma chère Caly, merci de tout mon petit coeur de shippeuse.  calin merci 
avatar
Jane Addict
Stagiaire au CBI
Stagiaire au CBI

Féminin Personnage préféré : Jane

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comme un bouquet de violettes ...(TAG 6x16 SPOILERS)^

Message  alamanga le Mer 2 Avr 2014 - 19:55

Caly ton OS est vraiment très beau et très bien écrit  bravo bravo bravo 
avatar
alamanga
Red John
Red John

Féminin Personnage préféré : Cho, Lisbon, Jane. Van Pelt et Rigsby aussi.Abbott, Fischer, Wylie et Vega.
Loisirs : La TV, me balader, visiter...et rêver!
Localisation : Devant mon ordi, sous le soleil exactement!

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comme un bouquet de violettes ...(TAG 6x16 SPOILERS)^

Message  Tournesol le Jeu 3 Avr 2014 - 6:54

OS magnifique mais tellement triste. Merci pour ce texte.
avatar
Tournesol
Distributeur de café
Distributeur de café

Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comme un bouquet de violettes ...(TAG 6x16 SPOILERS)^

Message  LOjisbonVE le Jeu 3 Avr 2014 - 17:32

Bravo Caly pour nous offrir encore et toujours des textes aussi sublime, j'ai comme toi adorée cet épisode mais pouvoir m'en imaginer une scène en plus même fictive est vraiment génial. Ce os était vraiment top, magnifiquement bien écrit et reprenant les sentiments que Jane et Lisbon auraient put tout deux ressentir face à la situation. je te félicite pour ce superbe écrit bravo bravo merci.
avatar
LOjisbonVE
Agent au CBI
Agent au CBI

Féminin Personnage préféré : Teresa Lisbon évidement, Abbott & Cho
Loisirs : Séries, musique, photos...
Localisation : Enfin où il faut

http://robintunney-actu.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comme un bouquet de violettes ...(TAG 6x16 SPOILERS)^

Message  Teresa Lisbon le Sam 5 Avr 2014 - 8:35

Oups... Auto spoil...
Bref, il n'y pas que toi qui bloque avec Mentalist nouvelle génération. Sinon, un texte sublime, comme d'habitude. Merci à toi Caly de nous offrir ces merveilles! Et félicitacitions, tu arrives à me faire pleurer sans drama... Au moins, Heller peut changer l'esprit de la série autant qu'il veut, la seule constante de TM, le Jisbon ne changera pas.
avatar
Teresa Lisbon
Stagiaire au CBI
Stagiaire au CBI

Féminin Personnage préféré : Ma Lis' , si magistralement interprêtée par ma sublissisme Roby!
Loisirs : écrire, lire, regarder Castle et Mentalist, rêver du Jisbon...
Localisation : Sur une scène de crime avec l'Agent Spécial Lisbon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comme un bouquet de violettes ...(TAG 6x16 SPOILERS)^

Message  FanMentalist le Lun 7 Avr 2014 - 19:08

J'adorrrrre !!!! Je suis fan !!!! C'est très bien écrit ! Un superbe 0S! MAGNIFIQUE !!!!
avatar
FanMentalist
Livreur de Pizza
Livreur de Pizza

Féminin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comme un bouquet de violettes ...(TAG 6x16 SPOILERS)^

Message  Calypsoh le Mar 8 Avr 2014 - 16:34

bisou Bijour tout le monde, comme toujours, vous m'avez réservé un accueil des plus chalereux, je vous en remercie. Embarassed bisou 
Je suis ravie de voir que j'ai pu vous emmener dans mon "grain de folie" artisitique avec Jane, Lisbon et Manet.  :roll2: 

C'est parti pour les messages perso, vous le méritez tant:

JaneDoe: ma chère JD, tu fus celle qui m'a rappelée à mon devoir et je suis bien contente d'être parvenue une fois encore à te plaire...Tu me livres de nouveau une analyse tellement fine et précise que je me sens un peu comme ces grands auteurs étudiés en lycée ou en fac et analysés par les plus grands critiques (hihi, quitte à avoir les chevilles qui gonflent, autant ne pas le faire à moitiée, hahaha, caly en mode "proud"!!! angel  angel ). Je ne savais pas que les 2 scènes avaient été inversées (Lisbon/PIke au téléphone en effet n'a pas le même impact si on le voit avant que la brunette ne prenne soin de Jane en le couvrant du plaid...forcément, ça change bcp de choses dans la vision du triangle affectif  Shocked et c'est plus positif!!).
J'avais hésité à souligner la profonde opposition entre Jane et Marcus ("Jane et Pike...une opposition....le blond vs le brun...le consultant vs l'agent....la fantaisie vs la sécurité....la dissimulation vs la transparence."): tu l'as fait tellement mieux que moi, je ne regrette pas de m'être abstenue, hihi.  green_smile Le contraste est en effet trop visible pour être anodin, Heller deviendrait-il un peu prévisible? hein 
Comme tu l'as parfaitement souligné, la scène livrée ici est une scène de rupture, pourtant pas si "catégorique" qu'on pourrait le penser, mais néanmoins bien réelle. Il est clair que ces 2 personnages ne se comprennent qu'à demi-mots...et ça ne fait pas tout!!! D'où le parallèle imaginé entre Manet et Jane. Deux artistes d'une certaine façon qui mettent un peu de couleur dans la vie réelle (bon, ok, un certain blondinet a à une période un peu trop forcé sur le "rouge sang" à mon goût...pauvre pigeon, bref, passons... green_smile ). Mais le symbolisme a ses limites et c'est ce que tu as parfaitement analysé en la personne de Lisbon:
"Un avertissement que Jane prend de plein fouet....sans changer sa réalité. Sans donner à Lisbon ce qu'elle voulait vraiment. La rupture est "consommée"...pour notre plus grand malheur en effet.  :shocked: 

Enfin, comme tu l'as si bien dit, le poids qui pèse à Lisbon n'est pas Jane "mais son indécision...son incapacité à se battre pour ce qu'il veut...."...être un si grand mentaliste et ramer si lamentablement, quel scandale!!!
 Shocked 
Bref ma chère JaneDoe, j'espère que tu me pardonneras d'avoir brisé ton petit coeur. En tout cas, tes analyses et ta gentille bienveillance à l'égard de mes écrits sont le plus beau des moteurs..Merci infiniment d'être tjs là! grosgrosbiz calin calin 
(PS: était-ce fait exprès le "retour en fanfare" à la fin de ton comm, la petite allusion à la fanfare dénichée par Jane dans l'épisode...HAHAHAHA...ok je sors boulet )

leila40: kikou!! C'est toi qui mérite un gros merci pour ton adorable comm. Je suis très contente que tu ais apprécié le parallèle avec Manet et Berthe...ce n'est pas la plus gaie des "passions" mais qui sait? peut-être que pour Jane et Lisbon, ce sera plus heureux...hihi! grobiz et merci merci merci 

Johel: ma très chère Johel, tu ne sais pas combien à chaque fois j'ai peur que tu retrouves en mes textes la même déception que celle qui t'envahit face à la série désormais... :cold: 
mais tu as toujours une énorme bienveillance à mon égard et malgré tout ce qui te "mine" dans le show, tu continues de me lire, et c'est un immense honneur.  calin 
MERCI à toi. Je croise les doigts pour que la fin de saison t'emballe davantage.Grosgrosbiz de caly.. calin 

MentalistAddict: le plaisir est surtout pour moi de lire tes comm!! bisou J'ai bcp aimé l'escalier de la maison (le reste, bof, bof...enfin, à mon goût! angel ); du coup la confrontation entre les 2 ne pouvait QUE se faire au pied de cet escalier dans mon texte. Surtout que c'est un endroit charnière, entre le haut et le bas..un peu comme la relation entre les 2 amis...J'espère que tu me pardonneras d'avoir peiné ton petit coeur, hihi! Grobiz bisou 

JaneAddict: "as usual"..tes comm, même après notre JaneDoe, reste un pur moment de régal!! bisou En effet, j'ai su que vous attendiez un de mes textes, mais l'inspiration avait été aux abonnés absents ces derniers temps..du coup, pas de caly non plus!!! Grobiz et merci d'être tjs là pour m'encourager calin calin 

alamanga: merci d'être passée me faire un coucou et d'avoir pris le temps de me lire! Je t'embrasse fort la miss.. calin merci 

Tournesol: j'espère ne pas avoir fait trop pleurer un tournesol quand même...c'est triste comme image!!!! super angel Je n'ai pas, en effet, fait dans la joyeuseté cette fois mais je me rattraperai, promis! Grosbiz et merci à toi bisou bisou 

LOjisbonVE: coucou miss! En effet, cet épisode fut un vrai bain de jouvence pour moi car je retrouvais l'idée d'une "team", et ça faisait un bail que ça n'était pas arrivé!! Ravie que tu ais aimé. Merci d'avoir pris le temps de commenter. grobiz calin bisou 

TeresaLisbon: ah, cette nouvelle version de Mentalist fut difficile à digérer pour bcp! Heller a risqué gros et pas sûre qu'il gagne cette bataille, bcp de mécontents.  :cold: Moi-meme, malgré ma foi indéfectible en Bruno, j'ai qqk doutes...mais bon, on verra! La BA du prochain est aussi prometteuse...Te faire pleurer? Suis navrée ma pauvre TL, j'espère que tu ne m'en veux pas trop..hihi green_smile grobiz calin bisou 

FanMentalist: Hello à toi! Comme c'est gentil d'avoir pris le temps de commenter, merci. Je t'embrasse et te dis à bientôt j'espère... calin bisou 
avatar
Calypsoh
Inspecteur de police
Inspecteur de police

Féminin Personnage préféré : alors ça c'est dur: j'aime les gamineries de Jane, la loyauté de Lisbon; le flegme de Cho; l'humour de Rigsby et la douceur de Van Pelt!!!
Localisation : à côté de Bruno Heller pour lui tenir la main lors de la rédaction des prochains épisodes!!

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comme un bouquet de violettes ...(TAG 6x16 SPOILERS)^

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum